Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Le chemin de l’utopie, le Village Emmaüs Lescar-Pau

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Le 22 janvier 2015 a été inauguré Le chemin de l’utopie, une installation imaginée par Nathanaël Petitjean, Monsieur Térez et Fanny Piérot, créée dans le ventre du Village Emmaüs Lescar-Pau. Ce chantier artistique, de caractère participatif, s’inscrit dans les politiques alternatives qui soudent les habitants du village.

Dans le pays du Béarn, à quelques kilomètres de Pau, Le chemin de l’utopie se trace comme un sillon de couleurs sur le visage du territoire. Une cinquantaine de silhouettes humaines et animales sont agrippées à des câbles tendus entre plusieurs pylônes. Ce chemin de fer aérien, pétillant de couleurs vives, tourne le dos aux voies d’autoroute, dominant un vaste parking. Dans une logique d’invention collective, Nathanaël Petitjean, Monsieur Térez et Fanny Piérot ont fait appel aux habitants du Village Emmaüs et au-delà, à tous ceux qui se montraient désireux de participer au chantier, ou de le soutenir.

Multiples formes et couleurs ont été imaginées pour forger ces silhouettes sans visages, sculptées dans de la tôle pour rappeler les figures du théâtre d’ombre. Référence à « la mixité sociale, intergénérationnelle et culturelle, au savoir vivre ensemble » selon les initiateurs du projet, ce Chemin de l’utopie s’engage comme le reflet de la pensée qui soude les habitants du Village Emmaüs. Une pensée de l’accueil et du mouvement, qui s’incarne dans les milliers de visiteurs venant découvrir le lieu, et dans les compagnons qui finissent par y prendre racine. Une pensée écologique, qui témoigne de leur respect de l’environnement et de la mise en valeur du patrimoine culturel régional. Mais aussi une pensée solidaire et politique, portée par un esprit alternatif, en rupture avec le système capitaliste.

Originellement fondé à Mirpeix en 1982 par une vingtaine de personnes, le Village Emmaüs s’est installé à Lescar cinq années plus tard. La communauté autogérée ne perçoit de financement ni public ni privé. Elle repose sur une autonomie alimentaire, portée la Ferme alternative ayant vocation à préserver les espèces végétales et animales de la région. Son autonomie est aussi économique : les habitants ont développé des activités de recyclage et de déchetterie (aujourd’hui intégrées dans des partenariats avec la Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées et de la Communauté de communes du Miey de Béarn), et de construction d’éco-habitats aux formes loufoques, inventés et partagés entre les habitants.

Partant d’un esprit de résistance, le Village est devenu un laboratoire expérimentant une nouvelle forme de société, éclairée par le principe de « désobéissance civile ». Les habitants y ont fondé un projet de vie qui, loin d’être coupé du monde en autarcie stérile, initie des projets culturels engagés (Les Utopiades, lancées en septembre 2014 entre autres exemples) et s’investit dans les luttes politiques et sociales de son époque. Ils militent notamment pour l’arrêt des négociations autour du TAFTA et revendiquent un débat public transparent et d’envergure autour de ce traité.






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Difficile de ne pas être attiré par un artiste qui tra­vaille sur un sujet qui cham­boule notre société et nos esprits comme celui des migrants. C’est une évidence pour moi d’aller décou­vrir au col­lec­tif 12 de Mantes la jolie, la créa­tion de Rachid Akbal. Mais la ques­tion du fond et de la forme va vite se poser…


Sur la scène noire, des bulles de savon s’échappent d’une sorte d’aile-para­vent.
Les enfants s’ins­tal­lent et obser­vent cal­me­ment. Quand tous sont assis, le spec­ta­cle com­mence. Une voix : « Tu as 1 jour, 1 an, 100 ans, 1000 ans, 15 mil­lions d’années…
Que nous réserve la suite ?


Après Elbeuf et Arras, et avant de nom­breu­ses dates dans le reste du pays, Le Galactik Ensemble pré­sente son pre­mier spec­ta­cle col­lec­tif, « Optraken », au Théâtre Le Monfort à Paris jusqu’au 25 novem­bre 2017.


Jack Ralite qui vient de nous quit­ter au terme d’une vie vrai­ment bien rem­plie, a été pour nous un allié de très grande qua­lité dans ce combat qui nous a été (et nous est) commun pour la reconnais­sance de l’impor­tance de l’art et de la culture dans notre société.


Samedi soir, 10e arron­dis­se­ment, inter­phone W, 19h50. Je sonne.
L’expé­rience du soir se jouera au der­nier étage d’un duplex, dans un séjour-cui­sine de 40 mètres carré, plutôt « arty ». Une tren­taine de per­son­nes sont pré­sen­tes, qui chu­cho­tent par petits grou­pes sur des stra­pon­tins pré-fabri­qués, pen­dant que d’autres, encore debout, se saluent sur une musi­que d’ambiance.