« À table chez nous, on ne parlait pas » Coup de fourchette dans le (...)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Enfin
des cadeaux intelligents !





   


< Articles

« À table chez nous, on ne parlait pas »
Coup de fourchette dans le patriarcat

Coup de fourchette dans le patriarcat
PARTAGER ►

par claire olivier
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



« À tous les repas pris en commun, nous invitons la liberté à s’asseoir. La place demeure vide, mais le couvert reste mis. »
René Char.

« Ce projet est né de ma volonté de comprendre ce qui est arrivé à mon père
en août 1943 lorsqu’il est parti pour le Service du Travail Obligatoire, le S.T.O. La question qui a nourri l’écriture et l’élaboration de ce spectacle : Pourquoi mon père n’en a-t-il jamais parlé ? »
Hédi Tillette de Clermont-Tonnerre

Parcours aléatoire de spectatrices hors de leur terrain d’exploration

Un après-midi d’octobre, gris et doux. Petite bruine automnale.
Un gymnase nancéen sans âme.

Une mère et sa fille ensemble pour le week-end à Nancy.
Elle est étudiante ici. Sa mère vient lui rendre visite.
Elles décident d’aller[...]

Pour lire la suite de cet article,

ABONNEZ-VOUS

(abonnement annuel ou mensuel)

Déjà abonné ?

Connectez-vous !




fake lien pour chrome




Partager cet article /  





Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…
Services
→ S’abonner
→ Dons
→ Parutions papier