Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Le blog de Pauline Perrenot :




Le 31 juillet 2014, pour le centenaire de la mort de Jean Jaurès, Jérôme Pellissier sortait un texte écrit pour l’occasion : « Rallumer tous les soleils : Jaurès ou la nécessité du combat ». La compagnie Aigle de sable s’en est emparée au Théâtre de l’Épée de Bois en décembre dernier.



Châteaux et caravanes
ou la fabuleuse histoire des riches qui n’aimaient pas les « mangeurs de chats »

Présent depuis le mois de juin square Parodi, dans le 16ème arrondissement de Paris, le précieux cirque Romanès, qui a débuté le week-end dernier son nouveau spectacle « La lune tsigane brille plus que le soleil », a subi des agressions discriminatoires à répétition ; des pratiques visant à lui faire comprendre qu’il n’était pas le bienvenu dans ce quartier de la Chateaux-et-caravanesou-la-fabuleus...



Deux chansons pour TaParole

C’était un week-end au cœur de juin, balancé par les airs d’un festival, suspendu. TaParole promène artistes et chansons depuis treize ans, depuis qu’une « idée collective », souffle Roxanne Joseph, fondatrice du festival, a bercé des passionnés de la chanson.



Deux p’tites ballades pour TaParole

C’était un week­end au cœur de juin, balancé par les airs d’un festival, suspendu. TaParole promène artistes et chansons depuis treize ans, depuis qu’une « idée collective », souffle Roxanne Joseph, fondatrice du festival, a bercé des passionnés de la chanson. Des années en arrière, 200 personnes se rassemblaient dans une cour d’immeuble, dans le 20ème. Voilà qu’aujourd’hui, 2500 se pressent à la Parole Deux-p-tites-ballades-pour-TaParole



Souriez, vous êtes filmés !

Contre les chasseurs de misère

Ces mots ne diront pas la violence de l’« évacuation » des réfugiés perpétrée par les forces de l’ordre sur le parvis de la Halle Pajol, lundi 8 juin dernier. Ils ne diront pas non plus celle du vocabulaire hygiéniste, relayé par certains médias pour décrire des désastres humains et politiques. Ils ne diront pas non plus la violence de la non-attention gouvernementale, court-termiste, Souriez-vous-etes-filmes



Souriez, vous êtes filmés ! (contre les chasseurs de misère)

Contre les chasseurs de misère

Ces mots ne diront pas la violence de l’« évacuation » des réfugiés sur le parvis de la Halle Pajol, lundi 8 juin dernier. Ils ne diront pas non plus celle du vocabulaire hygiéniste, relayé par certains médias pour décrire des désastres humains et politiques. Ils ne diront pas non plus la violence de la non-attention gouvernementale, court-termiste, Souriez-vous-etes-filmes-contre-les...



« Nous aimons la vie autant que possible »

Exposition "Cherchez l’erreur" (Institut des cultures d’Islam)

L’exposition « Cherchez l’erreur » (Institut des cultures d’Islam) s’élance comme une injonction, ludique, presque souriante.



Rodrigo Ramis lit Lorca. « Le duende, il faut le réveiller dans les dernières demeures du sang »

Au cours des années 1933-34, à Buenos Aires, Federico García Lorca compose Théorie et jeu du duende, un texte magnifique qu’il déclame en conférence. Rodrigo Ramis nous le dit, traversé de cris épars, venus d’autres continents. Il fallait en faire un récit, car furtivement, peut-être l’avions-nous senti, ce duende, sans qu’on ne puisse jamais l’écrire vraiment...
Tout commence par un café noir. Ou Rodrigo-Ramis-lit-Lorca-Le-duende-i...



« Le duende, il faut le réveiller… »

Théorie et jeu du duende (Lorca), jeu et mis en scène Rodrigo Ramis (Cie Chimères d’ailes ardentes)

Au cours des années 1933-34, à Buenos Aires, Federico García Lorca compose « Théorie et jeu du duende », un texte magnifique qu’il déclame en conférence. Rodrigo Ramis nous le dit, traversé de cris épars, venus d’autres continents.



[Québec] Un nouveau printemps bourgeonne !

[Québec] Un nouveau printemps bourgeonne, (ou quand « l’eau tiède » bouillonne !) Entretien avec Clément de Gaulejac

En 2012, le Printemps Érable a fait éclore des expressions artistiques auxquelles Cassandre/Horschamp a finement tendu l’oreille. Nées dans et par le mouvement, ces formes engagées visaient à l’illustrer, à le maintenir en vie, à le vivifier, à souder ses acteurs.



Désobéir jusqu’à son dernier souffle

La Solitude du coureur de fond de Alan Sillitoe mise en scène Patrick Mons

« La Solitude du coureur de fond » est de ces textes à la beauté maligne, ceux dont l’épaisseur déborde les pages, avides de parole vive. En 1962, Tony Richardson transposait la nouvelle d’Alan Sillitoe (1959) au cinéma. Un demi-siècle plus tard, elle court sur les planches du Petit Hébertot, adaptée par Patrick Desobeir-jusqu-a-son-dernier-souffle



[Montpellier] La Chapelle Gély sacrifiée sur l’autel de l’ignorance municipale

15 ans pour construire, une semaine pour détruire...

Quand en 2000, elle prit racine à la Chapelle Gély à Montpellier, l’association « Music Events », fondée dix ans auparavant par Étienne Schwarcz, mesurait mal ce qu’impliquait sa présence dans ce territoire particulier. Pendant les quinze années qui suivirent, la transformation de ce lieu de culte catholique désaffecté incrusté dans le quartier gitan de la ville, allait donner corps à des travaux Montpellier-La-Chapelle-Gely-sacrif...



[Politiques culturelles] La Chapelle Gély sacrifiée sur l’autel de l’ignorance municipale

Quinze ans pour bâtir, une semaine pour détruire...

Étienne Schwarcz revient sur la démarche artistique de la Chapelle Gély, sur les liens nouant l’art au territoire. Et il nous parle des choix politiciens de la municipalité : une politique culturelle privilégiant une conception marchande de la culture, à l’heure où la disparition de festivals et de structures mutile la Politiques-culturelles-La-Chapelle-...



Les fiévreux sont les chants les plus beaux [Forum Léo Ferré, partie 2]

Puissances endormies, Sarah

« Puissances endormies »... Tapi dans un recoin d’Ivry, ce « spectacle pour piano, guitare et poubelle » gronde et bouillonne. Sarah nous plonge dans un conte musical doux et amer, un labyrinthe peuplé de légendes vivantes et de fresques sociales à la noirceur sucrée.



Le Forum Léo Ferré casse la frontière du périphérique [Partie 1]

Un cabaret « rive gauche » à Ivry

Au cœur d’Ivry, le Forum Léo Ferré rougeoie, discrètement. À l’entrée, on achète son billet par une fenêtre bariolée, on prend un communard au bar, à côté. Placardés d’affiches, les murs exhibent les griffes de voix passées par là.



Hécatombe culturelle en Languedoc-Roussillon

Le 24 février dernier, 219 « citoyens, contribuables, usagers et travailleurs des services publics de la culture en Languedoc-Roussillon » ont lancé une pétition pour dénoncer les coupes budgétaires incessantes qui saignent à blanc le secteur culturel de la région.



Le temps d’un rêve précaire
(Art engagé. Ne pas tenir éloigné des enfants).

(Art engagé. Ne pas tenir éloigné des enfants).

Monsieur Cloche, une création « jeune public » inspirée du Petit Prince, répond à une commande passée par le théâtre Antoine Vitez d’Ivry-sur-Seine à Marina Damestoy, artiste militante qui anime la compagnie La Boîte Blanche. Diatribe contre l’exclusion, le spectacle questionne le sentiment d’impuissance des enfants face à la précarité et aux SDF. Dans ses voiles souffle un vent politique, emporté par un Le-temps-d-un-reve-precaire-Art-eng...



Après le Chiapas, les Hautes-Alpes…
(Tamèrantong !, le retour)

Du 15 au 19 février, Tamèrantong ! présentera La Tsigane de Lord Stanley dans le théâtre de la MJC-Centre social du Briançonnais, à Briançon. Une vingtaine de gadjitos de La Plaine Saint-Denis réveilleront ce « conte insurgé de la route et du voyage », cri contre l’exclusion des minorités. Une occasion de revenir sur la route prodigieuse d’une compagnie qui, au terme d’une odyssée surréaliste, posa ses Apres-le-Chiapas-les-Hautes-Alpes-T...



Après le Chiapas, les Hautes-Alpes !
(Tamèrantong ! prend de la hauteur)

La Tsigane de Lord Stanley

Du 15 au 19 février, Tamèrantong ! a présenté « La Tsigane de Lord Stanley » au théâtre de la MJC-Centre social du Briançonnais, à Briançon. Une vingtaine de gadjitos de La Plaine Saint-Denis ont réveillé ce « conte insurgé de la route et du voyage », cri contre l’exclusion des minorités.



Alice au pays des utopies

Des lieux de vie par et pour l’art

Étrange morphologie que celle de la Caserne de Reuilly, où se côtoient le Cirque tsigane, la Gare XP et la boutique Emmaüs. Au cœur de ce bouillonnement culturel s’est niché le Jardin d’Alice…



Bouge de là. Fais tomber les murs et respire libre, poésie !

À l’Art Studio Théâtre à Paris, Kazem Sharyari met en scène Bouge de là, un huis-clos muré dans des rapports de domination et de violence qui interroge les conditions d’existence et le devenir d’une parole libre. Une parole poétique qui prendrait l’ordre à bras le corps pour s’en affranchir, ouvrir des fenêtres, et laisser l’air circuler. Hantée par l’ombre d’un pessimisme fardé d’humour noir, cette Bouge-de-la-Fais-tomber-les-murs-et...



Fais « tomber les murs » et respire libre, poésie !

À l’Art Studio Théâtre à Paris, Kazem Shahryari met en scène « Bouge de là », un huis-clos muré dans des rapports de domination et de violence qui interroge les conditions d’existence et le devenir d’une parole libre. Une parole poétique qui prendrait l’ordre à bras le corps pour s’en affranchir, ouvrir des fenêtres et laisser l’air Fais-tomber-les-murs-et-respire-lib...





Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.