Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par le noyau de l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et celle du jeune Insatiable. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Lettre ouverte à
Fadelha Benammar Koly

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


POEMA

Ecritures Poétiques Contemporaines
(Lorraine, Paris, Luxembourg)
À Madame Fadelha Benammar Koly,
Vice-présidente de la Communauté de Communes
Lodévois & Larzac, Déléguée à la Culture.

Par cette lettre ouverte, nous tenons à vous exprimer combien nous sommes attristés de la décision annonçant la suppression du festival international de poésie Les Voix de la Méditerranée. Les Voix de la Méditerranée ont fait de Lodève un haut lieu des poésies, d’envergure nationale et internationale. Le public, de votre région et de toute la France, n’a jamais manqué aucun rendez-vous depuis de nombreuses années.

Vous souhaitez exclure la poésie de ce festival.
Pourquoi ?

Que serait la culture sans la littérature, et la littérature sans la poésie ?

Le précepte que vous revendiquez, « La culture par tous et pour tous », nous semble dangereux.
Il peut contenir en lui le plus mauvais usage que l’on peut faire du mot populaire, à l’orée du mot populiste, menaçant par là même les valeurs fondamentales de l’art et de la culture.

Vos orientations nous semblent faire le deuil d’une programmation ambitieuse et de qualité, portant les fondements de la pluralité, de la diversité et de la découverte. Elles participent à faire croire que le bien-fondé d’une politique culturelle aujourd’hui est d’être divertissante et régionaliste.
L’accès à l’art et à la culture ne peut-il s’envisager que sous l’angle réducteur du divertissement et de la consommation ?

Nous savons les baisses de subventions qui asphyxient de plus en plus le travail des artistes de toutes les disciplines, les festivals, les structures de diffusion... Cela n’autorise pas pour autant ce discours misérabiliste et complaisant qui vient légitimer vos choix. Car tout est une question de choix, et de pensée.

Peut-être est-ce aussi d’art que vous devriez parler !

Nous voudrions, madame, que vous mesuriez la responsabilité d’une telle décision que nous espérons ne pas être définitive.

Cordialement.

L’équipe de coordination de POEMA,

Sandrine Gironde
Franck Doyen
Marie-Noëlle Brun
Anne-Margrit Leclerc

- *






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Difficile de ne pas être attiré par un artiste qui tra­vaille sur un sujet qui cham­boule notre société et nos esprits comme celui des migrants. C’est une évidence pour moi d’aller décou­vrir au col­lec­tif 12 de Mantes la jolie, la créa­tion de Rachid Akbal. Mais la ques­tion du fond et de la forme va vite se poser…


Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.