Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

Agenda de ministre

par Valérie de Saint-Do
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Le privilège des journalistes culturels est de recevoir l’agenda de la ministre de la Culture. En cette période marquée par le combat des intermittents, j’ai donc compulsé avec attention celui de Mme Filippetti.

Qu’apprend cette lecture ?
Un sens des priorités que l’on pourrait qualifier de légèrement décalé.
À moins qu’il ne soit extrêmement significatif de ce que sont précisément les priorités du gouvernement en matière de culture.
Lundi 23 madame la ministre s’entretenait puis signait une convention culturelle avec Cheikh Tamim bin Hamad Al-Thani, émir du Qatar, au Palais de l’Élysée. Demain mercredi 25 juin, madame la ministre, en compagnie de M. Arnaud Montebourg, reçoit la restitution du rapport sur « l’entrepreneuriat culturel » remis par Steven Hearns.

Qui est Steven Hearns ? Le président de la holding Scintillo « qui regroupe de nombreuses participations dans le champ culturel : équipements et cinémas, revue et magazines, production cinématographique, incubation et pépinière » Il est également le gérant de l’agence Le Troisième pôle, qu’il a fondée en 2000. « Spécialisée en ingénierie culturelle et sociale en direction des administrations publiques, elle développe de nouvelles perspectives de politiques territoriales ».
Il est par ailleurs le vice-président de La Gaîté Lyrique et le gérant du défunt magazine Mouvement (ce qui en passant laisse planer quelques doutes sur ses capacités de gestionnaire, à moins que la liquidation d’un périodique culturel fasse partie des missions d’un tycoon chargé d’éliminer toute critique de « l’entrepreneuriat culturel »).

Cumul des fonctions quasi monopolistiques, OPA sur des institutions municipales, étrange intrusion des intérêts privés dans la gestion d’établissements publics, langage du management et du marketing appliqué au champ de l’art... Tout un programme et un agenda politique, en effet. Dont les intérêts ne semblent pas exactement coïncider avec ceux des artistes ni avec le partage de l’imaginaire et du sensible dans notre société.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.