Kaléidoscope de moments vécus avec et autour des Roms en Seine-Saint-Denis

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Enfin
des cadeaux intelligents !





   


< Videos

Kaléidoscope de moments vécus avec et autour des Roms en Seine-Saint-Denis (video)

PARTAGER ►

Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Après la belle journée de rencontres du 25 mai dernier à la Gaîté lyrique, à Paris, en partenariat avec L’Insatiable, voici une vision "video art" kaléidoscopique du travail artistique accompli par les AllumeuR.E.S au terrain Voltaire à Saint-Denis, avec les Roms qui y séjournent. Le projet Dukreben a suscité divers questionnements d’ordre politique et plastique au sujet des modalités d’intervention, de coconstruction avec les participants, de restitution, et des enjeux de domination qu’il pouvait impliquer, avec le souci d’éviter une approche néocoloniale.

Cette vidéo expérimentale réalisée par les artistes des AllumeuR.E.S est extraite du dispositif DUKREBEN (le détail de leur travail de recherche est sous la vidéo).

DUKREBEN 2019 from Zsazsa Mercury on Vimeo.

(si vimeo ne fonctionne pas voir en bas de page)

Dukreben est une recherche-action poursuivie par le groupe d’action artistique Les AllumeuR.E.S avec des familles Roms du campement du terrain Voltaire de St-Denis et du centre d’hébergement d’urgence d’Aubervilliers. C’est une démarche transversale, au croisement du social, du politique et de l’artistique. Ceci traverse de nombreux niveaux de perception en restituant ce qui est approché, sous forme de traces, de bribes. Ces questionnements ont fait l’objet de plusieurs rencontres avec d’autres artistes, et des chercheurs, sociologues, anthropologues, philosophes, notamment celle à la Gaîté Lyrique imaginée avec l’Insatiable.

Cette « recherche-action », privilégie la forme collaborative et explore l’environnement immédiat des campements. Cette approche est conduite avec le souci de coller à la réalité vécue par ces communautés. C’est toujours sur le terrain qu’ils souhaitent être présents. Ils ont installé un « laboratoire artistique d’observation » et des ateliers de pratique artistique pour « mieux s’interroger sur l’affirmation de modes de vie et de positionnements en rupture avec le reste de la société propres à la communauté Rrom » (Christophe Robert - Éternels étrangers de l’intérieur). L’approche de ce laboratoire est avant tout biographique. Une exploration par la photo, la vidéo et l’enregistrement sonore, afin de reconstituer des témoignages de familles et de retracer leurs histoires, collectives et individuelles.

Parmi les objectifs du projet, il y a celui, fondamental, de combattre la discrimination, l’essentialisation, la hiérarchisation, l’assignation identitaire et lutter contre l’exclusion de groupes en construisant un espace de parole libre mais aussi penser et discuter de questions politiques avec une communauté qui envisage le jeu social à partir de normes radicalement différentes. Ce projet démonte la fabrication du stéréotype Rrom, cette standardisation, « cet appauvrissement de l’humain » (Nicolas Roméas) qui nie la singularité des êtres, que cette société nous assène. Ce laboratoire d’expérimentation artistique permet de confronter nos représentations à celles « de l’autre », d’interroger la notion de racisme, d’analyser la construction des phénomènes de racialisation. Il a pour but de produire du partage, pour créer des formes artistiques nouvelles. En cela la pensée du poète-philosophe Édouard Glissant sur la créolisation nous est précieuse et nous semble un élément de compréhension important pour la rencontre entre ces cultures Roms et différents contextes européens. Il définit l’identité comme « facteur et comme résultat d’une créolisation, c’est-à-dire comme rhizome, non plus comme racine unique mais comme racine allant à la rencontre d’autres racines ».

Avec la collaboration de nombreux habitants du Terrain Voltaire de Saint-Denis et du Centre d’hébergement d’Urgence d’Aubervilliers :
Nicoletta Amalia, Béatrice Bladoix, Florian Banica, Argentina Banica , Isabella Cobotaru, Alberto Nicolai Cobotaru, Moïse Cavaci, Corina Covaci, Samuel Covaci, Lorina Cavaci, Alin Covaci, Dominica, Rebecca Guergue, Sabrina Guergue, Denisa Ichim, Rebecca Ichim , Louisa Ibrahim, Ionut, Rénata Ion Zaïnab Kamara, Bouba Kamara, Alessandra Nicoloci , Selena Stefan, Vanessa Stefan, Montana Stefan , Costica Stamaté, Juliéta Stamaté, Denisa Teglas, Rebecca Touader, Rafael Vasici, Raoul Vasici, Cosmina Cosvici, Constantin Zaharia, Eusébio Zaharia, Narcisa Zahari.

Photos, Vidéos, entretiens radio : Karolina Laderska, Zsazsa Mercury, Tecla Raynaud Rispal, Coralie Tain.
Création payasage sonore : Christophe Moy
Création vidéo : Marie Aubiniere
Direction artistique : Zsazsa Mercury

Avec les voix d’Azadeh Cohen, Tania Magy, Christophe Moy, Nicolas Roméas
Avec des textes extraits des ouvrages de Claire Auzias « Les Tsiganes ou le destin sauvage des Roms de l’Est », de Patrick William « Nous, on en parle pas - Les vivants et les morts chez les Manouches » et des textes réalisés en ateliers d’écriture avec les jeunes des deux terrains.

Le Projet Dukreben des Allumeur.e.s est soutenu par un Contrat de ville intercommunal (Aubervilliers/Saint-Denis), le Département de la Seine-Saint-Denis, Le Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET), la DAC d’Aubervilliers, Arcadi/Passeurs d’Images, la Gaité Lyrique, L’Insatiable, l’association Alteralia, le lieu de fabrique culturel La Villa mais d’Ici, La semeuse des Laboratoires d’Aubervilliers, l’Agence de Service Civique.

Si la vidéo ne fonctionne pas sur Vimeo vous pouvez la retrouver sur PeerTube :



fake lien pour chrome



Partager cet article /  





Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…
Services
→ S’abonner
→ Dons
→ Parutions papier