Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Gindou Cinéma : 32ème Rencontres

par Admin2
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


du 20 au 27 août

Aujourd’hui, sa fréquentation dépasse les 18 000 spectateurs et le
public s’est étendu aux cinéphiles venant de la France entière.
Durant une semaine, une centaine de films est projetée, sans compétition. Dans la mesure du possible, les films sont présentés par le réalisateur/la réalisatrice ou un membre de l’équipe du film.

PNG - 479.8 ko

La programmation se compose de 3 sélections :

  • L’hommage à… est dédié à l’oeuvre d’un cinéaste ou d’un producteur. Après Claire Denis, Brigitte Roüan, Jacques Rozier, Jean-François Stévenin, Otar Iosseliani, Aki Kaurismäki, Alain Tanner, Luc Moullet, Abderrahmane Sissako, Nicolas Philibert, Robert Guédiguian, Claire Simon, les frères Dardenne, Paulo Branco, et bien d’autres, nous accueillerons en 2016 Denis Gheerbrant (en sa présence) avec une sélection d’une dizaine de films qu’il a réalisés, dont On a grèvé (2014), Les Femmes de la cité Saint Louis (2009), Le Centre des rosiers (2009), Après, un voyage dans le Rwanda (2003), Le Voyage à la mer (2000), Grands comme le monde (1998), La Vie est immense et pleine de dangers (1994), Et la vie (1990), Question d’identité (1985).
  • Les vagabondages cinématographiques, libre parcours dans la cinématographie mondiale actuelle : environ 80 films récents, courts ou longs métrages, fictions ou documentaires, inédits, peu diffusés ou en avant première.
  • Une carte Blanche à la Cinémathèque de Toulouse et au CNC nous permet d’explorer le patrimoine cinématographique, autour d’une thématique. En 2016 ce sera « la figure du bouc émissaire au cinéma. »

* Les séances en journée ont lieu dans le Louxor, structure éphémère de 300 places
qui dispose de tout l’équipement et le confort d’une salle fixe.

* Les séances en soirée, gratuites, ont lieu en plein air dans le Cinéma de Verdure
d’une capacité de 700 places. Le festival se termine par une grande nuit de cinéma
où des films sont projetés jusqu’à l’aube !

* En parallèle, des projections itinérantes en plein air, gratuites, ont lieu dans les
villages environnants du lundi 22 au vendredi 26 août.

Chaque jour, le public peut participer aux tchatches à 17h, des discussions sur les
films avec les invités, puis assister à un apéro-concert à 19h.
Plusieurs lieux de restauration sont proposés, ainsi qu’une librairie éphémère tenue
par La Librairie-Tartinerie de Sarrant (Gers).

Le programme complet sera disponible à la mi-août, il est mis en ligne au fur
et à mesure de sa construction sur www.gindoucinema.org
Rencontres Cinéma de Gindou. www.gindoucinema.org
Le bourg - 46250 Gindou - 05 65 22 89 99 - accueil@gindoucinema.org






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’en par­lais récem­ment ici, il est des mala­dres­ses à toutes les mises en expo­si­tion. À la Maison Victor Hugo, ce qui m’a dérangé c’est le rai­son­ne­ment qui a pré­cédé la cons­truc­tion du propos cri­ti­que. Je vou­drais sou­li­gner plu­sieurs pro­blè­mes, et non des moin­dres, puisqu’ils sont dis­cri­mi­na­toi­res.


J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.