Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Un commentaire personnel sur Exhibit B, après réflexions.

par Nicolas Romeas
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Que demander de mieux à une œuvre que de nous faire réfléchir collectivement, de nous permettre d’ouvrir des débats publics sur des sujets difficiles sur lesquels nos idées ont du mal à avancer, sont parfois mal formées, brouillées, peu sûres ? Cette œuvre-là a rempli ce rôle, disons-le, elle a fait bouger la société, permis à des douleurs enfouies et presque jamais entendues de la bouche de ceux qui les ont subies, d’éclater au grand jour, à des désaccords de s’exprimer, elle nous a forcé à réfléchir à nouveaux frais sur la question coloniale (et post-coloniale) et sur l’esclavage. Elle nous permet aussi de percevoir les séquelles contemporaines de tout cela, visibles ou invisibles. Il suffit de penser à la politique migratoire de l’actuelle Europe… Grâce à sa violence, elle a permis aux manifestants qui s’opposaient à cette « installation » de nous rappeler que ceux qui en ont été les victimes ne peuvent pas ne pas être dans la boucle d’une réflexion sur le sujet. Et en effet nous appartenons à une collectivité multi-ethnique (comme on disait autrefois), il est donc très étrange de proposer à cette collectivité ce qui ressemble bien à un spectacle - incontestablement antiraciste - mais fait par un Blanc pour des Blancs.

Et, oui, en effet, les descendants des colonisés et des esclaves sont parfaitement légitimes à exprimer leur sensibilité sur ces sujets qui les concernent au premier chef et qu’ils ressentent peut-être autrement que ne le font des descendants de colons. Et à dire leur mot. Qu’ils le fassent maladroitement ou poussés par un embrigadement de certains groupes, parfois sans avoir vu l’installation qu’ils contestent et que certains voudraient voir censurée, c’est probable. Mais un débat est ouvert. Et c’est un résultat inestimable. Nous avons besoin de débats, de polémiques, de désaccords. Si nous voulons pouvoir sérieusement affirmer que l’art a un rôle à jouer dans le fonctionnement de notre société, il faut accepter que ça bouge et permettre à ces désaccords de s’exprimer, à ce bousculement d’avoir lieu sur la place publique. Il ne faut évidemment pas censurer le geste artistique, il faut s’en emparer pour dialoguer avec d’autres, et il faut pouvoir lui répondre. Faute de quoi sa « sacralité » risque de se transformer en un mur étanche qui lui interdira de dialoguer avec ses contemporains.

À quoi pourrait-il servir dans ce cas ? Au commerce ? À l’autosatisfaction d’une « élite » ? L’art sert à ça, à nous faire penser, parler, échanger, manifester nos désaccords, à comprendre, mieux et ensemble, ce qu’est réellement cette collectivité à laquelle nous appartenons tous.

Les salles qui reçoivent cette installation seraient donc à mon sens bien avisées de favoriser chez elles l’ouverture de vastes débats où toutes les opinions pourraient s’exprimer (après l’avoir vue, évidemment) autour d’une œuvre qui semble avoir pour objectif de remuer les consciences et non de nous réduire au silence.






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’en par­lais récem­ment ici, il est des mala­dres­ses à toutes les mises en expo­si­tion. À la Maison Victor Hugo, ce qui m’a dérangé c’est le rai­son­ne­ment qui a pré­cédé la cons­truc­tion du propos cri­ti­que. Je vou­drais sou­li­gner plu­sieurs pro­blè­mes, et non des moin­dres, puisqu’ils sont dis­cri­mi­na­toi­res.


J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.