Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

Frédéric Ferrer aux Soirées nomades

par L’Insatiable
Thématique(s) : Géo-Graphies Sous thématique(s) : Performance
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Dans le cadre des Soirées nomades de la Fondation Cartier pour l’art contemporain, Frédéric Ferrer de la compagnie Vertical Détour présente Les déterritorialisations du vecteur - le moustique-tigre, les aires d’autoroute, la dengue et le chikungunya (contribution à une géographie des épidémies) Cartographie 3, une performance étonnante, jeudi 24 juillet à 21h.

Frédéric Ferrer est auteur, acteur, metteur en scène et fondateur de la compagnie Vertical Détour qui mène un travail autour des transversalités entre arts de la scène et connaissances scientifiques. Agrégé de géographie, il effectue des cartographies théâtrales du monde où il traite de territoires inattendus.

A l’occasion des Soirées nomades de la Fondation Cartier pour l’art contemporain qui accueillent des artistes, des scientifiques et penseurs, Frédéric Ferrer présente sa troisième cartographie. Il y dévoile une épopée rocambolesque entre Méditerranée et Asie, parsemé de maladies, pneus et insecticides et teinté d’amour impossible.
« Le vecteur c’est le moustique-tigre. On l’appelle “tigre” ce petit moustique, parce qu’il est rayé comme un tigre, et c’est un vecteur ce petit moustique parce qu’il transmet des virus. Celui de la dengue. Et aussi celui du chikungunya. Alors les hommes ne l’aiment pas beaucoup. », explique l’artiste.

Il partage cette soirée du 24 juillet avec la chorégraphe-danseuse sud-africaine Robyn Orlin qui reprend en solo pour la première fois un court spectacle dédié au sculpteur César.

Le dernier spectacle de Frédéric Ferrer, Sunamik Pigialik (« Que faire ? » en inuktitut) le premier destiné au jeune public, sera créé à l’automne 2014. En attendant, il présentera ses Cartographie 1 - A la recherche des canards perdus et Cartographie 2 - Les vikings et les satellites respectivement les 23 et 24 août à l’occasion du festival Bonus du Théâtre de Poche à Hédé-Bazouges (Bretagne).

Pour en savoir plus sur la <popup|texte=compagnie|titre=Vertical Détour|lien= http://www.verticaldetour.org/compagnie.html> et sur la <popup|texte=performance|titre=Cartographie 3|lien= http://fondation.cartier.com/#/fr/art-contemporain/59/soirees-nomades/107/mai-sept-2014/1439/robyn-orlin-frederic-ferrer/>.

Fondation Cartier pour l’art contemporain
261, Boulevard Raspail
75014 Paris






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.