François Chattot

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Entretien suivant →
s’abonner
 

Archipels #2
est sorti !





  


< Entretiens

François Chattot

Les enfants du mythe
PARTAGER ►

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Infatigable comédien et metteur en scène audacieux, François Chattot fut à la tête du CDN Dijon-Bourgogne, au Parvis Saint-Jean, ancien lieu de culte qu’il s’agit de désacraliser… Formé au Théâtre national de Strasbourg, Chattot fut pensionnaire au Français où il créa en 2006 L’Espace furieux de Valère Novarina. Avec son camarade Jean-Louis Hourdin, ils nous ont fait la divine surprise d’un petit bijou d’habile résistance : Veillons et armons-nous en pensée, sur des textes de Büchner, Brecht, Marx et Engels. Hourdin n’est pas loin, puisqu’il vient, si j’ose dire, de se payer la Maison du « père » (spirituel), Jacques Copeau, à Pernand-Vergelesses, où la décentralisation théâtrale connut ses premiers balbutiements avec Jouvet, Dullin et Dasté.

JPEG - 74.7 ko
© Mireille Brunet

Que peut-on faire aujourd’hui, à partir de ce qui reste des fleurons historiques de la décentralisation théâtrale, les centres dramatiques nationaux, avec l’histoire de la création de ces lieux et de ce qui a été accompli pour que ça existe ?

François Chattot : Le vieux père Beckett disait : « Le rôle de l’artiste aujourd’hui, c’est de trouver une forme pour accommoder le gâchis. » Notre travail consiste à essayer de trouver une forme de travail, de gestion, qui soit la moins absurde et[...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !



Performance Théâtre François Chattot
fake lien pour chrome



Partager cet article /  










Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…