Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

3e Biennale de Belleville

par L’Insatiable
Sous thématique(s) : Performance , Urbanisme , Festival , Rencontres et forums , Exposition
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Explorer, déambuler, flâner sont les maîtres-mots de cette 3e édition de la Biennale de Belleville, La piste des Apaches qui se déroulera du 25 septembre au 26 octobre sous le signe de la marche.

Les deux premières éditions avaient initiés de nombreux projets de déambulation tels que les marches de Show-Chun Lee ou celle de l’artiste britannique Hamish Fulton. C’est dans ce prolongement que l’édition 2014 se construit. Dector et Dupuy conduiront le public du Pavillon Carré de Baudouin jusqu’à la Porte des Lilas et vers leur point de départ en suivant un itinéraire non linéaire. Effleurer les lilas sera l’occasion de parcourir la ville poétiquement et d’explorer sa face caché à travers ses bâtiments mais aussi ses habitants.

Laurent Tixador, artiste marcheur propose de relier Nantes et Paris et d’arriver à temps pour le vernissage de la Biennale le 24 septembre. Un blog permettra aux curieux de suivre cette longue marche de quinze jours.

Jacques Clayssen et Patrick Laforet ouvriront une liaison pédestre de quinze kilomètres entre la galerie Thaddaeus Ropac de Pantin et la galerie Gagosian du Bourget. Pendant les quatre heures que dure le trajet, les participants découvriront un paysage contrasté : ils longeront une autoroute, des cités, emprunteront une passerelle sur une gare de triage, passeront par un cimetière...Légendes urbaines et points de vue jalonnent ce Hors-circuits.

Adrien Guillet et Camille Tsvethoukhine imaginent Hanter Belleville un projet composé de trois déambulations et de conférences. Les spectateurs se transforment en fantômes et deviennent acteurs du projet. Ils partiront de différents points de la ville pour se retrouver au croisement des chemins à l’auditorium du Pavillon Carré de Baudouin pour une conférence.

Capucine Vevert se concentre sur une typologie particulière de territoire : les carrières, espaces oubliés des villes. Yet another hole I didn’t know about / A la conquête de la Nouvelle Californie est pensé à la fois pour le territoire de la ville de Malakoff (où l’artiste effectue sa résidence) et le quartier de Belleville. Des créations sonores développés en collaboration avec Valentin Ferré se déclencheront lorsque les marcheurs équipés d’un dispositif géolocalisés surplomberont des carrières.

Le tissu associatif local participe à cette biennale et contribue à élargir la ville. Outre ces déambulations et marches, la biennale de Belleville se constitue de nombreuses expositions, de performances, ou encore d’une journée de colloque. Le désormais traditionnel journal de la biennale sera à nouveau le témoin de cette édition.

Pour en savoir plus : <popup|texte=ici|titre=Biennale de Belleville|lien=www.labiennaledebelleville.fr>.

Biennale de Belleville 3
La piste des Apaches
Paris, quartier de Belleville et Est parisien
Entrée libre dans tous les lieux

GIF - 32.3 ko





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Le Théâtre de l’Opprimé accueille la 10ème édition du Festival MigrActions.
Un fes­ti­val plu­ri­dis­ci­pli­naire dans lequel les géné­ra­tions dia­lo­guent, les natio­na­li­tés se ren­contrent et les genres se croi­sent.


Brèves

En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble...


De juin à octo­bre 2017, les péré­gri­na­tions poé­ti­ques acti­ves sono­res et tex­tuel­les de Julien Blaine à tra­vers le pays… Il voci­fère, il faut s’y faire !


Cette année encore, pour notre grand plai­sir, la Maison de l’Arbre nous ouvre ses portes pour le fes­ti­val TaParole qui s’annonce bien pro­met­teur.