Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Reporterre, un média libre qui a besoin de soutien !

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Reporterre, le « quotidien de l’écologie », est un média libre qui doit prospérer pour continuer à enquêter et diffuser de l’information sur l’écologie dans toutes ses dimensions. Il lance pendant 30 jours une opération de financement participatif afin de récolter 30 000 euros, à bon entendeur !

On croirait que Reporterre n’a que deux ans, en réalité en 1989, Reporterre avait été le premier magazine sur l’écologie à paraître depuis La Gueule Ouverte et Le Sauvage, dans les années 1970. Sa parution témoignait du réveil de l’écologie en France. Mais l’insuffisance de ses moyens financiers l’a obligé à s’interrompre. En 2007, Reporterre est relancé sur internet, afin d’informer sur les liens entre la crise écologique, les injustices sociales et les menaces sur les libertés. D’abord très modeste, le site a grandi doucement, en commençant à publier des enquêtes et des entretiens frappants (http://www.reporterre.net/L-enfance-miserable-des-freres). Derrière leurs articles, il y a de l’espoir, l’idée que tous les combats ne sont pas vains, et même, que certains aboutissent !

Le « quotidien de l’écologie » propose de l’information sur l’écologie, mais aussi un espace de tribunes pour réfléchir et débattre. L’écologie offre divers dimensions, elle est politique, et ne peut se réduire à des questions de nature et de pollution, même s’il est important de suivre attentivement ces questions vitales. L’écologie engage l’avenir commun et sa situation découle largement des rapports sociaux : c’est donc bien une écologie politique et sociale que Reporterre présente et discute. Le site repose actuellement sur deux piliers : une équipe rédactionnelle installée physiquement dans un espace de co-working, La Ruche (à Paris) et une association, La Pile (L’Association pour une Presse Indépendante, Libre et Ecologique).

Pour continuer à vivre, Reporterre a lancé une opération de financement participatif. Ils se donnent 30 jours pour récolter 30 000 euros qui serviront principalement à augmenter leur espace de travail et à agrandir l’équipe (un journaliste supplémentaire, renforcer le secrétariat de rédaction, passer à plein temps le poste de chargé de développement). Ils souhaiteraient également mieux rétribuer ceux qui les soutiennent (augmenter le tarif des « piges » et la « gratification » des stagiaires). En une semaine l’objectif a déjà été atteint de moitié, espérons que la générosité soit contagieuse !

Pour faire un don : ici

Reporterre, à La Ruche,
84 quai de Jemmapes
75020 Paris






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.


Théâtre de la Bastille, Festival d’automne, de jeunes acteurs vien­nent faire réson­ner le regard porté sur les révo­lu­tions du passé et inter­ro­ger l’avenir. Des ter­ri­toi­res (...d’une prison l’autre...) est le deuxième volet d’une tri­lo­gie écrite et mise en scène par Baptiste Amann. Dans ce huis clos sur­volté, le tren­te­naire se préoc­cupe de savoir sur quelle révo­lu­tion se por­tera le XXIème siècle.