Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Articles sans abonnements

Recoller les éclats de la vie citoyenne...

par Thomas Hahn
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Spectacle interactif sur la possibilité d’une République sans élections ni partis politiques, Some use for broken clay pots incite à imaginer la cité sous un angle radicalement différent de nos habitudes contemporaines. La constitution fictive de 375 articles rédigée par Christophe Meierhans redonne aux citoyens un rôle actif et immédiat. À l’affiche du Nouveau Théâtre de Montreuil jusqu’au 28 avril 2017.

JPEG - 174.8 ko
Photo © Luca Mattei

Chaque élection le prouve, il est temps d’envisager la république et la démocratie autrement. Mais comment ? Christophe Meierhans, artiste multidisciplinaire, dresse le constat, en montant sur scène : « Qui croit encore en la façon actuelle de faire la politique ? » Il présente une possibilité différente, et même très différente d’organiser la vie politique et invite le public à intervenir dès le départ. Et les spectateurs l’interrogent avec ardeur, pendant les deux heures qui suivent l’exposé initial. La constitution fictive de Meierhans est avant tout un moyen de déclencher le débat.

Quelques bases

« Je suis parti de ce que nous avons, et j’ai essayé d’imaginer l’exact contraire », indique-t-il. Dans son utopie totalement inédite, les citoyens peuvent révoquer leurs représentants, mais doivent en proposer d’autres. Ils doivent aussi consacrer un minimum de leur temps aux débats, désigner des experts, et évaluer en permanence les prestations de leurs représentants. Tout se gère à travers une plateforme internet, le Statebook. La vie est organisée en quinze domaines de Biens Communs, mais il n’y a pas de chef d’état.

La brève description donnée ici est forcément sommaire, partielle, biaisée. On ne résume pas une constitution en trois phrases. Meierhans utilise-t-il les retours des spectateurs pour affiner son système ? Non. Après avoir travaillé avec des politologues, des philosophes, des sociologues et un dramaturge pour élaborer ce projet, il déclare que la constitution est éditée et qu’elle n’a pas vocation à évoluer. Il restera artiste, se contentant de démontrer que l’imaginaire n’est pas mort. Pourtant, son approche est rigoureuse.

Ni Athènes, ni la Commune

L’artiste suisse qui vit et travaille à Bruxelles a éditée cette constitution en quatre langues, elle est en vente après le spectacle, au prix de cinq euros. « Certains me demandent pourquoi je ne fonde pas un parti politique. Mais ce n’est pas le but. » Pas de retour non plus au système athénien de tirage au sort des députés ou sénateurs, amplement discuté ces dernières années. Pas de copié-collé d’une république soviétique ou de la Commune. Il s’agit surtout d’éviter la constitution d’une classe politique, avec les moyens de notre époque. Est-ce possible ?

JPEG - 170.7 ko
Photo © Luca Mattei

Ce modèle de constitution ne fournit absolument aucune réponse, il pose la question. Meierhans n’essaie pas de nous vendre son concept, il monte sur scène pour le mettre à l’épreuve de la pensée des citoyens, de leurs doutes, de leur incrédulité, de leur désir de changement. Sa conférence-spectacle est un punching-ball pour le public qui participe comme il participerait à cette république inédite. L’important est de remettre la pensée en mouvement. Les 375 articles sont ne sont pas un but, mais un agrès de l’imaginaire. Et de temps en temps, un pot en terre cuite tombe des cintres pour éclater au sol...

Thomas Hahn

Some use for broken clay pots, Nouveau Théâtre de Montreuil, à 20h jusqu’au 28 avril. Salle Maria Casarès (derrière la Mairie)
Dans le cadre du cycle « A Voté ! » (jusqu’au 5 mai)

http://www.nouveau-theatre-montreuil.com/

À propos de Christophe Meierhans :
http://www.contrepied.de/home.html






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La finance ne déter­mine pas la géo­gra­phie et l’his­toire, le Royaume Uni est bien en Europe.
Le Théâtre de l’Opprimé fêtera la 10ème édition du fes­ti­val MigrActions. Dès la pre­mière édition de MigrActions en 2007, le fes­ti­val affirme sa volonté de célé­brer la liberté de migra­tion des formes, des iden­ti­tés et des géné­ra­tions. Culture en mou­ve­ment, en action, pro­ve­nant d’une plu­ra­lité d’hori­zons artis­ti­ques.


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.