Pixações : les nouveaux lettrés de São Paulo (ou « Le contrôle des signes (...)

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Articles sans abonnements

Pixações : les nouveaux lettrés de São Paulo
(ou « Le contrôle des signes dans l’espace public fait partie de l’art de gouverner »)

PARTAGER ►

par Oriane Grellier
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Les pixadores, scribes principalement issus des favelas de São Paulo, sont les auteurs de lettrages gigantesques qui envahissent la cité au prix d’acrobaties urbaines souvent risquées. La mégalopole est une des rares villes à avoir fabriqué sa propre tradition formelle d’écriture, conçue pour accrocher le regard du passant en mouvement, qu’il soit à bord d’un véhicule ou piéton en vadrouille.

JPEG - 163.1 ko
Tags à São Paulo © Steven Heller.

Le pixação est un très vaste mouvement d’écriture urbaine qui a cours depuis plusieurs années à São Paulo. Ce mouvement sans précédent est beaucoup plus important que tout ce qu’on a pu voir partout ailleurs dans le monde en matière de graffitis. De façon générale, les tags sont un travail sur la promotion du nom, celui du « writer » ou de son groupe. Mais ceux de la métropole pauliste ne peuvent, eux, être réduits à une quête compétitive de gloire personnelle ou collective… Leur cohérence formelle est telle que les pixadores semblent partager une esthétique et une vision conceptuelle commune. Bien qu’on ne sache jamais réellement à quel point chacun est conscient de la portée de son geste isolé et d’une appartenance à une éventuelle « corporate identity », ces écritures sauvages sont stratégiquement orchestrées par la recherche d’un impact visuel optimal. D’ailleurs, les pixações se déploient principalement le long des lignes de bus, le mode de transport le plus utilisé et le seul à couvrir l’ensemble de la gigantesque zone urbaine. Aucune métropole n’a jamais été envahie de la sorte. À São Paulo, on parle d’une colonisation par le signe, d’une invasion par l’écrit d’une amplitude impressionnante.

JPEG - 539.8 ko
Tags à São Paulo © Steven Heller.

Tant que le pays était sous contrôle dictatorial, jusqu’au milieu des années 80, ces écritures étaient un moyen de revendication politique. Durant cette période, la forme des lettres a peu évoluée, elle était soumise à une obligation de lisibilité : il fallait véhiculer un message clair. Peu à peu, la question du confort de lecture est remplacée par l’obligation d’inventivité graphique dans la compétition entre scribes. Dans l’action d’écriture, moins le signe est signifiant plus le geste est libre : ainsi, ces pixadores « modernes » émancipés de tout impératif fonctionnel de visibilité, ont-ils élaboré des protocoles poétiques fondés sur des jeux de mots cryptés et des non-sens. La compréhension du tag réside moins dans la lecture que dans l’émotion éprouvée face aux éléments plastiques. Pour ces mots-images, le tracé et le mouvement deviennent essentiels.

JPEG - 656.1 ko

Si le phénomène des graffitis avait déjà émergé à New York dans les années 1970, les pixações développent un imaginaire calligraphique totalement différent, héritier de formes scripturales anciennes comme les runiques ou les gothiques allemandes, plus riches sur le plan de l’inspiration que les lettrages inspirés par les bandes dessinées, part importante de l’imaginaire des taggers américains.

De plus, alors que la révolution new-yorkaise se caractérisait surtout par le marquage des métros, à São Paulo le but semble être de recouvrir la totalité de la surface architecturale - humainement atteignable - produite par la ville. Les pixadores usent de préférence du rouleau ou du spray car le marqueur n’a pas un potentiel de recouvrement assez puissant.

JPEG - 361.5 ko

Le lettrage des pixações est un hybride entre le style gothique et romain, c’est une innovation formelle. Lettre monumentale par excellence, la capitale romaine est traditionnellement utilisée pour les slogans des banderoles dans les messages politiques et syndicaux, ce qui explique en partie qu’elle ait été mobilisée dans les années 1980 à São Paulo. Plus tard, le style pixação a pris des apparences plus gothiques, identifiables aux « blackletters » ou au style « old english ». On retrouve ces modèles d’écritures dans l’univers des pochettes de disques « heavy metal » et « punk-hardcore » (ACDC, Iron Maiden, Slayer, The Dead Kennedys, Dri, esthétique relayée par des groupes brésiliens comme Sepultura ou Ratos de Porao). On attribue une certaine agressivité à ces graphies traditionnelles souvent utilisées pour suggérer des valeurs conservatrices. D’autant que cette police a été marquée par l’histoire du XXème siècle et son utilisation dans l’Allemagne nazie. Le courant métal a souvent joué des stéréotypes de perception de ces blackletters qui évoquent la violence, la virilité ou le combat. Pourtant, l’origine de cette police est liée aux scholastiques, aux manuscrits et à la calligraphie à plume large. Dans la pratique des pixações, les capitales fines sont méticuleusement alignées et justifiées afin d’occuper l’ensemble de la surface envisagée. On parle d’une police « interrupted scripts » ou « ultra light concentred monoline blackletters ». L’alphabet pixação est si élaboré qu’on pourrait penser qu’un ductus [1] a été mis en place !

JPEG - 304.4 ko

Le graffiti n’est presque jamais présenté comme une pratique calligraphique à part entière, pourtant l’alphabet de São Paulo est une forme de calligraphie ou de « lettering » qui mériterait une analyse historique de l’écriture et de sa conception. Malgré de nombreuses approches critiques par les graffeurs eux-même ou des universitaires, sémiologues et sociologues, l’univers du graffiti peine à être reconnu par les calligraphes et les dessinateurs de caractères qui seraient pourtant les mieux placés pour analyser les évolutions formelles des tags. De plus, l’écriture n’échappant pas à la mécanisation, les graffitis incarnent aussi la continuité de la calligraphie manuelle, la persistance de la valeur du geste et du tracé. Dans leur ouvrage Pixação : São Paulo Signature, François Chastanet et Steven Heller [2] seront parmi les premiers à proposer une étude esthétique et graphique en se concentrant sur la forme produite par les tags et la recherche visuelle. On le comprend à la lecture de ce travail passionnant : pris dans son contexte humain, ce processus de création est au moins autant un mode d’expression identitaire qu’un outil de communication.

Le discours sur les graffitis est indissociable d’une réflexion sur la métropolisation et la mondialisation. Le langage écrit, part importante du street art, est aujourd’hui devenu un aspect attendu du paysage urbain dans n’importe quelle ville ayant atteint un certain degré de « maturation ». São Paulo offre de parfaits exemples d’architectures industrielles internationales marquées par une banalité dupliquée à l’infini, d’où disparait toute singularité. La pratique du graffiti peut être vue comme une transformation ludique de ce paysage standard, une échappatoire salvatrice à l’ennui généralisé provoqué par cette similitude. Dans cet environnement de ville-monde, les graffitis sont au cœur de la relation entre métropole et anonymat. Ils montrent un besoin d’appropriation, une volonté du citadin de manifester son existence. La globalisation se caractérise par la fragmentation culturelle, l’isolement social, un vide émotionnel et l’angoisse de la perte d’identité. Ces phénomènes entretiennent les « crispations » identitaires, qui encouragent l’individu à hurler son égo dans l’espace public. Les tags sont une technique de survie, un abri iconographique à une mondialisation globalisante. L’écriture manuelle sauvage est un moyen d’expression locale et une valeur ajoutée à l’urbain générique de masse. Il s’agit aussi de combattre l’idée trop répandue que les graffitis sont les mêmes partout dans le monde, que les particularités territoriales sont niées dans cette pratique pourtant sans cesse en rapport avec les caractéristiques d’un lieu par frottement continu au réel.

JPEG - 372.5 ko
Tags à São Paulo © Steven Heller.

Le tag induit une nouvelle lecture de la ville, en tant qu’objet-support continu, loin d’un découpage gouverné par la propriété foncière. Un support de bien commun visuel investi par les plus intrépides. Dans la pratique du pixação, l’écriture n’est pas un élément isolé à appliquer au hasard dans l’espace, elle s’intégre dans l’ensemble architectural. Le rapport au support doit être pensé en permanence. La proportion des lettres est liée à une recherche d’efficacité visuelle maximale. La façade est une feuille blanche, une affiche géante hyper structurée. Cet effort d’écriture dépasse le seul usage de la main et du poignet, il relève parfois de l’exploit sportif ou de l’escalade urbaine.

Même si le graffiti tend à s’émanciper de son statut de « street art » et de son côté underground pour gagner les musées (cf l’exposition bizarrement intitulée « Le Pressionisme » à la Pinacothèque de Paris), voire devenir une entreprise rentable, cette pratique est chargée d’une histoire, surtout à São Paulo. Le mouvement pixação, remarquable par son ampleur et son unité, l’est aussi parce qu’il met en avant la complexité des tags, longtemps considérés à tort comme inférieurs stylistiquement et techniquement aux fresques ou « pieces », productions épaisses et colorées comportant parfois des ajouts figuratifs. Grâce aux pixações, la plasticité et la beauté intrinsèque de ces signatures, beaucoup moins esthétiquement délictueuses que la médiocrité visuelle des publicités qui envahissent les villes, éclate au grand jour.

Oriane Grellier

http://francoischastanet.com/




[1Ductus est un mot latin dérivé de ducere (tirer, conduire, diriger). Il signifie l’action d’amener, de diriger, de tracer (en particulier les lettres).
En écriture, le ductus est l’ordre et la direction selon lesquels on trace les traits qui composent la lettre. Chaque type d’écriture possède un ductus propre qu’il convient de respecter pour assurer une écriture fluide et naturelle.
Il s’agit d’un des éléments principaux de l’écriture, et donc de la calligraphie, définissant le nombre, l’ordre de succession et le sens des traits nécessaires à la construction d’une lettre.

[2Pixação : São Paulo Signature, François Chastanet, XG Press, Paris

fake lien pour chrome



Partager cet article /  



<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Première Rencontre Internationale de Contact Improvisation. Récit d’une immersion dansée.
ARTICLE SUIVANT >>
Mauvaise Grèce
(de notre envoyé spécial à Berlin)





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Lancement d’Archipels 2 à Liège le 18 novem­bre 2017 de 18h à 19h30.« Devant des événements aussi vio­lents que la “crise des migrants”, il est plus commun, plus immé­diat, de se lais­ser sidé­rer que de consi­dé­rer », écrit Marielle Macé, la sidé­ra­tion indui­sant une mise à dis­tance, une para­ly­sie, à l’inverse de la consi­dé­ra­tion qui favo­rise la com­pas­sion, la lutte.


Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !