Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Archives

Lettre à la nouvelle promotion de l’Ensatt

Quand Ariane Mnouchkine s’’adresse aux hommes et femmes de théâtre en devenir...
Thématique(s) : Politique de l’art Sous thématique(s) : Tribune
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Vous en avez de la chance.

Vous en avez de la chance, d’être allés à l’école, au lycée, peut-être à l’université, sans restriction, sans quota.

JPEG - 21.7 ko

Vous en avez de la chance, oui, car ce n’est pas partout dans le monde, qu’en ce lundi 30 septembre 2013, de jeunes femmes et de jeunes hommes, semblables à vous pourtant, peuvent se retrouver dans une école de théâtre.

Sans avoir à vous cacher, sans craindre pour vos jours, sans risquer d’être brulés vifs, vous en avez de la chance d’entrer aujourd’hui dans cette prestigieuse école de théâtre où vous serez amenés à mimer, à jouer, à incarner des actes venus de sentiments inouïs, purs, obscènes, sublimes, diaboliques, atroces. Humains, quoi.

Et si, ces sentiments, vous ne les jouez pas, car ce n’est pas le chemin que vous avez choisi, vous, les futurs techniciens, ne pensez pas vous en tirer à si bon compte. Les ponts d’où ils se jetteront, les balcons où ils se suspendront, la tempête qui les échouera, le rivage, la jungle des villes, le cachot du roi, le verger, le son de la hache qui l’abat, le tonnerre des angoisses et des remords, les couchers et levers de soleil, les crépuscules, tout ça, c’est vous. L’oreiller qui étouffe vous le broderez. Le mouchoir aussi. La tunique empoisonnée, vous la taillerez. Le sang vous le ferez couler. Les soleils, les obscures clartés, la lune aphrodisiaque, c’est vous qui les suspendrez.

Alors ne frimez pas, vous les virils, les futurs directeurs techniques, ceux à qui on ne la fait pas, le champ de bataille vous y serez. La bataille, vous la livrerez. Les frissons vous les aurez et les coliques aussi. En tous cas, c’est ce que j’espère pour vous.

Mais, bon sang, pourquoi vous dis-je tout ça ? C’est presque agressif.

Je vous dis tout ça, parce que j’ai peur. J’ai peur pour vous. J’ai toujours peur qu’on vous empêche d’imaginer, de rêver, de voler. J’ai peur des cyniques, des grossiers, des avachis aux regards désabusés. J’ai peur que quelqu’un, quelqu’une, peut-être même parmi vous, oui, d’abord parmi vous, vous désenchante. Un goguenard et ses packs de bière, une voix criarde et ses sacs en plastique. Des remarques acerbes entre deux clopes. Et c’est fini. The moon is down. En plastique, elle aussi.

Mais qu’est-ce que je suis en train de leur dire… ? Tu parles d’une adresse d’accueil ! Sois gentille avec eux. Ils sont jeunes, encourage-les.

Mais, justement, je les encourage, à ma façon, en leur disant mes inquiétudes et désignant mes ennemis.

Le directeur, celui qui est en train de lire ma lettre, m’a choisie, moi, comme marraine, les professeurs ont accepté, ce n’est pas rien, c’est un honneur, mais c’est surtout une responsabilité. Enorme. Je ne peux pas leur faire un faux salut qui ne dise pas ce que je crois, qui ne nomme pas les outils qu’ils devront absolument posséder et partager pour se lancer dans l’épopée qui, pour eux, commence aujourd’hui. Et qui pour moi commença il y a 55 ans.

Je crois à l’imagination, à la liberté, mais aussi à la ponctualité, je crois à la fantaisie de la parole, mais aussi à la politesse, ce minimum de la ritualisation de notre vie quotidienne.

Je crois à la générosité du jeu et de l’action, mais avant tout je crois à celle de l’écoute.

Je crois par-dessus tout à l’amitié qui sera votre philtre, votre potion magique.

Je crois que votre école ne doit pas faire de vous des acteurs d’un côté, des techniciens de l’autre, mais des femmes et des hommes de théâtre tout simplement. Une perche, un projecteur, un marteau, une perceuse, un sentiment, une bonne diction, un silence précautionneux, une mélodie, un vers, une échelle bien mise, voilà qui appartient à tous. Vous avez terriblement besoin les uns des autres. Si vous ne voulez pas partager le savoir, la pratique, vous serez moins forts, moins heureux, moins fiers. Je vous assure, je vous assure.

Je crois que votre école ne doit pas vous préparer à entrer sur le Marché, mais sur l’immense chantier d’un monde meilleur auquel, grâce à votre art, il vous revient d’œuvrer maintenant.

Je crois que toutes les administrations de France, de Navarre et d’Europe doivent cesser d’assortir l’aide qu’elles proposent à la jeunesse avec des cages dans lesquelles vous seriez, par réalisme, contraints d’entrer. Votre école ne doit pas vous enseigner à vous y résigner.

Vous ne devez entrer dans aucune case, aucune cage, vos seules limites sont celles qu’imposent à votre cœur et à votre conscience le respect de l’autre, la Justice, la solidarité et la tendresse humaine.

Je vous embrasse
Ariane






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.