Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Des nouvelles du Ravi !

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Depuis la fin du mois de novembre 2014, le journal résolument satirique Le Ravi gravit le chemin de croix du redressement judiciaire. Ce « mensuel régional pas pareil » mène une campagne publique pour augmenter les abonnements, initiée en décembre 2014.

Dans un climat particulièrement trouble pour la presse, Le Ravi peine à survivre. Le redressement judiciaire relève d’une décision collective, prise communément par la rédaction et l’association éditrice La Tchatche, hantés par « le fantôme aqueux de la liquidation ». Depuis 2003, ils mènent main dans la main des actions d’éducation populaire : initiations au journalisme, projets avec des associations d’économie sociale et solidaire, mise en réseau de journaux qui se disent aussi « pas pareils ».

Le journal, peuplé d’enquêtes et de dessins satiriques, se cantonne aux actualités politique, sociale et culturelle de la région PACA. La rédaction revendique la lenteur comme un des principes qui régénéreront l’information. Face à un système médiatique toujours plus dépendant des intérêts financiers et à une information formatée par les phénomènes de concentration, Le Ravi se réclame de l’intérêt général, réaffirmant un pluralisme constitutif du débat public.

Si Le Ravi a sollicité les collectivités publiques en soutien, le journal reste méfiant quant à une aide instable et éphémère qui n’apaise guère sa vulnérabilité. C’est pourquoi la rédaction s’est lancée depuis décembre dernier dans un appel aux abonnements, fardé du nom cocasse de « Couscous Bang Bang 2015 », parodiant le nom du célèbre site de crowdfunding ! Leur objectif des 5102 abonnés s’accompagne d’un esprit démocratique : « on n’achète pas un journal libre mais on finance son indépendance ».

Dans le numéro de janvier 2015, les journalistes rendent un sincère hommage à Charlie hebdo, en revenant sur les amitiés qui les liaient aux caricaturistes malgré les désaccords qu’ils rencontraient parfois avec la ligne éditoriale . Ils consacrent également un long dossier à la deuxième édition des États généraux de l’urgence sociale en PACA ( Aix-en-Provence, décembre 2013), au cours desquels acteurs sociaux et associations se sont réunis sur le thème de la lutte contre la discrimination et l’exclusion dans le secteur sanitaire.

La page du mensuel, c’est ici.
Pour participer au Coucous bang Bang Royal, c’est ici.






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La finance ne déter­mine pas la géo­gra­phie et l’his­toire, le Royaume Uni est bien en Europe.
Le Théâtre de l’Opprimé fêtera la 10ème édition du fes­ti­val MigrActions. Dès la pre­mière édition de MigrActions en 2007, le fes­ti­val affirme sa volonté de célé­brer la liberté de migra­tion des formes, des iden­ti­tés et des géné­ra­tions. Culture en mou­ve­ment, en action, pro­ve­nant d’une plu­ra­lité d’hori­zons artis­ti­ques.


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.