Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Archives

Hommage à Vaclav Havel

Le centre culturel tchèque commémore la chute du mur
par Barbara Petit
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


2009 : vingt ans après la chute du mur, l’heure du bilan. Quid de l’avancée de la démocratie et des utopies dans les pays de l’Est ? Les interrogations sont pléthore. Parmi les manifestations commémoratives de l’événement, celles proposées par le centre culturel tchèque sont à ne pas manquer.

Par exemple, en ce jeudi 1er octobre, dans des caves voûtées de Saint-Germain-des-Prés, amateurs et curieux de comédies dissidentes étaient réunis pour assister à la lecture clandestine d’un théâtre de table, tel qu’il était pratiqué en Tchécoslovaquie avant la chute du régime.

La pénombre était un écrin idéal pour recueillir les souvenirs de ceux qui vécurent en Tchécoslovaquie sous la police secrète et pratiquèrent le théâtre de la dissidence - proches de Havel, comme le grand metteur en scène Meldek -, ou les anecdotes de spécialistes du théâtre tchèque, comme la traductrice des pièces, Katia Hala.

Ainsi, des années après leurs premières mises en scène, la compagnie du théâtre de Syldavie redonnait à entendre avec force des voix, celles d’un écrivain face à un censeur (L’Ange Gardien) ou d’un grand homme politique (Alois Rasin, dans C’est pour demain), qui s’étaient éteintes… temporairement.

A l’origine de ce projet, la publication par les éditions L’Espace d’un instant (maison d’Europe et d’Orient) de pièces de théâtre inédites de Vaclav Havel. Personnage clé de la révolution de velours, premier président de la République tchèque, Vaclav Havel n’a jamais séparé ses activités dissidente et dramaturgique, l’une influant l’autre : l’ une des pièces du recueil a d’ailleurs été écrite en prison.

Balayant trente ans de carrière politique et littéraire, ces pièces mêlent expériences de jeunesse et réflexions philosophiques. Elles donnent à voir l’auteur sous un nouveau jour, comme elles permettent de mesurer les évolutions esthétique et politique de son pays.

De quoi a été suivie la fin de la guerre froide ? Quelles aspirations ont échoué ? Lesquelles ont abouti ? Que sont devenus les anciens dissidents ? C’est autour de Vaclav Havel, personnage multifacettes et passionnant, que le centre culturel tchèque esquissera des réponses, avec de nombreuses et très intéressantes propositions : rendez-vous aux débats, conférences, expositions, films et pièces de théâtre, d’octobre à décembre.

Programme des événements au centre culturel tchèque (18 rue Bonaparte, 75006) : www.czechcentres.cz/paris

Pour se procurer l’ouvrage C’est pour demain et autres pièces inédites de Vaclav Havel (l’espace d’un instant, maison d’Europe et d’Orient, 3 passage Hennel, 75012) : www.sildav.org

Barbara Petit






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.