En Corée du Sud, les artistes face au « Choi-gate » (seconde (...)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Archipels #2
est sorti !





  


< Articles

En Corée du Sud, les artistes face au « Choi-gate » (seconde partie)

PARTAGER ►

par Thomas Hahn
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Les artistes coréens montent au créneau contre Park Geun-hye, la présidente à scandales. L’existence d’une liste noire, longtemps niée et finalement avérée, s’ajoute aux autres raisons de la colère. Le pays découvre avec effarement que la liberté d‘expression n’était qu’un leurre. Tout a commencé par le cinéma. Et maintenant, que faire ?

JPEG - 95.3 ko
Photographie DR


Ils ont chanté sur des scènes géantes pendant les manifestations devant des centaines de milliers de gens, en plein air, en plein hiver. Et mille musiciens, entre autres, ont collectivement dénoncé la présidente dans une lettre ouverte. Voilà qui indique que le vent tourne, même chez ceux qui dépendent directement de la manne institutionnelle. Aujourd’hui il est de bon ton de l’ouvrir. Avant, les artistes ressentaient que des positions trop critiques vis-à-vis du gouvernement pouvaient leur fermer des portes. Mais tout était dans le non-dit.

Blacklist d’artistes

Aujourd’hui, leur soupçon s’est confirmé : Il existait bel et bien une liste noire tenue par le gouvernement. On sait aujourd’hui qu’elle contenait plus de neuf mille noms d’artistes, dont six mille cinq cents recensés pour a[...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !



Cinéma Festival Corée du Sud Park Geun-hye
fake lien pour chrome



Partager cet article /  





Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…