Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Octobre : le mois des Arméniens à la Péniche Anako

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


La Péniche Anako est mise à la disposition du public par le Comité de Secours pour la Croix Rouge Arménienne (CSCRA), une association à but non lucratif, fondée entre autres par des médecins et avocats durant les années 1920, pour venir en aide aux rescapés du génocide de 1915 et d’autres réfugiés.

Anako fut l’un des douze derniers survivants d’un grand peuple d’Amazonie. Son histoire symbolise l’importance d’être à l’écoute des peuples et des diversités culturelles, un élément indispensable à l’équilibre de notre monde. La péniche Anako, qui gère un centre culturel arménien, organise également des œuvres sociales et culturelles qui assurent des passerelles entre les cultures et les générations. Chaque évènement est une invitation au voyage et à la rencontre de l’autre au fil de chemins non balisés. À bord, des grands témoins, des cueilleurs de mémoires ou des nomades passionnés nous invitent à donner voix à l’oubli et à naviguer vers l’autre en s’éloignant du quai figé du quotidien.

En octobre, l’exposition Traces mettra l’Arménie à l’honneur en rassemblant les photographies de Patrick Artinian (du 7 octobre au 1 novembre). Des concerts seront également organisés : jeudi 8 octobre à 20h30, Joana Mendil chantera Aznavour et dimanche 11 à 11h un brunch « ethnomusika » sera l’occasion de débattre autour du thème « Que peut-on transmettre en exil ? Un cas particulier : le chant modal arménien, à travers un film » avec Aram Kerovpyan. Vendredi 9 octobre, à 20h30 aura lieu la projection du film « Dis-moi pourquoi tu danses ? » de Jacques Kebadian et dimanche 18, à 16h les contes arméniens d’Anouche Donabedian-Krikorian « Gjiv ! Djiv ! Cui ! Cui ! » seront narrés en français et en arménien par Christine Kiffer et sa kamantcha (vièle à archet) pour le jeune public dès 3 ans.

Pour plus d’informations : ici

Péniche Anako,
Bassin de la vilette, face au 61 quai de la Seine,
75019 Paris
Métro Riquet, Stalingrad ou Jaurès.






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Avec From the « Ground to the Cloud », Olivier Coulon-Jablonka et le Moukden Théâtre s’atta­quent à un sujet com­plexe à trans­po­ser à la scène : la super­puis­sance numé­ri­que et son intru­sion dans tous les aspects de notre vie.


Notre ami Hervé Breuil a créé le Lavoir Moderne Parisien il y a vingt-huit ans dans un ancien lavoir public situé rue Léon, au cœur de ce quar­tier popu­laire qui devint peu à peu l’enclave « afri­caine » de la Goutte d’or, dans le dix-hui­tième arron­dis­se­ment de Paris. Un quar­tier à la répu­ta­tion inquié­tante, sous la menace per­ma­nente d’opé­ra­tions immo­bi­liè­res, mais en réa­lité très vivant.


Chaque année depuis 2016, les équipes de L’Insatiable en France et Culture&Démocratie en Belgique, aguer­ries à l’explo­ra­tion des pra­ti­ques artis­ti­ques en lien avec les ques­tions de société, pro­dui­sent, avec la col­la­bo­ra­tion de par­te­nai­res d’autres pays, un numéro de la revue Archipels autour de la ren­contre des cultu­res. Nous vou­lons déve­lop­per ensem­ble une revue papier per­met­tant de mettre en valeur, com­pren­dre et favo­ri­ser, les échanges entre les artis­tes et l’ensem­ble de la col­lec­ti­vité humaine.


J’ai rendez-vous à l’hôpi­tal Saint-Vincent de Paul pour me faire réa­ni­mer. Prise en charge par une infir­mière puis une équipe de méde­cin, je serai rame­née à la vie et inci­tée à en pro­fi­ter.


Pierre Debauche a été, de très près comme de loin, un solide com­pa­gnon de route de notre tra­vail pour l’art et la culture dans la société, un repère et l’une de nos brû­lan­tes ins­pi­ra­tions. Un grand frère d’armes jusqu’à son der­nier souf­fle pour tous ceux qui, jeunes ou non, savent que le théâ­tre est un lieu de par­tage essen­tiel. Et s’effor­cent, en ces temps arides, de mettre en pra­ti­que ce savoir.