Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Veillée pour l’écrivaine Asli Erdogan à la Parole errante

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Veillée pour l’écrivaine Asli Erdogan le mardi 25 avril à 20 heures à La Parole errante 9, rue François Debergue - Montreuil. (métro : Croix de Chavaux).

JPEG - 143.3 ko

Asli Erdogan est une des écrivaines les plus importantes de la littérature Turque. Son œuvre porte la voix et la sensibilité des déshérités, des exilés, des oubliés. Elle a été arrêtée le 16 août 2016 à Istanbul en même temps que 20 membres du journal d’opposition Ösgür Gündem sous l’inculpation de participation à un groupe terroriste, mais plutôt en réalité pour ses écrits en faveur des minorités opprimées, et en particulier des Kurdes. Libérée provisoirement le 29 décembre, elle est repassée en jugement le 14 mars et son procès a été maintenant reporté au 22 juin. La réclusion à perpétuité a été requise contre elle.

Dans la plaidoirie qu’elle a prononcé devant ses juges le 29 décembre, elle disait :
"Pourquoi moi ? Pourquoi m’avoir choisie, moi, comme cible d’un lynchage politique ? Pourquoi s’acharner ainsi de toutes ses forces sur une femme qui n’existe que par sa plume, si ce n’est parce que le Pouvoir veut instaurer un rituel de chasse aux sorcières ? Comment ne se rend-il pas compte que la Turquie, en emprisonnant plus de 150 écrivains, ampute sa propre langue ?"

Nous sommes un collectif d’acteurs professionnels issus des Ateliers R L (Ateliers de recherche René Loyon). Pour répondre à une demande du comité de soutien, dirigé par Tieri Briet, nous proposons, dans une démarche militante, des lectures d’extraits de textes d’Asli Erdogan publiés en France aux éditions Actes Sud :

La Ville dont la cape est rouge, traduction Esin Soysal Dauvergne

Les oiseaux de bois, traduction Jean Descat

Le Mandarin miraculeux, traduction Jean Descat

Le Bâtiment de pierre, traduction Jean Descat

Le Silence même n’est plus à toi, traduction Julien Lapeyre de Cabanes

Nous lirons aussi au cours de cette soirée des extraits de ses interviews, de ses lettres et de sa plaidoirie.

Nous souhaitons ainsi attirer l’attention du public sur la situation tragique des milliers d’écrivains, universitaires, journalistes empêchés de travailler ou emprisonnés en Turquie depuis le pseudo coup d’Etat de juillet 2016, et sur le coup terrible porté à la liberté de pensée et d’expression dans ce pays.

Nous voulons que toutes ces personnes sachent que nous ne les oublions pas car de leur liberté dépend aussi la nôtre.






2 commentaire(s)

Compagnie L’Arbre 3 mai 2017

La parole erre :
Une autre soirée de soutien aura lieu à Beaurepaire en Isère, lundi 8 mai 2017, à 18h30 (Camping intercommunal, à côté de la piscine), autour de la compagnie Carcara et des artistes du territoire. Lecture de textes d’Asli Erdogan, parole et écriture d’une lettre de soutien.

Signaler

Chadia Boufira 25 avril 2017

Tous ces intellectuels, artistes, journalistes, bref culture et de l’information disparaissent dans des cellules de prison parce qu’ils sont témoins ; par la plume, ils témoignent sur d’autres qui diaprassent au grand jour sous des régimes de dictature ; la vie des autres, leurs noms, identité-r"duit au silence, l’oubli, témoignons nous aussi- de leur existence, nom, combat-Quand tout se saura, lèvera les bras ---- cessera ?

Signaler
Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.