Et mon âme s’éclaira sous l’effet d’un sensuel courant alternatif...

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Enfin
des cadeaux intelligents !





   


< Articles

Et mon âme s’éclaira sous l’effet d’un sensuel courant alternatif...

L’EMPIRE DES LUMIÈRES KIM YOUNG-HA / ARTHUR NAUZYCIEL
PARTAGER ►

par claire olivier
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Ami lecteur, je ne vais pas encore une fois te faire le coup de la sortie familiale. Exit les réactions de mes filles rebelles-adolescentes ou de mon amoureux râleur-curieux. Aucune mention non plus d’éventuels amis tapis dans la salle. Cette fois, je souhaite partager avec toi une expérience théâtrale sensitive en tête-à-tête. Un temps suspendu « inédit et troublant ». Tu penses que je me complais dans la peau d’une précieuse ridicule ? Que non, je me repais de cette corée-graphie suave aux esprits curieux.

« On finit toujours par devenir un personnage- de sa propre histoire ».
Jacques Lacan.


« 24 heures de la vie d’un homme contraint d’expédier- par-dessus bord son quotidien depuis 20 ans. »


Le thème principal du roman est l’amour, un amour gâché. Et la séparation. La même chose sépare ce couple et ce pays. J’ai voulu montrer de quelle façon le passé tragique de la Corée affecte encore aujourd’hui la vie des gens, comment tout le monde ici porte cette histoire en lui, parfois sans s’en rendre compte. Je crois que l’auteur a non seulement utilisé pour son roman des histoires fictionnelles, mais aussi des histoires réelles qu’il avait entendues, que des gens lui avaient racontées ; il a assemblé tout cela dans le roman. Pour la scène, j’ai prolongé cette démarche et demandé aux acteurs de partager des souvenirs d’enfance liés à la scission de la Corée. À partir des récits empruntés au roman et de ceux des acteurs, nous avons voulu faire de cette pièce une sorte de cérémonie dramatique. Le théâtre est un espace ambigu entre vérité et mensonge, entre réalité et illusion, et ici entre théâtre fictionnel et documentaire. Un espace d’évocation où s’élabore un travail de mémoire.
Arthur Nauziciel.

Voilà l’affaire qui nous occupe : L’Empire des lumières.
Accroche numéro 1 (digne de certains textes critiques pour te faire fuir avant d’arriver à la porte du théâtre). Dans un style précieux, crâne et fr[...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !




fake lien pour chrome




Partager cet article /  





Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…
Services
→ S’abonner
→ Dons
→ Parutions papier