Le mot de passe et l’incendie

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Archipels #2
est sorti !





  


< Articles

Le mot de passe et l’incendie

By heart au Théâtre de la Bastille,
PARTAGER ►

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



L’écrivain russe Boris Pasternak, invité à une conférence officielle sur la littérature organisée par le gouvernement au moment des procès de Moscou, hésita à s’y rendre : il savait qu’il serait arrêté s’il parlait mais qu’il le serait aussi s’il n’y allait pas. Il y alla finalement, resta très longtemps silencieux, ses amis le pressaient de dire quelque chose… Finalement il ne prononça, le deuxième jour, qu’un seul et unique mot : « trente-deux ».

JPEG - 26.5 ko
Boris Pasternak © DR

À cet instant, on entendit une voix, une autre, un murmure d’abord, qui s’amplifie de l’un à l’autre, puis tous ensemble le public de la salle entière se mit à réciter en chœur, d’un même souffle, le trente-deuxième des sonnets de Wi[...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !



Théâtre Littérature Politiques culturelles Paris Tiago Rodrigues
fake lien pour chrome



Partager cet article /  





Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…