De l’air !

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
s’abonner
 

Archipels #2
est sorti !





  


< Articles gratuits cachés

De l’air !

PARTAGER ►

par Valérie de Saint-Do
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Ceux qui prennent l’avion connaissent la vacance. Celle de ces zones de transit, toutes les mêmes sans être identiques, que sont les salles d’embarquement, les zones commerciales, les interminables corridors des aéroports. Ces lieux où, entre deux ports, on se met entre parenthèses, en vacance, avant de possibles vacances.

JPEG - 88.4 ko
Entre Vincent Berhault, Les Singuliers © DR

Pour Merhan Kassimi Nasseri, Iranien interdit d’entrée en France, en Angleterre, en Iran, et partout, la parenthèse a duré seize ans au Terminal 1 de Roissy. Seize ans d’une prison très spéciale entre annonces de décollages et atterrissages, planque dans les toilettes, incessantes rebuffades de l’idiotie et la bureaucratie ambiante. Rien d’une suspension légère de la vie courante, et tout des limbes aseptisées, d’un enfer sans la moindre flamme mais traversé de diables anodins et quotidiens en uniforme.

Une histoire vraie aussi théâtrale, ça devient casse-gueule de la transposer à la scène. Mais le casse-gueule n’est pas pour effrayer Vincent Berhault qui transforme précisément cette tranche de non-vie en un radieux moment d’acrobatie entre tragédie et clownerie. Potelets, fauteuils, plaques de verres, sangles de sécurité : le dispositif scénique de Plug in circus se construit et se déconstruit souplement au cours du spectacle, la salle et les files d’attente mutent en ring ou pistes d’un music-hall dérisoire. Cette tragédie de l’absurde absolu, Vincent Berhault a choisi de la faire décoller vers la légèreté, et il y réussit. Ça tient à une sorcellerie du détail et de l’attraction des contraire. Au commencement est le sorcier du son, Benjamin Colin, qui rythme à vue, distille l’ironie burlesque, l’angoisse, le grave sur lequel évolue un quatuor de virtuoses.

JPEG - 62.2 ko
Entre Vincent Berhault, Les Singuliers © DR

Quatuor, duos, solos. Entre est à la fois tragédie, chorégraphie, récit, théâtre de l’absurde. Trois interprètes prêtent leur corps et leur voix au parcours encagé de Merhan Kassimi Naceri : Barthélémy Goudet, révélation qui oscille sans cesse du burlesque au poignant et livre avec le comédien/slameur Toma Roche un duo/duel jubilatoire de clowns graves ; Gregory Kaman et Xavier Kim, danseurs et circassiens félins, portant toute l’énergie du désespoir d’un corps ne cessant de se cogner, physiquement, aux frontières de la bêtise bureauratique.

Cinq garçons dans le vent dans l’insoutenable lourdeur de l’oppression et la jubilatoire légèreté des corps, (« où sont les femmes ? » est la rare réserve qu’on peut émettre à ce spectacle !).

JPEG - 73.4 ko
Entre Vincent Berhault, Les Singuliers © DR

Bien sûr, on évoquera l’Ubu d’Alfred Jarry, pour toutes ces figures de l’éternelle bêtise en uniforme portées avec tant de brio par Toma Roche ; on pensera à Kafka lors du rétrécissement pathétique de la figure humiliée de Barthélémy Goudet et aux tentatives belles et désespérées des danseurs de sortir du cercle infernal.

On restera sidéré de la force symbolique de cette histoire en ce moment qui rejette et massacre tout ceux qui n’ont pas l’heur de passer le regard mauvais du fonctionnaire d’aéroport. Mais là où Entre frappe fort, c’est en préférant la légèreté de l’enchantement à l’assommoir de la mauvaise conscience. Cette dissection au scalpel de la connerie humaine aurait pu, ou dû, nous plomber. Elle nous allège, comme par un triomphe de l’art, du geste, du rire sur la bêtise et la domination. Le tragique se fait grâce, et c’est rare. À voir !

Valérie de Saint-Do

Jusqu’au samedi 20 octobre, au Théâtre de l’Échangeur à Bagnolet

Entre, mise en scène : Vincent Berhault, Cie Les Singuliers.
Site internet de la compagnie
Une partie de l’écriture du spectacle résulte d’une recherche au plateau, les interprètes sont donc tous inscrits comme auteurs au répertoire.
Contribution à l’écriture : Cédric Parizot – Anthropologue du politique.
Jeu : Barthélémy Goutet, Benjamin Colin, Grégory Kamoun, Toma Roche, Xavier Kim
Musique : Benjamin Colin
Lumière : Benoit Aubry
Costumes : Barthélémy Goutet
Construction décor : Plug In Circus
Accompagnement production : ASIN
Accompagnement diffusion : MYND Productions



fake lien pour chrome



Partager cet article /  





Réagissez, complétez cette info :  →
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.



Infos, réflexions, humeurs et débats sur l’art, la culture et la société…