Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


« RISE UP ! » (The beat goes on and goes girly)

par Nicolas Romeas


Les Allen Ginsberg, William Burroughs, Lawrence Ferlinghetti, Jack Kerouac, Gregory Corso, Michael Mc Lure, Philip Whalen, Lew Welch, et autres jeunes fous de génie connus ou moins connus qui inventèrent la beat generation (une génération cassée, battue, parfois béate, toujours rythmée, selon Kerouac) [1] pour dire l’aporie, le désarroi et la fougue de leur désespoir, ce sont des hommes et des univers d’hommes. Des hommes révoltés, sensibles, doués, qui ont entre 25 et 35 ans dans ce creux bouillonnant de l’Histoire aux lendemains de la deuxième guerre mondiale et aux tout débuts de celle du Vietnam. D’importants précurseurs du grand mouvement de révolte planétaire qui secouera toute la jeunesse d’Occident dans les années 60 et 70. Mais ce sont des hommes.

JPEG - 82.4 ko

Et si le Deuxième sexe de Simone de Beauvoir, paru en 49, avait aidé à réouvrir la brèche d’un féminisme bien plus ancien mais régulièrement occulté, masqué ou interdit, le féminisme américain « moderne » ne prit son vrai essor qu’à partir des années soixante, avec en 63 une première grande victoire : le vote de la loi sur l’égalité des salaires (Equal Pay Act). Et celles de la beat generation, même et y compris dans ces milieux « underground » américains évolués et très à gauche, furent le plus souvent perçues, dans une vision assez conservatrice, comme de précieux soutiens de leurs compagnons mâles.

JPEG - 115.7 ko

Il y en avait pourtant des femmes, engagées, révoltées, actives, mais aussi poètes, écrivaines, écriveuses, artistes et performeuses avant la lettre, dans ce petit monde de la beat generation, des Joan Vollmer, Edie Parker, Hettie Jones, Diane Di Prima, Joyce Johnson… Un peu dans l’ombre, donc, mais bien présentes. Elles sont allées creuser dans le temps et l’espace pour les chercher, les ramener à la lumière. Qu’est-ce qui relie, qu’est-ce qui rattache les françaises d’aujourd’hui, représentées ici par deux talentueuses jeunes femmes, la comédienne et metteuse en scène Mirabelle Wassef et la musicienne-compositrice Séverine Morfin, à ces artistes là de cette époque là ; ce moment charnière de l’Histoire américaine et donc de l’Occident où la chape de silence commençait à se fendre ?

C’est que voyez-vous, la messe n’est peut-être pas dite, la révolte des poètes face à la marchandisation mondiale et aux meurtres en série des imaginaires n’a peut-être pas hurlé, chanté ou murmuré son dernier mot. La transmission va peut-être se faire, quand même, rhizomiquement, malgré tout ce qu’on en a dit, d’abord souterrainement sans doute, entre ces âmes exsangues et assoiffées de l’après-guerre, ces femmes de l’ombre emportées dans un tourbillon d’inventions, de complaintes et de cris où seuls les hommes apparaissaient vraiment et d’où éclorent entre autres le Velvet underground ou Warhol, et une génération que l’on croyait jusqu’il y a peu certes assez malheureuse, mais à l’abri dans l’asphyxiant écrin d’un vide consumériste universellement imposé.

JPEG - 159.4 ko

Mirabelle et Séverine jaillissent de cet écrin, le percent, elles ne se contentent pas d’explorer, de revisiter ce passé, mais comme l’art doit le faire, le ramènent à la vie pour de vrai, sans chichi, dans la fougue d’un présent retrouvé qui nous traverse comme une flèche et touche notre présent.

Elles ont creusé, cherché, fouillé, trié, choisi, fait traduire des textes à peu près inconnus de tous et encore jamais lus en langue française.

Elles relient dans l’instant deux instants de la vie humaine, franchissent les décennies comme l’éclair, soudent entre elles deux époques, élèvent la température au point de fusion, comme un arc électrique. Elles le font avec une profonde simplicité, avec humour, sincérité, avec plaisir, non, avec joie, avec peu d’artifices et le secret d’une sorellité incandescente qui rallume d’un coup le flambeau qu’on crut éteint d’un élan vital ressurgi.

JPEG - 386.2 ko

« La rencontre disent-elles, et le dialogue avec ces femmes poètes, Anne Waldman, Hettie Jones, Diane Di Prima et Joyce Johnson, notamment à New-York nous à permis d’entrer avec elles en détail dans leurs textes, leur pensée du monde, de l’époque Beat à aujourd’hui et d’être le témoin direct de leur positionnement littéraire et citoyen sur les scènes artistiques et sociales internationales. »

Cette rencontre, comme celle de l’étincelle et de la poudre ou de l’étoupe, fait naître un feu dont nous avons intensément besoin en temps d’obscurité mortelle. On aimerait que cette flamme embrase le public et que ce ne soit pas qu’un spectacle, que cela se prolonge de paroles et de gestes de feu partagés avec ceux assemblés autour de cette braise. On aimerait que les théâtres, retrouvant leur vraie fonction qui est de faire bouger la société humaine, permettent enfin ça. Et si le jeu de mot n’était pas si risqué je les appellerais « allumeuses ». Celles d’avant et celles d’aujourd’hui. Ou alors, renonçant au douteux jeu de mot, le contournant : des « éclaireuses ».

Nicolas Roméas

PS : J’ai vu ça dans un précieux petit endroit près des Buttes-Chaumont à Paris : L’atelier du plateau, qui se prête à merveille à ce type d’expériences plus intimistes que spectaculaires. Elles vont bientôt le jouer à La Java, à Belleville, à Paris, le 27 janvier. On vous tient au courant pour la suite.

À voir ou revoir ce mercredi 27 janvier à La Java, 105, rue du faubourg du Temple 75010 Paris, M° Goncourt ou Belleville.

Une traduction inédite en Français - un parcours musical original

Conçue et interprétée par Mirabelle Wassef comédienne et metteur en scène et Séverine Morfin, altiste compositrice et improvisatrice avec la collaboration et la traduction de l’auteure, traductrice Française Jacqueline Starer (prix Horace 2012) spécialiste de la Beat Generation et auteure de livres et d’articles sur la littérature Beat, notamment : Femmes de la Beat Generation, Portrait d’un groupe qui n’en est pas un Éditions D’écarts [2].









[1

[2Ce texte, publié dans le N° 200 d’Action Poétique (Juin 2010), est une version remaniée d’un article paru dans le N° 2 de 2004 du Journal des Poètes (Bruxelles).









Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Tous les deux ans, la ville se trans­forme en un gigan­tes­que cas­te­let en accueillant le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes qui réunit 230 com­pa­gnies et accueille plus de 150.000 spec­ta­teurs. En ce mois de sep­tem­bre aura lieu sa 19° Édition.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».