Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

OH !, le cri de Biño Sauitzvy au Générateur

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


OH ! , la dernière pièce de Biño Sauitzvy, secondé par Nando Messias et Magali Gaudou, sera présentée au Générateur de Gentilly les 20 et 21 janvier prochains. Dans le cadre du festival Faits d’hiver, les artistes livreront leur dernière création, centrée sur la question du genre.

OH ! s’articule comme un dialogue entre deux personnages, dont l’un est un travesti. Biño Sauitzvy et Nando Messias posent des questions sur le genre, la sexualité et l’expression des minorités dans la société. La culture queer est féconde pour ces artistes attachés à mettre en mouvement, au fil de créations communes, leurs visions de violence et d’amour.

A l’origine de la pièce repose une photographie de Kazuo Ohno et Tatsumi Hijikata. Dans le Japon des années 1960, ces deux artistes ont créé le Butoh, un art situé à la lisière de la danse et de la performance. En reprenant leurs initiales, OH ! exhibe sa filiation avec une pratique artistique marquée par la transgression des frontières. Biño Sauitzvy revendique la fusion de toutes les cultures, fortement influencé par le Mouvement Anthropophage brésilien. Une idée qu’il incarne dans sa pratique de l’art, en convoquant à la fois danse, performance et théâtre.

OH ! sera présentée dans le cadre de la 17ème édition du festival Faits d’hiver, qui se promènera du 14 janvier au 14 février dans différents lieux, à Paris et en banlieue. Le Générateur de Gentilly, espace autogéré, partage avec les artistes qu’il accueille en résidence l’idée d’une pratique pluridisciplinaire et expérimentale de l’art.

Informations

Festival Faits d’hiver
Pour plus d’informations : ici.

Le Générateur
16 rue Charles Frérot
94250 Gentilly
Pour plus d’informations : ici.






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.


Théâtre de la Bastille, Festival d’automne, de jeunes acteurs vien­nent faire réson­ner le regard porté sur les révo­lu­tions du passé et inter­ro­ger l’avenir. Des ter­ri­toi­res (...d’une prison l’autre...) est le deuxième volet d’une tri­lo­gie écrite et mise en scène par Baptiste Amann. Dans ce huis clos sur­volté, le tren­te­naire se préoc­cupe de savoir sur quelle révo­lu­tion se por­tera le XXIème siècle.