Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

Monsieur Cloche au Théâtre Antoine Vitez d’Ivry-sur-Seine

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Marina Damestoy, entourée de la compagnie La Boîte blanche, représentera l’histoire de Monsieur Cloche dans le théâtre Antoine Vitez du 3 au 15 février 2015. Créé à partir d’un album inspiré de l’expérience SDF de son auteur, ce « conte scénique » commandé par le théâtre donne à entendre la précarité, thème qui irrigue les créations de l’artiste militante.

Monsieur Cloche, c’est cet être en lambeaux, errant sans toit, avec lequel la Narratrice entre en collision lors d’une panne de métro. En communion, ils apprennent à se connaître. Suite à sa disparition, la Narratrice retisse, bribe après bribe, la vie de ce « petit prince déchu ». Marina Damestoy, parce qu’elle fait fi des frontières trop rigides qui écorchent le ressenti, affirme vouloir mettre le public au cœur de la pièce pour convoquer l’esprit critique.

Comme dans un mouvement de va-et-vient, cette création sourd de la rue, d’un vécu, pour finalement les recréer autour d’un public invité à chambouler le non-regard porté aux SDF. Piquer le passant dans son corps et agripper les yeux deviennent le défi de Monsieur Cloche, d’un théâtre qui « s’infuse dans le quotidien ». Sensibles au théâtre d’objets, les comédiens sont des touche-à-tout côtoyant la littérature, la danse, la musique et le cirque pour rendre le récit palpable et « faire incidence ».

Marina Damestoy, à la fois auteure, illustratrice, comédienne, a participé à l’émancipation des mouvements Génération précaire (emplois) et Jeudi noir (logement). Actuellement en résidence au théâtre Antoine Vitez à Ivry, elle travaille également à une recréation urbaine de sa précédente pièce, A la rue, O-Bloque, dont une version « boîte noire » sera présentée en mars 2015 dans ce même théâtre. Vouée à ce que certains appellent l’ « artivisme », elle souhaite réinvestir l’espace public en tordant le cou des codes qui assèchent les relations sociales.

Informations

Théâtre Antoine Vitez
1 Rue Simon Dereure
94200 Ivry-sur-Seine

Monsieur Cloche, du 3 au 15 février 2015 - ici
A la rue, O-Bloque, les 13 et 14 mars 2015 à 20 h - ici






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.