Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Le blog de Olivier Schneider :




Le KAROUSELAZ – manège artistique et chantier d’insertion à la Fabrik, Saint-Denis de la Réunion

La Fabrik, à la fois théâtre et lieu de vie, de création et de rencontres, s’est durablement inscrite dans l’histoire et la vie de son quartier : celui de la Patate à Durand, ancien quartier pêcheur devenu zone d’habitation à loyer modéré séparé de la mer par la route du Littoral, et les quartiers environnants du centre de la La-Reunion-reinvente-son-carrousel



Un article d’Olivier Schneider en partenariat avec Le Ravi

Un bref état des lieux du mouvement culturel occitan à Marseille en profitant du retour de Nielo Gaglione du groupe Naïas qu’on pensait définitivement exilé au Nouveau Mexique suite aux crises et aux dissensions créées par Marseille-Provence 2013.



Jusqu’au 16 mai à la Générale, le collectif TOC avec Jean-Patrick Manchette et Antonin Artaud.



Rroms et médias

TF1, qui s’était fait une spécialité de la mise à l’index des Rroms et des voyageurs, est devenue malgré elle ou par stratégie commerciale, le porte drapeau de la communauté Gitane, des Rroms et des Gens du Voyage !



Le 10 mai, journée de la commémoration de l’abolition de l’esclavage, un groupe de jeunes identitaires (Génération Identitaires et Apaches) ont défilé en veste jaune, station après station, dans le métro parisien.



Ateliers, Caravanes Poétiques, films, librairie à poèmes, install cageots, etc.



Comment parler de l’enlèvement de 200 lycéennes par Boko Haram ("L’éducation est un pêché"), pour en faire "des esclaves" ?



On se souvient de la fermeture soudaine des chaines de télévision et de radio publiques grecques par un arrêté du ministère des finances sous contrôle de la Troïka européenne.



Expérience d’une relation vécue

Le cheval est un animal qui nous comprend. Muet complice de nos guerres, de nos carnages, de notre soif de conquérir la terre, il ne nous a rien dit. Et un jour nous n’avions plus besoin de lui. Nous l’avons mis au bord de la route. Quelques gitans ont continué à vivre au rythme des carrioles puis tout cela a été interdit, et les chevaux, et les hommes, envoyés à la boucherie. Seul est resté Le-Cheval-Bavard-une-experience



La première fois que j’ai voulu voir ce qui se passait dans l’exposition libre de Thomas Hirschhorn (jusqu’au 23/06) au Palais de Tokyo, c’était le soir du 1er mai.



On sait que sous la gauche au pouvoir, les premiers mai s’étiolent. Il faut croire que ce n’est plus tout à fait la gauche qui siège tout en haut puisque, malgré la pluie et les divisions, les défilés étaient remplis de monde ce 1er mai entre Bastille et Nation.



L’enchainement de réactions violentes contre une manifestation pour l’unité de l’Ukraine a entrainé la mort de militants qu’on pourrait qualifier de "néo-soviétiques" dans une Maison des Syndicats incendiée par leurs adversaires.



Du spectacle aux scènes

Et si nous assistions peu à peu à la fin du temps du spectacle ? Il est passé le temps où le poste de télévision montrait à la famille rassemblée ce qu’il fallait voir. La téléréalité passionne de moins en moins les foules, le grand spectacle des pouvoirs est partout mis en doute, voire renversé par les peuples.





Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ». Tout son tra­vail consiste à faire de celui qui a vécu « la chose » que ce soit Hiroshima, Auschwitz... le seul déten­teur Ce-quel­que-chose-qui-est-la-De

Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.