Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Le blog de Jean-Jacques Delfour :




Agathe Mélinand et Laurent Pelly, co-directeurs du TNT, Théâtre National de Toulouse, ont décidé de traduire et de monter l’une des comédies d’Aristophane, Les Oiseaux, satire de la démocratie, des Athéniens, de la sophistique. Aristophane est plutôt un réac, hostile à la vie urbaine, tenant le bon sens paysan pour la vraie sagesse, bref antidémocrate. Si Les oiseaux présentent un contenu critique (la Les-Oiseaux-d-Aristophane-beau-comm...



La police est une institution ambiguë. Elle maintient l’ordre, protège, poursuit les infracteurs, bref contribue à la liberté et au bonheur. Mais elle est aussi violence, menace, oppression. Elle est paradoxale : les actes de maintien de l’ordre sont possiblement des actes violents et injustes, car l’infracteur n’est jamais une cause isolée mais l’effet d’un contexte social. Elle conçoit les rapports Uni-Form-de-Simone-Aughterlony-et-J...



« Les Quatre jumelles », une courte pièce de l’Argentin Copi, souvent plus connu comme dessinateur corrosif et anarchiste que comme auteur de théâtre, opère des transgressions efficaces qui nous tirent vers la régression. Mais il ne s’agit pas d’un simple retour au plaisir scatologique infantile, plutôt d’une opération de dérision politique, de critique - voilée en rigolades - des valeurs bourgeoises et Les-Quatre-jumelles-s-eclatent



D’après Samuel Achache et Jeanne Candel L’Orfeo de Claudio Monteverdi, écrit en 1607, serait le premier opéra. Ce serait oublier les florentins Jacopo Peri et Giulio Caccini qui rivalisèrent en composant chacun une Euridice (1600 et 1602 sur le même livret). C’est l’illustre J. Peri qui, selon les historiens de l’art, inaugure cette forme dont l’histoire commence avec les recherches de la Camerata L-Orfeo-de-Monteverdi-massacre-par-...



CINÉMA

Qu’est-ce qu’un film idéologique ? Le dernier film de Jarmusch répond en exposant une thèse sur les conditions de la création poétique, mise en image par une série de poncifs esthétiques, lesquels expriment, pour jargonner à la Roland Barthes, « l’américanité ». Du moins une certaine Amérique : le parti-pris des choses simples, l’immersion tranquille et fluide dans le quotidien, la méfiance à l’égard du lyrisme Une-ideologie-americaine-de-la-poes...



J’espère qu’on se souviendra de moi est une pièce écrite par Jean-Marie Piemme à partir du film de Fassbinder Je veux seulement que vous m’aimiez (1976). Créée à Toulouse dans une mise en scène ingénieuse de Sébastien Bournac, tout récent directeur du théâtre Daniel Sorano, cette pièce est le stimulant « récit » d’un fait divers, le meurtre au tournevis d’un conducteur agressif.
Il s’agit d’une question Six-personnages-en-quete-de-theatre



La dernière création de la Cie 111, dont on a pu voir une avant-première à Toulouse, au TNT, les 28, 29 et 30 juin 2016, avant Avignon le 15 juillet 2016, est un patchwork de trois bouts de spectacles étrangers l’un à l’autre. Certes, c’est un « work in progress », mais il a encore beaucoup de progrès à faire ! La déception a cependant une Espaece-patchwork-rhapsodique-et-le...



La force de ce spectacle tient à l’agrafage de transgressions qui ne laissent guère en repos le spectateur. Leur cumul produit cet effet de sidération typique de l’esprit empêtré dans une contradiction (car la transgression nie et affirme en même temps). Opter, de manière réactionnelle, défensive, pour l’adhésion extatique (« C’est génial ! Quel grand artiste ! ») ou pour le rejet (« Quelle honte ! Quel Castellucci-Orestie-une-comedie-org...



Simone Aughterlony, avec la danseuse Antonija Livingstone et le musicien Hahn Rowe, proposent, dans Supernatural, une triple expérience. Une savante décomposition des modèles humains et matériels, une subtile construction du chaos, une puissante expérience de la pulsion anarchique et souveraine, bref le sexuel en royauté, mais transformé en art.
L’œuvre d’art est toujours un conflit entre des forces Comme-une-orgie-normale



Marc Fumaroli, reçu à l’Académie Française, en 1996, fit un éloge de Ionesco où il eut ces mots au sujet de la première pièce parisienne du désormais célèbre auteur roumain : « Les deux premiers coups de maître de Ionesco, La Cantatrice chauve et La Leçon, peuvent passer à juste titre pour les héritiers tardifs des jeux dadaïstes ou surréalistes. Ces techniques subversives sont en réalité subordonnées, chez Laurent-Pelly-Ionesco-La-Cantatrice...



Le mot « variations » autorise à peu près toutes les interprétations. Cependant, malgré une mise en scène séductrice, malgré des comédiens très investis dans leurs « rôles », force est de constater la difficulté de déterminer le propos…
De quoi ça parle, vraiment ?
Ce spectacle serait, dixit Agathe Mélinand, « un état des lieux intime, politique, social, amoureux et surtout totalement subjectif de ce petit espace Masculin-feminin-variations-un-meli...



Jean-Jacques Delfour à Aurillac

Jean-Jacques Delfour connaît par cœur le festival d’Aurillac (qui en est à sa trentième édition), pour le fréquenter depuis ses débuts. Il nous donne son regard très personnel sur quelques-uns des spectacles qui l’y ont marqué cette année.
Muralisme et théâtre de rue
La ménagerie : L’Homme est un animal mobile.
Une proposition multiple : la fabrication comme spectacle, l’angoisse de l’artiste aux Retour-sur-Aurillac-3-Dernier-flashback



Jean-Jacques Delfour à Aurillac

Suite du retour de Jean-Jacques Delfour sur le festival d’Aurillac. Alixem : « Tripe(s) » ou « mes parents n’ont pas eu les couilles de faire des enfants ». Un spectacle psychothérapeutique punk… « Familles, je vous hais » écrivait André Gide. La devise de ce spectacle, elle, pourrait être : « Familles, j’aime vous détester ». Les familles désignent ici un ordre social répressif, normalisateur, moralisant, Retour-sur-Aurillac-2-Alixem



Jean-Jacques Delfour à Aurillac

Jean-Jacques Delfour, professeur de philosophie et essayiste, connaît par cœur le festival d’Aurillac (qui en est à sa trentième édition), pour le fréquenter depuis ses débuts. Il nous donne son regard, très personnel, particulier, sur quelques-uns des spectacles qui l’y ont marqué cette année…





Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.