Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Liste formations

REPÉRER, CONCEVOIR, DOCUMENTER ET ARCHIVER LES PRATIQUES ARTISTIQUES

par Alicia
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


REPÉRER, CONCEVOIR, DOCUMENTER ET ARCHIVER LES PRATIQUES ARTISTIQUES

PUBLIC ET CONDITIONS
Ce module de 40h est consacré à l’étude des pratiques artistiques et inclut les pratiques collaboratives ou émergentes dans l’espace public. Il s’articule en deux pans complémentaires :
1) Écrire sa pratique : savoir mettre en forme et évaluer les effets d’un compte-rendus (25h)
2) Archive de la pratique artistique et des projets associatifs (15h, soit dix cours d’1h30)
Il est destiné en particulier aux professionnels des milieux de l’art, de la culture, professionnels ou bénévoles du monde associatif, etc.

OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES

Savoir mettre des mots sur une pratique et ses finalités, penser la cohérence des données que l’on souhaite rendre publiques et la pertinence de la formulation de ses intentions... est nécessaire pour susciter l’intérêt du public et des médias, et permettre à son travail de se démarquer, à l’heure où la communication ne se conçoit plus sans réseaux sociaux et chaîne vidéo associée.
Le premier axe du module s’attachera spécifiquement aux manifestations qui prennent place dans un contexte ouvert, en privilégiant les espaces urbains. Comment évaluer la pertinence d’un projet au regard de son contexte architectural et sociologique, en présenter l’intention, concevoir le propos qui l’accompagne ? Il s’agit de parvenir à formuler le plus adéquatement possible le geste ou l’événement qui intervient dans l’espace public, pour que celui-ci soit attendu, reçu et relayé. A partir textes théoriques, d’archives audio-visuelles, de témoignages et compte-rendus, de « petits exercices de discernement », les stagiaires passeront en revue les différentes étapes qui assurent la lisibilité de leur projets.
Le deuxième axe du module, « Archiver la pratique artistique et les projets associatifs », a pour objectif de penser la pratique artistique en lien avec sa documentation, afin de constituer des archives et un fonds de documentation. Rendre compte du travail au plateau (de la conception d’un objet artistique, aux répétitions, évolutions et restitutions) nécessite des techniques d’écritures singulières avec lesquelles il conviendra de se familiariser. Carnet de bord, entretiens, reportage photo ou audio, blog, fanzine, plateforme numérique... le choix du médium sera intrinsèquement lié aux finalités du fonds documentaire à constituer. Que ce soit pour garder trace d’une pratique, pour intégrer le travail d’archive à la démarche artistique, pour permettre à des étudiants de consulter les éléments historiques de leur discipline, ou, de manière plus institutionnelle, de rendre-compte d’un projet à un organisme de subvention, une œuvre vivante peut difficilement se concevoir sans son pendant écrit.. Le milieu culturel évoluant vers un système économique au projet, que ce soit dans les politiques culturelles des institutions ou dans les possibilités de subvention, il est désormais nécessaire de pouvoir rendre compte d’une pratique lors de phases de bilan.

COMPÉTENCES VISÉES

Module 1 •
concevoir une intervention dans l’espace public : acteurs, normes, adresse, médiatisation, effets comprendre les enjeux du compte-rendu d’une action artistique menée dans un territoire
maîtriser le compte-rendu d’une action (transversal aux modules 1 et 2)
Module 2 •
Le contexte historique de l’archivage dans le spectacle vivant (exemple des Carnets Bagouet).
Définir et délimiter les objectifs personnels des participants concernant l’archive : les moyens et supports à utiliser, le public auquel sera destiné ce fonds documentaire en constitution.
Savoir écrire sur une pratique, sur un projet en construction, restituer les étapes de son évolution.
Agencer les différents matériaux collectés (sonores, picturaux, écrits, filmés...) et définir le support de communication le plus juste pour le rendre accessible au public.

MOTS-CLÉS

• enquête • analyse de pratique • intervention en espace public • histoire de l’archivage • rédaction, • développement de projet • diagnostic • fonds de documentation • compte-rendu • bilan

ENSEIGNANTES

Coline Merlo est critique pour la presse spécialisée (Cassandre/Horschamp, Archipel, Travail(s), L’Insatiable)et auteur. Elle a notamment co-écrit pour la Communauté de communes de Dunkerque le hors-série « Art & Espace public » et, pour Plaine Commune « Nous sommes ici », sur l’inscription des pratiques artistiques dans l’aménagement urbain.
Aurore Krol a été journaliste en presse écrite généraliste durant quatre ans. Elle est également critique spécialisée en spectacle vivant depuis 2009 (notamment pour les revues Cassandre, L’insatiable, Archipel, Inferno, Let’s Motiv, Jeu). Elle a été chargée de communication auprès d’institutions culturelles (Halles de Schaerbeek, Ménagerie de Verre) et dispose de plusieurs expériences de coordination associative (Radio Campus, Acrimed). Collaboratrice artistique auprès d’artistes plasticiens (rédaction de textes pour des livres d’art et des expositions) elle a coréalisé des fanzines artistiques dans le cadre de festivals (éditions 2015 et 2016 du Festival TransAmériques, Montréal).






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La finance ne déter­mine pas la géo­gra­phie et l’his­toire, le Royaume Uni est bien en Europe.
Le Théâtre de l’Opprimé fêtera la 10ème édition du fes­ti­val MigrActions. Dès la pre­mière édition de MigrActions en 2007, le fes­ti­val affirme sa volonté de célé­brer la liberté de migra­tion des formes, des iden­ti­tés et des géné­ra­tions. Culture en mou­ve­ment, en action, pro­ve­nant d’une plu­ra­lité d’hori­zons artis­ti­ques.


Brèves

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun… du moins, pour un temps, celui du Festival, et des pos­si­bles rai­son­nés et/ou rêvés… là-bas, à Douarnenez.
Cette année encore, fic­tions, docu­men­tai­res, images fixes comme ani­mées, pala­bres, ren­contres, lit­té­ra­tu­res, concerts et fes­ti­vi­tés Frontieres-du-18-au-26-Aout-2017

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.