Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

Reporterre, un média libre qui a besoin de soutien !

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Reporterre, le « quotidien de l’écologie », est un média libre qui doit prospérer pour continuer à enquêter et diffuser de l’information sur l’écologie dans toutes ses dimensions. Il lance pendant 30 jours une opération de financement participatif afin de récolter 30 000 euros, à bon entendeur !

On croirait que Reporterre n’a que deux ans, en réalité en 1989, Reporterre avait été le premier magazine sur l’écologie à paraître depuis La Gueule Ouverte et Le Sauvage, dans les années 1970. Sa parution témoignait du réveil de l’écologie en France. Mais l’insuffisance de ses moyens financiers l’a obligé à s’interrompre. En 2007, Reporterre est relancé sur internet, afin d’informer sur les liens entre la crise écologique, les injustices sociales et les menaces sur les libertés. D’abord très modeste, le site a grandi doucement, en commençant à publier des enquêtes et des entretiens frappants (http://www.reporterre.net/L-enfance-miserable-des-freres). Derrière leurs articles, il y a de l’espoir, l’idée que tous les combats ne sont pas vains, et même, que certains aboutissent !

Le « quotidien de l’écologie » propose de l’information sur l’écologie, mais aussi un espace de tribunes pour réfléchir et débattre. L’écologie offre divers dimensions, elle est politique, et ne peut se réduire à des questions de nature et de pollution, même s’il est important de suivre attentivement ces questions vitales. L’écologie engage l’avenir commun et sa situation découle largement des rapports sociaux : c’est donc bien une écologie politique et sociale que Reporterre présente et discute. Le site repose actuellement sur deux piliers : une équipe rédactionnelle installée physiquement dans un espace de co-working, La Ruche (à Paris) et une association, La Pile (L’Association pour une Presse Indépendante, Libre et Ecologique).

Pour continuer à vivre, Reporterre a lancé une opération de financement participatif. Ils se donnent 30 jours pour récolter 30 000 euros qui serviront principalement à augmenter leur espace de travail et à agrandir l’équipe (un journaliste supplémentaire, renforcer le secrétariat de rédaction, passer à plein temps le poste de chargé de développement). Ils souhaiteraient également mieux rétribuer ceux qui les soutiennent (augmenter le tarif des « piges » et la « gratification » des stagiaires). En une semaine l’objectif a déjà été atteint de moitié, espérons que la générosité soit contagieuse !

Pour faire un don : ici

Reporterre, à La Ruche,
84 quai de Jemmapes
75020 Paris






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La finance ne déter­mine pas la géo­gra­phie et l’his­toire, le Royaume Uni est bien en Europe.
Le Théâtre de l’Opprimé fêtera la 10ème édition du fes­ti­val MigrActions. Dès la pre­mière édition de MigrActions en 2007, le fes­ti­val affirme sa volonté de célé­brer la liberté de migra­tion des formes, des iden­ti­tés et des géné­ra­tions. Culture en mou­ve­ment, en action, pro­ve­nant d’une plu­ra­lité d’hori­zons artis­ti­ques.


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.