Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Veillée pour l’écrivaine Asli Erdogan à la Parole errante

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Veillée pour l’écrivaine Asli Erdogan le mardi 25 avril à 20 heures à La Parole errante 9, rue François Debergue - Montreuil. (métro : Croix de Chavaux).

JPEG - 143.3 ko

Asli Erdogan est une des écrivaines les plus importantes de la littérature Turque. Son œuvre porte la voix et la sensibilité des déshérités, des exilés, des oubliés. Elle a été arrêtée le 16 août 2016 à Istanbul en même temps que 20 membres du journal d’opposition Ösgür Gündem sous l’inculpation de participation à un groupe terroriste, mais plutôt en réalité pour ses écrits en faveur des minorités opprimées, et en particulier des Kurdes. Libérée provisoirement le 29 décembre, elle est repassée en jugement le 14 mars et son procès a été maintenant reporté au 22 juin. La réclusion à perpétuité a été requise contre elle.

Dans la plaidoirie qu’elle a prononcé devant ses juges le 29 décembre, elle disait :
"Pourquoi moi ? Pourquoi m’avoir choisie, moi, comme cible d’un lynchage politique ? Pourquoi s’acharner ainsi de toutes ses forces sur une femme qui n’existe que par sa plume, si ce n’est parce que le Pouvoir veut instaurer un rituel de chasse aux sorcières ? Comment ne se rend-il pas compte que la Turquie, en emprisonnant plus de 150 écrivains, ampute sa propre langue ?"

Nous sommes un collectif d’acteurs professionnels issus des Ateliers R L (Ateliers de recherche René Loyon). Pour répondre à une demande du comité de soutien, dirigé par Tieri Briet, nous proposons, dans une démarche militante, des lectures d’extraits de textes d’Asli Erdogan publiés en France aux éditions Actes Sud :

La Ville dont la cape est rouge, traduction Esin Soysal Dauvergne

Les oiseaux de bois, traduction Jean Descat

Le Mandarin miraculeux, traduction Jean Descat

Le Bâtiment de pierre, traduction Jean Descat

Le Silence même n’est plus à toi, traduction Julien Lapeyre de Cabanes

Nous lirons aussi au cours de cette soirée des extraits de ses interviews, de ses lettres et de sa plaidoirie.

Nous souhaitons ainsi attirer l’attention du public sur la situation tragique des milliers d’écrivains, universitaires, journalistes empêchés de travailler ou emprisonnés en Turquie depuis le pseudo coup d’Etat de juillet 2016, et sur le coup terrible porté à la liberté de pensée et d’expression dans ce pays.

Nous voulons que toutes ces personnes sachent que nous ne les oublions pas car de leur liberté dépend aussi la nôtre.






2 commentaire(s)

Compagnie L’Arbre 3 mai 2017

La parole erre :
Une autre soirée de soutien aura lieu à Beaurepaire en Isère, lundi 8 mai 2017, à 18h30 (Camping intercommunal, à côté de la piscine), autour de la compagnie Carcara et des artistes du territoire. Lecture de textes d’Asli Erdogan, parole et écriture d’une lettre de soutien.

Signaler

Chadia Boufira 25 avril 2017

Tous ces intellectuels, artistes, journalistes, bref culture et de l’information disparaissent dans des cellules de prison parce qu’ils sont témoins ; par la plume, ils témoignent sur d’autres qui diaprassent au grand jour sous des régimes de dictature ; la vie des autres, leurs noms, identité-r"duit au silence, l’oubli, témoignons nous aussi- de leur existence, nom, combat-Quand tout se saura, lèvera les bras ---- cessera ?

Signaler
Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.


Cette magni­fi­que pièce de Luigi Pirandello mise en scène par Jean Liermier pro­pose une réflexion sur les stra­té­gies défen­si­ves en cas de mort pré­ma­tu­rée d’un fils. Donna Anna va répé­tant que son fils va reve­nir, à la sur­prise hor­ri­fiée de son entou­rage, une famille tra­di­tion­nelle, catho­li­que, rurale. Celle-ci affi­che le bon sens : les morts sont à oublier afin que les vivants puis­sent vivre sans être hantés par eux. À preuve les pier­res tom­ba­les qui empê­chent les morts de sortir des tombes, la cré­ma­tion La-Vie-que-je-t-ai-donnee-Une