Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Le Soleil juste après

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Au centre, la danse, toujours la danse. Les corps vibrent, tombent, se cognent, se relancent, jusqu’au bout, jusqu’à l’épuisement, dans un rythme effréné évoquant le saut, le vide, la lutte, l’explosion.

« Ils se jettent sur scène, dans une énergie qui relève du vital. 
Corps debout, en mouvement perpétuel, faisant fi de la mort, se jouant d’elle, portés par les percussions qui les soulève et les emporte.
 Corps blessés, qui s’affrontent, s’effondrent, pour se relever. Et respirer. Respirer… Dans une intensité de vie qui bouscule, remue, saisit à la gorge.
Il est question de jeunesse, jeunesse des périphéries du monde, avec ses peurs, ses cris, ses rêves… Avec des mots lancés comme des uppercuts.
 La création est montée avec des jeunes artistes des favelas du Brésil, percussionnistes et danseurs, des circassiens des rues du Maroc, un musicien gnawa et un artiste du Togo, ancien enfant des rues formé aux arts scéniques. Ce qui réunit tous les artistes, c’est le feu, une énergie époustouflante, quelque chose d’essentiel sur scène, une urgence, nourries d’expériences de vie souvent chaotiques et atypiques, confrontés pour certains à la violence et la pauvreté. C’est un spectacle total où se côtoient danse et musique dans une dramaturgie théâtrale. »

La création est le fruit de 10 années de collaboration entre Laurent Poncelet, O Grupo Pé No Chão / Brésil, le Collectif « Eclats de lune » / Maroc et la Cie Zigas / Togo (coproductions, compagnonnage, programmation FITA,…).

O Grupo Pé No Chão travaille dans les favelas de Recife. Des ateliers de pratique artistiques sont proposés dans les rues et touchent plus de 100 enfants et jeunes qui sortent ainsi de la spirale drogue violence gang. C’est une véritable pépinière de talents. Le Collectif « Eclats de lune », organisatrice du festival international de rue de Marrakech Alwan’art, accompagne des jeunes artistes circassiens repérés dans les milieux populaires. La Cie Zigas a monté un centre de formation professionnelle aux arts scéniques à destination des enfants et jeunes des rues.

Ecriture et mise en scène : Laurent Poncelet

Assistant : José W Junior

Distribution : Abdelhaq El Mous, Soufiane El Kati, Houssaini El Zahid, Zakariae Heddouchi, Luciana Nascimento, Bruno Franca, Clecio Santos, Marcio Nascimento, Ingrid Silva, Germano Silva, Sodjiné Sodetodji
Musique : Zakariae Heddouchi, Clecio Santos & Sodjiné Sodetodji

Mise en scène : Laurent Poncelet 
Création danse – théâtre – musique - cirque
Brésil – Maroc – Togo – France
Production : Cie Ophélia Théâtre en partenariat avec 
O Grupo Pé No Chão, collectif Eclats de Lune et Cie Zigas

Coproduction : Espace Paul Jargot à Crolles et Heure Bleue, scène Rhône-Alpes de St Martin d’Hères


Lumière : Fabien Andrieux
Coproduction : Espace Paul Jargot de Crolles
 et l’Heure Bleue - Scène Rhône-Alpes de Saint Martin d’Hères

Visitez notre site : http://www.opheliatheatre.fr/

Ne ratez pas les dernières représentations les :
Jeudi 22 mai à 20h30 à la Salle du Jeu de Paume à Vizille (04.76.68.15.16)
Vendredi 23 mai à 20h30 à l’Equinoxe de la Tour du Pin (04.74.97.14.87)
Samedi 24 mai à 20h30 à La Vence Scène à Saint Egrève (04.76.56.53.63)
Mardi 27 mai à 9h30 (scolaire) et 20h30 au Cinéma Théâtre de La Mure (04.76.30.96.03)

Vendredi 6 juin à 20h30 à Espace 89 (attention changement de lieu), à Villeneuve-la-Garenne (01.47.98.11.10)






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

J’en par­lais récem­ment ici, il est des mala­dres­ses à toutes les mises en expo­si­tion. À la Maison Victor Hugo, ce qui m’a dérangé c’est le rai­son­ne­ment qui a pré­cédé la cons­truc­tion du propos cri­ti­que. Je vou­drais sou­li­gner plu­sieurs pro­blè­mes, et non des moin­dres, puisqu’ils sont dis­cri­mi­na­toi­res.


J’ai vécu la pro­po­si­tion artis­ti­que de la com­pa­gnie Betula Lenta comme une expé­rience réflexive. J’entends par là que, tota­le­ment immer­gée, j’ai perdu la mesure et du temps et de l’espace. Il n’y a plus que moi et cette dan­seuse subli­mée par une scé­no­gra­phie tout en rete­nue. L’effet sen­si­ble est puis­sant, je n’entends, je ne vois, je ne res­sens plus que dans ce lien, devenu intime.


Sur le pla­teau des Métallos on aper­çoit une fine sil­houette, seule en scène, Ella s’avance len­te­ment vers la lumière pour pren­dre la parole. Dans un labo­ra­toire d’ana­lyse. Elle apprend qu’elle est enceinte, en 2008. Elle s’en dou­tait mais elle s’effon­dre et perd connais­sance. Le choc est brutal. À son réveil, elle est trans­por­tée en 1928, le méde­cin cher­che à com­pren­dre. C’est le début d’un long voyage au plus pro­fond de son inti­mité, dans sa propre généa­lo­gie. Un seul corps, une seule bouche, sont Focus-femmes-aux-Metallos-Les

Un sémi­naire inter­na­tio­nal a réuni une soixan­taine d’inter­ve­nants ukrai­niens et de toute l’UE à Tatariv, dans les Carpathes, en vue d’élaborer un projet Europe créa­tive. Il nous semble inté­res­sant de rela­ter ici com­ment nais­sent les pré­mi­ces d’une telle coo­pé­ra­tion.


Certains textes ne se lais­sent lire sans une voix silen­cieuse susur­rée dans nos têtes. Elle résonne et ampli­fie l’émotion portée par les mots. Tel est, pour moi, le cas des œuvres lit­té­rai­res réu­nies par Alexandre Doublet dans Dire la Vie.