Une idéologie américaine de la poésie (« Paterson » de Jim Jarmusch)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Articles

Une idéologie américaine de la poésie
(« Paterson » de Jim Jarmusch)

CINÉMA
PARTAGER ►

par Jean-Jacques Delfour
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Qu’est-ce qu’un film idéologique ? Le dernier film de Jarmusch répond en exposant une thèse sur les conditions de la création poétique, mise en image par une série de poncifs esthétiques, lesquels expriment, pour jargonner à la Roland Barthes, « l’américanité ». Du moins une certaine Amérique : le parti-pris des choses simples, l’immersion tranquille et fluide dans le quotidien, la méfiance à l’égard du lyrisme et de l’exaltation. Jarmusch montre l’écriture poétique comme William Carlos Williams la présentait : un boulot comme un autre, une activité simple, humaine, « normale », qui ne nécessite d’être ni maudit, ni marginal, ni de se croire exceptionnel, encore moins d’être malade. Mais à quel prix !

JPEG - 123.8 ko

Les textes écrits par le héros du film (Paterson, réincarnation et héritier) sont extraits des poèmes de Ron Padgett qui pourrait être le petit fils tardif de William Carlos Williams. Cette évocation désincarnée laisse entendre que le [...]

Pour lire la suite de cet article,
abonnez-vous dès maintenant pour 30€

Un nouvel Insatiable est en chemin.
Rendez-vous le 21 mars !

J’Y VAIS !



fake lien pour chrome



Partager cet article /  







1 commentaire(s)

Antigone 1er février 2017

Voilà une critique bien intelligente d’un film qui reste passablement ennuyeux et paresseux : 2H de répétitions mornes émaillées de quelques partis pris intellectuels peu convaincants et de rares trouvailles qui font lever un oeil et valorisent surtout le chien.
Bref une sorte d’antithèse de Rimbaud côté poésie tandis que le film rate tout ce que "In the mood for love" réussit de sublime avec la mécanique de la répétition.

Signaler
Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves