Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Brèves

Le 28 avril 2017, Journée d’étude : Capitales européennes de la Culture

par L’équipe
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Des Capitales européennes de la Culture pour un projet culturel et démocratique européen

La culture européenne fait-elle vivre les valeurs démocratiques ? Comment la définir à l’heure où le projet européen se délite ? Les Capitales européennes de la Culture suscitent-elles un sentiment d’appartenance à cette culture ? Sont-elles, au sein des communautés urbaines et au-delà, l’occasion d’un projet culturel et politique partagé ? Sèment-elles durablement de nouvelles manières de faire culture ensemble ? De faire société ? Créent-elles des communs ? Sont-elles au contraire, plus économico-touristico-urbanistiques que culturelles ? Peuvent-elles, revisitées, inspirer un autre projet européen ?

Cette projection et cette journée d’étude prolongent le Journal de Culture & Démocratie n°43 – « Ce que sèment les Capitales européennes de la Culture » avec une double ambition : questionner et repenser le projet politique et culturel des Capitales européennes de la Culture.


PROGRAMME EN BREF :
> Télécharger le programme complet : http://urlz.fr/530V

Jeudi 27 avril 2017 – 20h : Projection du film documentaire de Nicolas Burlaud sur Marseille 2013, La fête est finie. La séance sera suivie d’un débat en présence du réalisateur et de Pierre Cornut, géographe.
> Plus d’infos sur : https://www.facebook.com/events/286582995104784/

Vendredi 28 avril 2017 – 9h-17h30 : Journée d’étude

09h00 | Ouverture des portes

09h30-09h45 | Mot d’accueil – Savine Moucheron et Sabine de Ville

09h45-11h15 | De quelle culture est-on capitale ?
. « Jeux et dilemmes de l’identité » – Damien Vanneste
. « Quelle(s)mémoire(s) pour les Capitales européennes de la Culture ? Le cas de Mons 2015 » – Sébastien Fevry
. « Les secousses culturelles des années capitales et leurs répliques institutionnelles » – Emmanuel Pedler

11h15-11h30 | Pause

11h30-13h00 | La participation culturelle est-elle politique ?
. « Du commun au démocratique, quelle participation ? » – Julien Charles
. « Comment participer à une Capitale européenne de la Culture » – Christian Potiron
. « Capitales européennes de la Culture et crise des politiques culturelles » – Roland de Bodt

13h00-13h15 | Synthèse des réflexions de la matinée – Pierre Gillis, UMONS

13h15-14h15 | Pause

14h15-15h30 | « La culture face au déchirement démocratique » – Frédéric Worms

15h30-15h45 | Carte blanche de Radio Panik

15h45-16h30 | Synthèses de Sabine de Ville et Anne-Marie Autissier

16h15-17h30 | Verre de l’amitié


PAF

  • Projection + journée d’étude (déjeuner inclus) : 20€ prix plein / 10€ (étudiants -26, sans emploi)
  • Journée d’étude seule : 16€ prix plein / 8€ (étudiants -26, sans emploi)
  • Projection seule : 5€ prix plein / 3€ (étudiants -26, sans emploi).

Inscription à la journée d’étude avant le 21.04.2017 (attention, nombre de places limitées !)
En envoyant vos nom, prénom, organisme et coordonnées à info@cultureetdemocratie.be (objet : journée d’étude).
ou via le formulaire en ligne : http://framaforms.org/inscription-journee-detude-mons-1489485201

Coordonnées bancaires : BE65 5230 8036 6696

Adresse :
Ateliers des Fucam
Rue des Sœurs Noires, 2 (entrée rue du Grand Trou Oudart), 7000
Horaires : 9h -17:30h

Plus d’informations sur :

évènement FB pour la projection uniquement :
https://fr-fr.facebook.com/events/286582995104784/

évènement FB pour l’ensemble de l’évènement :
https://www.facebook.com/events/1261603347220579/






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Articles

Notre ami Hervé Breuil a créé le Lavoir Moderne Parisien il y a vingt-huit ans dans un ancien lavoir public situé rue Léon, au cœur de ce quar­tier popu­laire qui devint peu à peu l’enclave « afri­caine » de la Goutte d’or, dans le dix-hui­tième arron­dis­se­ment de Paris. Un quar­tier à la répu­ta­tion inquié­tante, sous la menace per­ma­nente d’opé­ra­tions immo­bi­liè­res, mais en réa­lité très vivant.


Chaque année depuis 2016, les équipes de L’Insatiable en France et Culture&Démocratie en Belgique, aguer­ries à l’explo­ra­tion des pra­ti­ques artis­ti­ques en lien avec les ques­tions de société, pro­dui­sent, avec la col­la­bo­ra­tion de par­te­nai­res d’autres pays, un numéro de la revue Archipels autour de la ren­contre des cultu­res. Nous vou­lons déve­lop­per ensem­ble une revue papier per­met­tant de mettre en valeur, com­pren­dre et favo­ri­ser, les échanges entre les artis­tes et l’ensem­ble de la col­lec­ti­vité humaine.


J’ai rendez-vous à l’hôpi­tal Saint-Vincent de Paul pour me faire réa­ni­mer. Prise en charge par une infir­mière puis une équipe de méde­cin, je serai rame­née à la vie et inci­tée à en pro­fi­ter.


Pierre Debauche a été, de très près comme de loin, un solide com­pa­gnon de route de notre tra­vail pour l’art et la culture dans la société, un repère et l’une de nos brû­lan­tes ins­pi­ra­tions. Un grand frère d’armes jusqu’à son der­nier souf­fle pour tous ceux qui, jeunes ou non, savent que le théâ­tre est un lieu de par­tage essen­tiel. Et s’effor­cent, en ces temps arides, de mettre en pra­ti­que ce savoir.


Besançon. Sabrina Boukhenous retrouve son public pour l’inau­gu­ra­tion du Festival du tout jeune Collectif Haïku avec sa pre­mière créa­tion solo : Plastik. Plus exac­te­ment l’agui­che d’une pro­po­si­tion plus longue, en cours d’écriture, sur les per­ver­si­tés d’une société pro­duc­ti­viste et nar­cis­si­que. Premier tableau expri­mant les effets des ryth­mes pro­fes­sion­nels sur l’humain, Plastik sonne comme un pré­texte : mettre le corps opprimé au ser­vice de l’image, la danse et le théâ­tre au ser­vice d’un mes­sage.