Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Communiqué du collectif Unitaire 69 - occupation de l’Opéra de Lyon

par L’Insatiable
Thématique(s) : Politique de l’art Sous thématique(s) : Théâtre , Opéra
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Suite à l’Assemblée Générale réunissant près de 180 travailleurs dimanche 22 juin à 19h00 à l’Amphithéâtre de l’Opéra de Lyon, le collectif Unitaire 69 a voté l’occupation de l’Opéra pour une durée de 48h renouvelable.

L’Assemblée Générale a été précédée par une action des salariés du dernier spectacle de l’Opéra de la saison et par une opération de sensibilisation au sujet de la réforme de l’assurance chômage.
Au cours de cette assemblée s’est dégagée la nécessité pour le collectif de disposer d’un lieu pérenne permettant d’étendre la mobilisation, en offrant à la fois une vitrine et un lieu d’échange et de sensibilisation de cette réforme.
Une demande de mise à disposition a été formulée dans ce sens auprès de la direction de l’Opéra.
Suite au refus de la mise à disposition de l’Amphithéâtre par la direction de l’Opéra, l’Assemblée Générale souveraine du Collectif a voté l’occupation de l’Opéra jusqu’à nouvel ordre.
Tant que notre voix ne sera pas entendue, notre action ne connaitra pas de pause !

Quelques mots sur le collectif Unitaire 69 :
Nous sommes des travailleurs concernés par la réforme de l’assurance chômage découlant de l’accord du 22 mars : chômeurs, intermittents du spectacle, intérimaires, salariés subissant une flexibilité accrue, syndiqués ou non, de tous âges et de tous horizons.
Nous nous sommes réunis fin février à Lyon et dans le Rhône ; des mouvements similaires existent partout ailleurs en France.
La réforme, dont la mise en application est prévue pour le 1er juillet, vise à faire des économies sur le dos des plus précaires et constitue une violente attaque de plus faite aux dispositifs de protection sociale.
Nous dénonçons les conditions dans lesquelles les partenaires sociaux se sont mis d’accord sur le texte. Nous dénonçons la communication mensongère du MEDEF et du gouvernement sur le sujet.

Ce mouvement dépasse largement le cadre des intermittents du spectacle, qui sont loin d’être les seuls touchés par cette réforme.

Nous dénonçons les propositions de M. Manuel Valls qui essaye de diviser la contestation nationale des travailleurs précaires. Ces propositions visent notamment à financer par l’État le différé d’indemnisation des seules annexes 8 et 10 (celles qui concernent les travailleurs du spectacle et de l’audiovisuel) mis en place par cette convention.
Ce financement proposé par l’État est contraire au principe de solidarité pensé par le Conseil National de la Résistance, où les actifs cotisent pour les inactifs, les travailleurs pour les retraités, les bien-portants pour les malades.
Nous demandons le non-agrément de l’accord par M. Rebsamen, ministre du travail, afin que cette réforme ne soit pas appliquée. Nous demandons la renégociation entière de l’accord.

Ce que nous défendons, nous le défendons pour tous.

Plus d’informations : <popup|texte=ici|lien=https://collectif-unitaire-69.tumblr.com>.






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Notre ami Hervé Breuil a créé le Lavoir Moderne Parisien il y a vingt-huit ans dans un ancien lavoir public situé rue Léon, au cœur de ce quar­tier popu­laire qui devint peu à peu l’enclave « afri­caine » de la Goutte d’or, dans le dix-hui­tième arron­dis­se­ment de Paris. Un quar­tier à la répu­ta­tion inquié­tante, sous la menace per­ma­nente d’opé­ra­tions immo­bi­liè­res, mais en réa­lité très vivant.


Chaque année depuis 2016, les équipes de L’Insatiable en France et Culture&Démocratie en Belgique, aguer­ries à l’explo­ra­tion des pra­ti­ques artis­ti­ques en lien avec les ques­tions de société, pro­dui­sent, avec la col­la­bo­ra­tion de par­te­nai­res d’autres pays, un numéro de la revue Archipels autour de la ren­contre des cultu­res. Nous vou­lons déve­lop­per ensem­ble une revue papier per­met­tant de mettre en valeur, com­pren­dre et favo­ri­ser, les échanges entre les artis­tes et l’ensem­ble de la col­lec­ti­vité humaine.


J’ai rendez-vous à l’hôpi­tal Saint-Vincent de Paul pour me faire réa­ni­mer. Prise en charge par une infir­mière puis une équipe de méde­cin, je serai rame­née à la vie et inci­tée à en pro­fi­ter.


Pierre Debauche a été, de très près comme de loin, un solide com­pa­gnon de route de notre tra­vail pour l’art et la culture dans la société, un repère et l’une de nos brû­lan­tes ins­pi­ra­tions. Un grand frère d’armes jusqu’à son der­nier souf­fle pour tous ceux qui, jeunes ou non, savent que le théâ­tre est un lieu de par­tage essen­tiel. Et s’effor­cent, en ces temps arides, de mettre en pra­ti­que ce savoir.


Besançon. Sabrina Boukhenous retrouve son public pour l’inau­gu­ra­tion du Festival du tout jeune Collectif Haïku avec sa pre­mière créa­tion solo : Plastik. Plus exac­te­ment l’agui­che d’une pro­po­si­tion plus longue, en cours d’écriture, sur les per­ver­si­tés d’une société pro­duc­ti­viste et nar­cis­si­que. Premier tableau expri­mant les effets des ryth­mes pro­fes­sion­nels sur l’humain, Plastik sonne comme un pré­texte : mettre le corps opprimé au ser­vice de l’image, la danse et le théâ­tre au ser­vice d’un mes­sage.