Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

O.Q.P. - Les invisibles de la rentrée culturelle ?

par Samuel Wahl
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Les quartiers et cultures populaires sont les grands absents de la rentrée culturelle même lorsqu’ils montent sur les planches de leur propre festival. Les scènes « contemporaines », nationales et les institutions légitimes leur ferment la porte (sauf exception confirmant le règle). Les médias, pour la grande majorité, les ignorent. La critique et la déconstruction des paradigmes dominants gênent-elles à ce point les relais de l’imaginaire officiel ? Il semble que l’on ne puisse jouer l’exclusion, l’exil et les dispositifs de domination qu’entre exclus, exilés et dominés. Le « populaire » n’a pas d’entrée sur la scène officielle.

C’est tout l’objet du Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) organisé par la compagnie Mémoires Vives : puisqu’aucun plateau n’estime les créations de ces quartiers dignes de représentation légitime, ils réalisent leur propre festival. Cette année, après l’Agora de la Busserine dans le 14ème, c’est le Théâtre de l’œuvre, en plein centre, qui leur ouvre ses portes ; et malgré ce lieu, très peu, voir aucun relai médiatique. Un festival des quartiers populaires dans un théâtre associatif lui-même dans un quartier populaire...
L’an dernier déjà, la question d’une culture populaire et de son droit de cité était posée. « L’Histoire universelle de Marseille » d’après Alèssi Dell’Umbria (ed Agone), mise en scène par le collectif Manifeste Rien, nous invitait à raconter la construction de la France par ses marges marseillaises et leur inclusion – leur engloutissement – dans la République Une et Indivisible. La pièce revendiquait une République davantage multiple et plurielle. C’est l’objet du Festival OQP cette année encore, et c’est toute une « rentrée Culturelle » qui doit être interrogée...

Collectif Manifeste Rien

> Discours d’ouverture Festival O.Q.P
Lundi 23 octobre à 19h Théâtre de l’œuvre
1 Rue Mission de France, 13001 Marseille

> Programme Complet du Festival OQP

> Histoire universelle de Marseille par Manifeste Rien le 30 octobre à 20H, et le 31 octobre à 14H30 et 20H.

> Les ateliers d’éduc pop’ et enquête historique, par Manifeste Rien, avec le soutien de Mémoires Vives.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.