Kuro Tanino et L’auberge de l’obscurité : quand tout disparaît, la beauté (...)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Archipels #2
est sorti !





  


< Articles

Kuro Tanino et L’auberge de l’obscurité : quand tout disparaît, la beauté reste

PARTAGER ►

par Julia Inventar
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Comme pour figurer son caractère universel, c’est dans le décor d’un lieu reculé et hors du temps que nous plonge le metteur en scène Kuro Tanino pour sa pièce Avidya, l’auberge de l’obscurité. Dans cette agréable fable philosophique, une auberge traditionnelle perdue dans les montagnes japonaises, quatre clients malades et deux visiteurs mystérieux suffisent à retranscrire l’atmosphère d’un instant d’harmonie suspendu, où tout peut vaciller…

JPEG - 190.7 ko
Avidya, l’auberge de l’obscurité © Shinsuke Sugino

À la manière d’un conte, c’est la voix chantante d’une narratrice qui ouvre la pièce, interprétée en japonais et sous-titrée en français. Un détail qui pourrait déranger, mais qui se fait vite oublier grâce au jeu communicatif des [...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !



fake lien pour chrome



Partager cet article /  





Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…