Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Tribu Festival à Dijon

par L’Insatiable
Sous thématique(s) : Musique , Cinéma , Festival , Rencontres et forums , Chant , Hip-hop
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Zutique productions présentent le Tribu Festival du 19 au 28 septembre à Dijon. Ce festival de musiques du monde fête ses quinze ans et accueille plus d’une centaine d’artistes de tous horizons.

Zutique productions proposent de découvrir les sonorité du monde qui « évoluent, se transforment, s’entrechoquent et interrogent les parcours de chacun et les transformations culturelles et sociales ». A l’occasion de son quinzième anniversaire, le public est invité à une édition très éclectique du Tribu Festival. Jazz, fado, musique électronique ou encore pop-folk : les rythmes sont variés et cosmopolites. Carla Pires nous emmène à Lisbonne quand des représentants de la Beat Scene nous font nous évader vers Los Angeles.

Pendant dix jours et dans près de dix salles, le festival reçoit des artistes de renommée internationale comme le jazzmen Kahil El Zabar, également percussionniste, compositeur, poète, chanteur et enseignant. Ze Tribu Brass Band, un projet collectif lancé par Tribu Festival en 2010, réunit plus de 30 musiciens amateurs et est toujours à la recherche de percussionnistes, trompettistes, chanteurs et danseurs hip-hop. (Dès 6 ans, informations et inscriptions au 03.80.28.80.42 et atelier@zutique.com)

Un web-documentaire Que pasa Colombia, à propos de la scène musicale colombienne et de l’exportation de cette musique, sera projeté samedi 27 septembre à 16h à La Nef de Dijon, suivi d’une rencontre avec le réalisateur du film Thomas Petitberghien.
Le jeune public ne sera pas en reste. Minotone, le Tribu Festival destiné aux minots avec des concerts, des ateliers de fabrication d’instruments, des contes et lectures, aura lieu dimanche 28 septembre de 11h à 18h à La Minoterie .

L’équipe du festival n’oublie pas d’affirmer sa position concernant le conflit lié à l’accord Unedic du 22 mars : « Si nous pouvons vous proposer cette quinzième édition, faire émerger du sens, de la beauté et participer à la fabrication du commun c’est aussi et surtout grâce à tous ces artistes et techniciens dont nous défendons la spécificité d’un régime, celui des intermittents du spectacle, parce qu’il est le seul à répondre aux conditions très particulières d’exercice de leurs métiers. »

Pour en savoir plus : <popup|texte=ici|titre=Tribu Festival|lien=http://tribufestival.com/>.

GIF - 32.3 ko





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Le Théâtre de l’Opprimé accueille la 10ème édition du Festival MigrActions.
Un fes­ti­val plu­ri­dis­ci­pli­naire dans lequel les géné­ra­tions dia­lo­guent, les natio­na­li­tés se ren­contrent et les genres se croi­sent.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.