Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Le blog de Samuel Wahl :




Le film des Nuits debout n’aura pas lieu, les raisons en sont nombreuses . Natacha Samuel connaît cet impossible, sans doute est-ce pour ça qu’elle présente « La place publique, essai cinématographique » en prolongement de la parole qui prit corps ce printemps 2016 dans les rues de Marseille. Lors de sa première projection, décidée séance tenante par Les ami.e.s et partenaires du cinéma Les Variétés , la Cinema-debout-un-62-mars-a-Marseille



Paul Jorion "remercié" par la Vrije Universiteit Brussel…



Après 30 ans d’activité, le bar Floréal.photographie s’arrête. Il a été mis en liquidation judiciaire le 30 juillet 2015.



Lier les arts à l’action politique jusqu’à ne plus pouvoir distinguer l’un de l’autre ? Voie parlementaire ou insurrection ? La question a animé le 30e Festival d’Aurillac, avec deux approches différentes, pas forcément opposées. Imagination et plaisir peuvent être un moteur pour la transformation artistique d’une société de plus en plus verrouillée. Ça se passe dans la Aurillac-la-democratie-a-ciel-ouvert



Anne Baudoux, comédienne, nous adresse son Journal d’Athènes depuis le festival d’Epidaure. Dans ces récits de la catastrophe, « la certitude que l’impact des politiques d’austérité ne s’arrêtera pas, en ce qui nous concerne, aux frontières belges, comme l’annonçait, il y a quelques années, notre journal télévisé en parlant du nuage irradié de Athenes-Traces-photographiques-et-f...



L’homme de foi est le miroir de l’homme de foi

Youssef Seddik est philosophe, spécialiste de la Grèce antique et de l’anthropologie du Coran. Dans une Tunisie en transition, il invite la société à se réapproprier les codes culturels et religieux pour inventer un futur de paix.



Entretien avec Amazigh Kateb

La première étape du Festival La voix est libre/El Chanti s’est déroulée cette année en Tunisie, un mois après les attentats du Bardo et le Forum Social Mondial. Ces deux événements manifestent, à quelques jours d’intervalle, les enjeux cruciaux auxquels est confronté le pays. Comme en écho, au Kef, un village à proximité de la frontière algérienne, le festival musical nomade proposait une soirée dans un J-ai-l-air-d-un-Boogie-Man-Entretie...



À la fin du XVIe siècle, à Londres, un groupe qui s’est donné pour nom L’École de la Nuit - The School of Night -, se réunit donc régulièrement, et clandestinement. C’est un groupe de stars : des auteurs de théâtre, des savants, des aventuriers chéris de la Reine. Ils ont le goût de la marge, du risque, du dépassement du sens L-ecole-de-la-nuit-Seminaire-sur-le...



Actuel : contemporain diraient certains, politique dirons-nous.
Les « pièces d’actualité », proposées par Marie-José Malis sont un élément-clé du nouveau dispositif du Théâtre de la Commune qu’elle dirige à Aubervilliers. Inviter des artistes, du théâtre, de la danse, à travailler avec des « invisibles » dans la ville - pour leur rendre la parole - est une idée en apparence aussi simple qu’elle porte en elle un Actuel-comme-le-theatre



Actuel : contemporain diraient certains, politique dirons-nous.
Les « pièces d’actualité », proposées par Marie-José Malis sont un élément clé du nouveau dispositif du Théâtre de la Commune qu’elle dirige à Aubervilliers. Inviter des artistes, du théâtre, de la danse, à travailler avec des « invisibles » dans la ville - pour leur rendre la parole - est une idée en apparence aussi simple qu’elle porte en elle Bonne-nouvelle-le-theatre-est-actuel



Qu’il s’agisse de pensée ou de poésie, le ressassement est un havre pour les intranquilles. Les récits de Cendrars parcourant le monde, partout partageant l’expérience, même imaginaire, qu’il en fit, tirent le fil de sa narration comme une ligne continue dans un parcours qui le projette toujours déjà dans un ailleurs. C’est depuis l’enfance - le temps de toutes les aventures - que ce souffle me fut Cendrars-voyage-a-travers-nos-vies



Le 21 avril 2015 à Confluences : un spectacle du Collectif Permaloso suivi d’un débat animé par Samuel Wahl, journaliste, autour des questions soulevées par l’ouvrage coordonné par Agnès Rousseaux, journaliste à Basta !, co-signé par ATTAC et édité par Les Liens qui Libèrent.



Bruno Boussagol

Ouverture pour inventaire est un chantier de recherche filmique sur l’action artistique et culturelle de Brut de Béton : « indépendante et durable, militante et néanmoins inscrite dans l’art contemporain tout en restant fidèle aux pionniers de l’éducation populaire. »





Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ». Tout son tra­vail consiste à faire de celui qui a vécu « la chose » que ce soit Hiroshima, Auschwitz... le seul déten­teur Ce-quel­que-chose-qui-est-la-De

Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.