Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Soirée Argencratie - Le livre noir des banques

par Samuel Wahl
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Le 21 avril 2015 à Confluences, lieu d’engagement artistique dans le 20e arrondissement de Paris : un spectacle du Collectif Permaloso suivi d’un débat animé par Samuel Wahl, journaliste, autour des questions soulevées par l’ouvrage coordonné par Agnès Rousseaux, journaliste à Basta !, co-signé par ATTAC et édité par Les Liens qui Libèrent.

20h30 « Lever de rideau » : Renaissance du socialisme - premiers jalons, par Pascal Frégate.

21h Spectacle ARGENCRATIE, corporated cloportes©, par le Collectif Permaloso

22h30 DÉBAT PUBLIC : « Entrez dans le monde des banques françaises, là où la finance a un visage »
En présence d’Agnès Rousseaux, journaliste, coordinatrice du Livre noir des Banques co-signé par ATTAC et Basta ! (éd. Les Liens qui Libèrent), animé par Samuel Wahl, journaliste.

ARGENCRATIE explore une dramaturgie en fragments, afin de réarmer le plateau avec l’outil théâtre comme un espace citoyen de réflexion et d’engagement. L’aléa du montage et des situations croise et génère des contenus inattendus par juxtapositions brutales des citations et ouvre de nouvelles voies de réflexion. Trois individus, coincés entre quelques tables, et des planches à découper des oignons, sous le regard et les pleurs d’un super-héros déchu se posent la question de la démocratie disparaissant, s’effaçant derrière le pouvoir nu.
Le site du collectif Permaloso : http://les-permaloso.blogspot.fr

LE LIVRE NOIR DES BANQUES, livre enquête écrit par des économistes et journalistes, déconstruit radicalement le discours officiel : les banques sont de véritables et dangereuses bombes à retardement, et il s’agit tracer des pistes pour une reprise en main. Pour chacun des chantiers dont il est question dans cet ouvrage, des mesures simples et efficaces sont à la portée des gouvernements, de nos élus. A notre portée. Pour reprendre le contrôle, il est nécessaire de comprendre le fonctionnement du système bancaire, d’en percevoir la structure, de saisir la logique de ses acteurs. Pour que la démocratie ne s’arrête pas à la porte des salles de marché. Et pour éviter un prochain cataclysme financier, aux impacts sociaux, économiques et environnementaux désastreux.
Plus d’infos sur l’ouvrage : http://www.bastamag.net/Entrez-dans-le-monde-des-banques

Confluences
190 boulevard de Charonne 75020 Paris - Métro ligne 2 : Philippe Auguste ou Alexandre Dumas
Tarif plein 15 euros, tarif réduit 10 euros, LMDE 7 euros.
Informations et réservations : 01 40 24 16 46 / mail : resa@confluences.net
http://www.confluences.net/






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Notre ami Hervé Breuil a créé le Lavoir Moderne Parisien il y a vingt-huit ans dans un ancien lavoir public situé rue Léon, au cœur de ce quar­tier popu­laire qui devint peu à peu l’enclave « afri­caine » de la Goutte d’or, dans le dix-hui­tième arron­dis­se­ment de Paris. Un quar­tier à la répu­ta­tion inquié­tante, sous la menace per­ma­nente d’opé­ra­tions immo­bi­liè­res, mais en réa­lité très vivant.


Chaque année depuis 2016, les équipes de L’Insatiable en France et Culture&Démocratie en Belgique, aguer­ries à l’explo­ra­tion des pra­ti­ques artis­ti­ques en lien avec les ques­tions de société, pro­dui­sent, avec la col­la­bo­ra­tion de par­te­nai­res d’autres pays, un numéro de la revue Archipels autour de la ren­contre des cultu­res. Nous vou­lons déve­lop­per ensem­ble une revue papier per­met­tant de mettre en valeur, com­pren­dre et favo­ri­ser, les échanges entre les artis­tes et l’ensem­ble de la col­lec­ti­vité humaine.


J’ai rendez-vous à l’hôpi­tal Saint-Vincent de Paul pour me faire réa­ni­mer. Prise en charge par une infir­mière puis une équipe de méde­cin, je serai rame­née à la vie et inci­tée à en pro­fi­ter.


Pierre Debauche a été, de très près comme de loin, un solide com­pa­gnon de route de notre tra­vail pour l’art et la culture dans la société, un repère et l’une de nos brû­lan­tes ins­pi­ra­tions. Un grand frère d’armes jusqu’à son der­nier souf­fle pour tous ceux qui, jeunes ou non, savent que le théâ­tre est un lieu de par­tage essen­tiel. Et s’effor­cent, en ces temps arides, de mettre en pra­ti­que ce savoir.


Besançon. Sabrina Boukhenous retrouve son public pour l’inau­gu­ra­tion du Festival du tout jeune Collectif Haïku avec sa pre­mière créa­tion solo : Plastik. Plus exac­te­ment l’agui­che d’une pro­po­si­tion plus longue, en cours d’écriture, sur les per­ver­si­tés d’une société pro­duc­ti­viste et nar­cis­si­que. Premier tableau expri­mant les effets des ryth­mes pro­fes­sion­nels sur l’humain, Plastik sonne comme un pré­texte : mettre le corps opprimé au ser­vice de l’image, la danse et le théâ­tre au ser­vice d’un mes­sage.