FITA [2] : Dire le génocide

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Articles

FITA [2] : Dire le génocide

PARTAGER ►

par Marina Skalova
Thématique(s) : Politique de l’art Sous thématique(s) : Théâtre , Festival
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Du 12 au 23 novembre 2014, la région Rhône-Alpes et la ville de Grenoble accueillaient la septième édition du Festival International du Théâtre Action, créé en 2002 à l’initiative de Laurent Poncelet et de sa compagnie Ophélia Théâtre dans le sillage du FITA-Belgique [1], lui-même inspiré par le CREARC [2] de Renata Scant. Cette passionnante manifestation biennale accueille des spectacles engagés du monde entier, qui vont pour cette édition de l’Algérie à la Syrie, en passant par la Belgique et l’Afrique de l’Ouest. Parmi eux, le très beau travail de Dominique Lurcel et de sa compagnie Les passeurs de mémoire, avec des jeunes rescapés du génocide du Rwanda.

JPEG - 70.5 ko
FITA ©DR

Ceux qui étaient au théâtre du Prunier Sauvage, ce dimanche 23 novembre, ont dû sentir cette vague de fragilité, portée par les jeunes comédiens, leur frôler l’épaule. Un voile de timidité, mêlé à une force qu’aucune tempête [...]

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous ou abonnez-vous ici

Ce journal culturel en ligne est alimenté et animé par l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et les nouveaux rédacteurs de L’Insatiable qui produit également Archipels avec Culture et démocratie. Nous vous proposons des formules d’abonnement à L’Insatiable et à Archipels. Vous pouvez également recevoir des collections de numéros thématiques de Cassandre/Horschamp. Nous ne pourrons évidemment pas continuer à le développer sans votre soutien !




[2Théâtre Action 1972-1982

L’association a été créée en 1972 par Fernand Garnier et Renata Scant sous le nom de Théâtre Action. Elle regroupe alors des militants culturels, associatifs, des enseignants... L’objectif initial était de créer une structure au plus près de la population pour lui permettre un accès au théâtre, à la culture. Théâtre Action est fondé non seulement sur l’objectif de faire tout un travail dans les quartiers de la ville, mais aussi dans le but de construire une action culturelle en relation avec le milieu associatif. C’est ainsi que, très rapidement, vont se monter des spectacles et des projets de développement culturel dans ces différentes directions. Par exemple, dès 1972, Théâtre Action participe au projet " Jeunesse de Grenoble " dont la ville a pris l’initiative et qui amène l’association à diriger des ateliers théâtre pour les enfants, les jeunes, les adultes, les femmes, au quartier Mistral, Teisseire, à l’Abbaye et dans les centres sociaux. Cela débouchera sur le projet « Action culturelle dans les grands ensembles », mis en place en 1974 avec le Fonds d’Intervention Culturelle et grâce à des financements des ministères de l’Éducation, de la Santé, de la Culture, de la Justice, dans le but de faire un travail avec ceux qu’on appelle " les jeunes délinquants ". Il sera mené à bien grâce à une collaboration étroite avec les structures sociales et socio-éducatives de la ville.

fake lien pour chrome



Partager cet article /  



<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Africa Unite !
ARTICLE SUIVANT >>
FITA [1] : Trouver sa place




Lire aussi
> FITA [1] : Trouver sa place
Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Lancement d’Archipels 2 à Liège le 18 novem­bre 2017 de 18h à 19h30.« Devant des événements aussi vio­lents que la “crise des migrants”, il est plus commun, plus immé­diat, de se lais­ser sidé­rer que de consi­dé­rer », écrit Marielle Macé, la sidé­ra­tion indui­sant une mise à dis­tance, une para­ly­sie, à l’inverse de la consi­dé­ra­tion qui favo­rise la com­pas­sion, la lutte.


Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !