Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

3e Biennale de Belleville

par L’Insatiable
Sous thématique(s) : Performance , Urbanisme , Festival , Rencontres et forums , Exposition
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Explorer, déambuler, flâner sont les maîtres-mots de cette 3e édition de la Biennale de Belleville, La piste des Apaches qui se déroulera du 25 septembre au 26 octobre sous le signe de la marche.

Les deux premières éditions avaient initiés de nombreux projets de déambulation tels que les marches de Show-Chun Lee ou celle de l’artiste britannique Hamish Fulton. C’est dans ce prolongement que l’édition 2014 se construit. Dector et Dupuy conduiront le public du Pavillon Carré de Baudouin jusqu’à la Porte des Lilas et vers leur point de départ en suivant un itinéraire non linéaire. Effleurer les lilas sera l’occasion de parcourir la ville poétiquement et d’explorer sa face caché à travers ses bâtiments mais aussi ses habitants.

Laurent Tixador, artiste marcheur propose de relier Nantes et Paris et d’arriver à temps pour le vernissage de la Biennale le 24 septembre. Un blog permettra aux curieux de suivre cette longue marche de quinze jours.

Jacques Clayssen et Patrick Laforet ouvriront une liaison pédestre de quinze kilomètres entre la galerie Thaddaeus Ropac de Pantin et la galerie Gagosian du Bourget. Pendant les quatre heures que dure le trajet, les participants découvriront un paysage contrasté : ils longeront une autoroute, des cités, emprunteront une passerelle sur une gare de triage, passeront par un cimetière...Légendes urbaines et points de vue jalonnent ce Hors-circuits.

Adrien Guillet et Camille Tsvethoukhine imaginent Hanter Belleville un projet composé de trois déambulations et de conférences. Les spectateurs se transforment en fantômes et deviennent acteurs du projet. Ils partiront de différents points de la ville pour se retrouver au croisement des chemins à l’auditorium du Pavillon Carré de Baudouin pour une conférence.

Capucine Vevert se concentre sur une typologie particulière de territoire : les carrières, espaces oubliés des villes. Yet another hole I didn’t know about / A la conquête de la Nouvelle Californie est pensé à la fois pour le territoire de la ville de Malakoff (où l’artiste effectue sa résidence) et le quartier de Belleville. Des créations sonores développés en collaboration avec Valentin Ferré se déclencheront lorsque les marcheurs équipés d’un dispositif géolocalisés surplomberont des carrières.

Le tissu associatif local participe à cette biennale et contribue à élargir la ville. Outre ces déambulations et marches, la biennale de Belleville se constitue de nombreuses expositions, de performances, ou encore d’une journée de colloque. Le désormais traditionnel journal de la biennale sera à nouveau le témoin de cette édition.

Pour en savoir plus : <popup|texte=ici|titre=Biennale de Belleville|lien=www.labiennaledebelleville.fr>.

Biennale de Belleville 3
La piste des Apaches
Paris, quartier de Belleville et Est parisien
Entrée libre dans tous les lieux

GIF - 32.3 ko





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.


Cette magni­fi­que pièce de Luigi Pirandello mise en scène par Jean Liermier pro­pose une réflexion sur les stra­té­gies défen­si­ves en cas de mort pré­ma­tu­rée d’un fils. Donna Anna va répé­tant que son fils va reve­nir, à la sur­prise hor­ri­fiée de son entou­rage, une famille tra­di­tion­nelle, catho­li­que, rurale. Celle-ci affi­che le bon sens : les morts sont à oublier afin que les vivants puis­sent vivre sans être hantés par eux. À preuve les pier­res tom­ba­les qui empê­chent les morts de sortir des tombes, la cré­ma­tion La-Vie-que-je-t-ai-donnee-Une