Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

Mobilisation pour les Greniers des Grands-Augustins

Thématique(s) : Politique de l’art Sous thématique(s) : Art Plastique
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Le combat du Comité National pour l’Éducation Artistique pour conserver les greniers des Grands-Augustins, anciens ateliers de Picasso, se poursuit. Depuis mai dernier, la Chambre des huissiers de Paris tente de récupérer les lieux, suite à plusieurs avis d’expulsion.

Le comité avait rénové bénévolement les greniers, et ils leurs étaient prêtés à titre gracieux depuis 2002. Le lieu est fermé au public depuis Novembre 2013 mais les délibérations continuent.
Picasso prit le lieu comme atelier de 1937 à 1955. C’est dans ces greniers que Balzac situait l’action de sa nouvelle "Le chef d’œuvre inconnu", mettant en scène le jeune Nicolas Poussin, et qui obsédait et passionnait le père de Guernica, qui fut d’ailleurs peint entre ces murs. Avant Picasso, Jean Louis Barrault y effectua une résidence de 1933 à 1936, en faisant un atelier mais également un lieu de partage à la porte toujours ouverte qui vit passer entre autres Jean-Paul Sartre, Georges Bataille, ou encore Camille Claudel.
En juin 2013, quand la procédure de classement en urgence des Grands Augustins comme lieu de mémoire n’avait pas été retenue, le président de l’académie des beaux arts avait écrit une lettre ouverte au président de la république. Bertrand Delanoë et de nombreuses personnalités soutiennent le projet. La commission régionale du patrimoine se réunira le 13 mai prochain pour décider d’une éventuelle extension de la protection de cet immeuble.
La transformation de ces greniers serait une grande bataille en faveur de la culture et la mémoire de perdue, étant le berceau d’un des plus grands tableaux du XXème siècle. Ironie du sort, notre actuel premier ministre et la nouvelle maire de Paris, très discrets sur l’affaire, sont tous deux originaires d’Espagne.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.