Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

Le chemin de l’utopie, le Village Emmaüs Lescar-Pau

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Le 22 janvier 2015 a été inauguré Le chemin de l’utopie, une installation imaginée par Nathanaël Petitjean, Monsieur Térez et Fanny Piérot, créée dans le ventre du Village Emmaüs Lescar-Pau. Ce chantier artistique, de caractère participatif, s’inscrit dans les politiques alternatives qui soudent les habitants du village.

Dans le pays du Béarn, à quelques kilomètres de Pau, Le chemin de l’utopie se trace comme un sillon de couleurs sur le visage du territoire. Une cinquantaine de silhouettes humaines et animales sont agrippées à des câbles tendus entre plusieurs pylônes. Ce chemin de fer aérien, pétillant de couleurs vives, tourne le dos aux voies d’autoroute, dominant un vaste parking. Dans une logique d’invention collective, Nathanaël Petitjean, Monsieur Térez et Fanny Piérot ont fait appel aux habitants du Village Emmaüs et au-delà, à tous ceux qui se montraient désireux de participer au chantier, ou de le soutenir.

Multiples formes et couleurs ont été imaginées pour forger ces silhouettes sans visages, sculptées dans de la tôle pour rappeler les figures du théâtre d’ombre. Référence à « la mixité sociale, intergénérationnelle et culturelle, au savoir vivre ensemble » selon les initiateurs du projet, ce Chemin de l’utopie s’engage comme le reflet de la pensée qui soude les habitants du Village Emmaüs. Une pensée de l’accueil et du mouvement, qui s’incarne dans les milliers de visiteurs venant découvrir le lieu, et dans les compagnons qui finissent par y prendre racine. Une pensée écologique, qui témoigne de leur respect de l’environnement et de la mise en valeur du patrimoine culturel régional. Mais aussi une pensée solidaire et politique, portée par un esprit alternatif, en rupture avec le système capitaliste.

Originellement fondé à Mirpeix en 1982 par une vingtaine de personnes, le Village Emmaüs s’est installé à Lescar cinq années plus tard. La communauté autogérée ne perçoit de financement ni public ni privé. Elle repose sur une autonomie alimentaire, portée la Ferme alternative ayant vocation à préserver les espèces végétales et animales de la région. Son autonomie est aussi économique : les habitants ont développé des activités de recyclage et de déchetterie (aujourd’hui intégrées dans des partenariats avec la Communauté d’agglomération Pau-Pyrénées et de la Communauté de communes du Miey de Béarn), et de construction d’éco-habitats aux formes loufoques, inventés et partagés entre les habitants.

Partant d’un esprit de résistance, le Village est devenu un laboratoire expérimentant une nouvelle forme de société, éclairée par le principe de « désobéissance civile ». Les habitants y ont fondé un projet de vie qui, loin d’être coupé du monde en autarcie stérile, initie des projets culturels engagés (Les Utopiades, lancées en septembre 2014 entre autres exemples) et s’investit dans les luttes politiques et sociales de son époque. Ils militent notamment pour l’arrêt des négociations autour du TAFTA et revendiquent un débat public transparent et d’envergure autour de ce traité.






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Tous les deux ans, la ville se trans­forme en un gigan­tes­que cas­te­let en accueillant le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes qui réunit 230 com­pa­gnies et accueille plus de 150.000 spec­ta­teurs. En ce mois de sep­tem­bre aura lieu sa 19° Édition.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».