Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Le blog de Marina Skalova :




Suisse/Chili, regards croisés.

Le 30 novembre, l’initiative « Ecopop », nouveau projet de loi liberticide visant à limiter l’immigration, sera soumise au référendum populaire en Suisse. Alors que leur pays se coupe de plus en plus du monde, certains artistes helvètes osent encore regarder plus loin que le bout de leur nez. La pièce ARCADIA de la Compagnie Trop cher to share vise à tendre un miroir à « l’identité suisse » depuis le Arcadia-un-pays-de-cocagne



Extrait d’un article paru dans le numéro 98 de Cassandre/Horschamp

Extrait d’un article de Cassandre/Horschamp 98 : Fin mars, le théâtre 2.21 de Lausanne présentait Depuis la prison, une exposition à l’initiative du collectif Prélude, pôle de coordination d’actions culturelles en Suisse...



Extrait d’un article du numéro 98 de Cassandre/Horschamp

La Maison d’Europe et d’Orient accueille une mosaïque improbable d’écritures. Lieu d’une circulation précieuse entre les voix, les langues, les théâtres, elle incarne l’art du déplacement par excellence. Aujourd’hui extrêmement fragilisée, elle continue – contre vents et marées – à faire vivre la création théâtrale Agitation-et-propagande-a-la



Entretien avec Neda Nedjana, dramaturge ukrainienne

Dramaturge et metteur en scène ukrainienne, Neda Nedjana a proposé des extraits de son travail théâtral à la Maison d’Europe et d’Orient dans le cadre de l’Europe des théâtres. Entretien.



Un joyau macabre et grinçant à la Maison d’Europe et d’Orient

À la Maison d’Europe et d’Orient, il se trame des choses formidables. « Respire ! », la dernière mise en scène du Théâtre National de Syldavie, est un joyau grinçant et acerbe, dont le personnage principal est la mort, où le rire frôle le tragique et l’absurdité.





Brèves


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Tous les deux ans, la ville se trans­forme en un gigan­tes­que cas­te­let en accueillant le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes qui réunit 230 com­pa­gnies et accueille plus de 150.000 spec­ta­teurs. En ce mois de sep­tem­bre aura lieu sa 19° Édition.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».