Archipels #2
est sorti !





  


< Brèves

ÉCRIRE SUR L’ART C’EST DÉJÀ DE L’ART

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


En mettant l’accent sur l’effet produit par le geste artistique sur la subjectivité de l’individu-témoin et les moyens de le transmettre par écrit, les formations de L’Insatiable se différencient des démarches universitaire et journalistique habituelles. Elles s’adressent à ceux qui souhaitent avoir l’opportunité de faire de l’expérience de (et avec) la création une voie vers l’expression personnelle. Elles se déroulent à Montreuil, à la Maison de l’Arbre créée par le poète Armand Gatti, lieu foisonnant d’histoires, d’utopies, d’envie de partager et de créer.

ÉCRIRE SUR L’ART C’EST DÉJÀ DE L’ART
Une formation au cœur du travail art/société de L’Insatiable

L’apprentissage des techniques d’écriture autour de l’art et de la culture est ici au service d’une créativité personnelle. Pour nous, l’orateur, le rédacteur ou le journaliste ne peut faire l’économie de se placer dans une démarche de création, il est chercheur et artiste, conscient de la réalité du monde. Pour ce qui est de l’art, tout particulièrement, le sens nous est transmis par le biais de l’émotion, c’est-à-dire en traversant le filtre d’un être avec son vécu particulier, son corps. Il s’agit donc de s’éloigner de toute objectivité et d’aborder la subjectivité sous l’angle d’une perception qui, bien qu’intime, n’est pas exclusive, mais doit se partager. Les travaux réalisés seront diffusés sur un site dédié de façon à recueillir les réactions du public.

Reprise des formations fin octobre - horaires : de 14h à 19h – 6 à 12 stagiaires - tarif : 200 € pour un mois 4 jours au choix par semaine.

Comme le disait Tadeusz Kantor : « L’art n’est pas une vision ni un reflet de la réalité de la vie, il est une réponse à la réalité ». Nous travaillerons à partir d’œuvres et d’événements, en nous efforçant d’analyser leur impact individuel sur chacun d’entre nous, sa sensibilité qui pourra ainsi rejoindre celle des autres, sans avoir peur de dire « je », contrairement à ce qui est souvent enseigné. Il s’agit aussi de mesurer leur impact collectif sur le groupe que nous formons, ainsi que sur l’ensemble de la collectivité à laquelle ils s’adressent, à quel moment, à quel endroit, dans quelles conditions et de quelle manière ils le font. L’idée est d’élaborer une « nouvelle critique » qui ne se contente pas de juger l’« objet », mais appréhende le geste de l’art dans une vision qui prend en compte la relation à l’histoire, aux publics et aux lieux, c’est à ce prix que nous pourrons être utiles à l’évolution des formes artistiques dans le sens d’un échange véritable avec nos contemporains.

Il s’agit d’abord de prendre conscience de l’effet produit par l’expérience artistique, à la fois sur l’ensemble d’un groupe composé d’individus différents et sur chacun, sans faire l’économie de s’inscrire dans une démarche subjective de réceptivité. Mais il s’agit aussi d’analyser et d’expliciter de façon personnelle, en quoi l’émotion ressentie et le sens véhiculé constituent une réponse à une « situation » précise : historique, politique et humaine.

Cette approche nous mènera à l’élaboration d’une écriture particulière, propre à chacun. La connaissance des règles de la langue française (et la possibilité de les transgresser), l’observation aiguisée, la capacité d’expression de ce qui parvient à se dire oralement et doit être traduit par l’écriture, et surtout le travail d’élaboration de son propre style - pour traduire en écrit son propre rythme et en quelque sorte son propre souffle - sont les bases de ce travail. Nous vous proposons, à travers des objets qui relèvent de la spécialité de chaque rédacteur, d’apprendre à saisir le geste artistique ancré dans un contexte et d’en faire l’analyse et la mise en mots… Chaque stagiaire sera accompagné dans son travail personnel d’écriture critique, en se fondant sur les pièces, films, performances, installations, etc. partagés ensemble, à partir de la programmation de plusieurs lieux de diffusion. Le but de l’exercice sera de l’amener à structurer son propos tout en faisant émerger sa voix et son style propres. Enfin, chaque réalisation écrite « aboutie » sera l’occasion d’échanges et de discussions détaillées dans le groupe. Au cours de chaque module, des tables rondes seront menées avec l’ensemble de notre équipe et des stagiaires, l’une en début de formation, de façon à ouvrir des pistes de travail, l’autre au moment de la finalisation des écrits, pour enclencher une conversation ouverte autour des travaux des participants et des étapes de l’écriture. Les papiers les plus aboutis pourront être diffusés sur le site de L’Insatiable de façon à recueillir les réactions de lecteurs.

Un court texte de présentation des motivations de chaque participant est demandé, (à envoyer à nr (at) linsatiable.org) ainsi qu’un premier texte écrit sur une expérience artistique. Inscription au stage après acceptation de la demande. Dès l’inscription enregistrée, les stagiaires auront accès au site du journal en ligne L’Insatiable de façon à se familiariser avec sa ligne et ses thématiques.

ENSEIGNANT


Nicolas Roméas : ancien journaliste et producteur à France Culture et collaborateur de diverses publications, ancien animateur de la revue Cassandre/Horschamp, aujourd’hui rédacteur en chef de la revue en ligne L’Insatiable.

Contact : nr(at)linsatiable.org


  • La Parole errante
    9, rue François Debergue 93100 Montreuil

    En mettant l’accent sur l’effet produit par le geste artistique sur la subjectivité de l’individu-témoin et les moyens de le transmettre par écrit, les formations de L’Insatiable se différencient des démarches universitaire et journalistique habituelles. Elles s’adressent à ceux qui souhaitent avoir l’opportunité de faire de l’expérience de (et avec) la création une voie vers l’expression personnelle. Elles se déroulent à Montreuil, à la Maison de l’Arbre créée par le poète Armand Gatti, lieu foisonnant d’histoires, d’utopies, d’envie de partager et de créer.

    voir sur l'agenda






2 commentaire(s)

claire olivier 4 septembre 2018

De très bons et riches moments passé à échangé avec Nicolas et du grain à moudre pour muscler les cerveaux. J’apprends toujours et encore. L’envie d’écrire se transforme en besoin. Peu à peu une technique s’élabore mais pour cela il faut s’astreindre à l’écriture régulière et oser être soi.

Signaler

Julie Rocher 20 août 2018

Merci pour ces initiatives bienvenues !

Julie de R’Limon

Signaler
Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



→ VOIR L'AGENDA


Articles






Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…