Rena Kano

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Entretiens

Rena Kano

Après le tsunami - le vrai rôle de l’art
PARTAGER ►

par Céline Delavaux
Sous thématique(s) : Japon Paru dans Cassandre/Horschamp 87
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Après le tsunami dévastateur qui a frappé le Japon le 11 mars 2011, divers organismes se sont mobilisés pour apporter un soutien financier aux rescapés. La solidarité, certes nécessaire, a par fois pris des allures de spectacle, notamment quand elle engageait des artistes… Pour Rena Kano, historienne de l’art et journaliste, jeune Japonaise qui vit depuis une dizaine d’années à Paris, ces manifestations charitables font jouer à l’art un rôle qui n’est pas le sien.

L’art comme alibi

Après le tremblement de terre et le tsunami japonais, en France, un certain « milieu de l’art » s’est lancé dans l’organisation de ventes aux enchères d’œuvres, destinées à soutenir les victimes. Ce geste m’a d’emblée incitée à m’interroger sur la raison d’être de l’art dans nos sociétés. Et je ne suis pas la seule : des artistes, français et étrangers, sollicités pour offrir leurs œuvres à ces enchères, m’ont fait part de leur perplexité quand au rôle qu’on leur attribuait. Lors de ces événements de charité, les collectionneurs achètent des œuvres, comme ils le font dans des galeries. Ils sont contents d’avoir acquis une œuvre, comme dans n’importe quelle autre transaction, et ils décorent leurs murs avec leur acquisition… Si cela ne change rien pour les collectionneurs, en revanche, c’est très différent pour l’organisateur de la manifestation. N’est-ce pas l’occasion de s’autopromouvoir ? Pourquoi a-t-on besoin de l’art pour collecter ainsi de l’argent ? Dans ce contexte, on réduit l’art à une valeur d’alibi.

L’art e(s)t l’argent

S’il tient à aider les Japonais, un collectionneur peut très bien, s’il le veut vraiment, donner de l’argent sans l’intermédiaire d’une vente aux enchères, sans le truchement d’une œuvres d’art. L’art est ici utilisé comme un filtre pour ne pas regarder de front la catastrophe, comme un masque de « beauté » pour cacher le désastre. Peut-on réduire l’art à cela ? Dans ce contexte, l’art devient un simple objet totalement interchangeable avec l’argent. Autant dire dans ce cas que l’art est l’argent !

On a besoin de l’art pour ce soutien au Japon, mais pas de cette façon… L’art peut être utile en restant de l’art. Il doit préserver sa spécificité : il n’a pas à être subverti, dévoyé de sa nature. C’est par son caractère unique, incomparable, irremplaçable, que l’art peut contribuer au soutien de victimes de désastres. Pour exemple, l’artiste YannToma : son installation interactive Dynamo-Fukushima reste un véritable geste artistique qui ne se résume pas à une collecte de fonds. C’est de l’énergie et de la lumière qu’il transmet vers le Japon. À une autre échelle, les artistes peuvent s’engager directement : par exemple, animer des ateliers avec des enfants français et envoyer ces dessins aux centres de réfugiés, tout en leur laissant la liberté de jeter ces dessins s’ils n’en veulent pas ! Travailler à une prise de conscience, échanger, partager sans imposer pour se donner bonne conscience…

Fumer, boire, se maquiller, rire, consommer*…

Les victimes continuent à vivre, c’est-à-dire à avoir besoin de plaisir, de rêve et d’espoir. On a besoin de légèreté. Les êtres humains ne peuvent vivre dans la tension et la douleur permanentes. Parmi les victimes, certains ont perdu leur famille, leur maison, leur travail, leur région, leur paysage… À cela s’ajoute la menace invisible qui pマse sur nous tous, la contamination nucléaire. C’est là que s’inscrit le rôle de l’art, là où la politique ne fabrique que du paradoxe. D’un côté, le gouvernement travaille à obtenir la nomination des plus beaux sites du pays au patrimoine mondial de l’Unesco – une démarche qui vise à valoriser et à protéger le patrimoine naturel et la population. De l’autre, la politique gouvernementale de l’énergie, totalement assujettie aux lobbies du nucléaire, contribue à détruire ce paysage. Politique nucléaire versus politique culturelle : les deux mondes ne communiquent pas entre eux. Au Japon, les ministères sont très compartimentés et leurs stratégies s’opposent : impossible d’avoir une vision globale. En outre, le gouvernement change très vite : ces cinq dernières années, nous avons vu six Premiers ministres se succéder ! La rentabilité économique occupe le premier rang, tout ce qui ne rapporte pas d’argent passe après. L’acharnement à préserver les privilèges financiers est une atteinte à la dignité du pays. Comment, par le biais de l’art, peut-on oser faire de l’argent avec une catastrophe !

Le rôle de l’art est peut-être justement là de nous rappeler notre dignité. Je souhaite que ce désastre fasse prendre conscience que la vraie valeur à conserver, notre patrimoine commun, c’est la dignité de l’humanité.

Propos recueillis par Céline Delavaux

* En effet, consommer n’est plus une activité innocente au Japon… Après la catastrophe nucléaire, un mouvement irrationnel a encouragé la population japonaise à consommer les produits issus de la région de Fukushima. Un geste de soutien économique et, surtout, de déni contre la rumeur publique : des chaînes de restauration rapide, des cantines d’écoles se vantaient d’utiliser les légumes de Fukushima ! Au mois de juillet dernier, la viande de bœufs élevés dans la région contaminée a été vendue dans tout le pays : les bêtes en question avaient été contaminées en mangeant du foin stocké en plein air pendant plusieurs semaines ; leur viande présentait un taux de radioactivité bien supérieure à la norme… étrange manière de soutien par la contamination !

• www.dynamo-fukushima.org

N’oublions pas Fukushima © Olivier Perrot


fake lien pour chrome



Partager cet article /  



<< ENTRETIEN PRÉCÉDENT
Paul Jorion
ENTRETIEN SUIVANT >>
Suzanne Citron





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Lancement d’Archipels 2 à Liège le 18 novem­bre 2017 de 18h à 19h30.« Devant des événements aussi vio­lents que la “crise des migrants”, il est plus commun, plus immé­diat, de se lais­ser sidé­rer que de consi­dé­rer », écrit Marielle Macé, la sidé­ra­tion indui­sant une mise à dis­tance, une para­ly­sie, à l’inverse de la consi­dé­ra­tion qui favo­rise la com­pas­sion, la lutte.


Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !