Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

« La tête dans les poubelles ! » : A Nantes, on récupère les déchets et on soutient les artistes

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Depuis maintenant deux ans et demi, l’association nantaise Stations Services élabore des projets autour de la récupération de déchets d’entreprises destinés à être revendus aux artistes de la région. Actuellement en campagne de financement participatif, ils espèrent ouvrir une « ressourcerie créative » en mai prochain, à Rezé (commune nantaise).

Philippe Comtesse et Elise Martineau, co-fondateurs de l’association à but non lucratif Stations Services, étaient tous deux étudiants aux Beaux Arts de Nantes. Leurs difficultés à dénicher des matériaux les mirent sur la voie de ce projet, prenant pour modèle le fonctionnement d’une association new-yorkaise, Material for the arts, et celui de La Réserve de Paris, qui fournit des prestations aux entreprises pour l’enlèvement des déchets.

Stations Services entend mener une action croisée entre différents acteurs de la région. La première étape se fonde dans un dialogue avec des entreprises et des associations (dans un rayon de 30km autour de Nantes) pour réfléchir à une vision alternative du traitement de ces matériaux de seconde-main et les expertiser. Les intéressés souscrivent à l’association, déterminant en concertation la fréquence et la quantité des collectes. Une fois valorisés dans les locaux, ces matériaux (principalement du bois mais aussi textiles, verre, cartons et métaux) sont revendus à bas prix aux artistes et étudiants locaux, dont les besoins auront été évalués en amont. Le projet s’articule également autour d’une plateforme virtuelle ayant pour but de mutualiser les outils de l’art contemporain (lieux d’expositions, matériel de transport et de production...) et relier les acteurs entre eux.

Luttant contre le gaspillage et pour le soutien de l’activité artistique locale, Stations Services s’inscrit au cœur d’un circuit d’économie sociale, solidaire et de développement durable. Leur appel à financement, hébergé sur KissKissBankBank, vise à concrétiser le projet : aménager la « ressourcerie » à Rezé (à la fois centre de stockage, lieu d’exposition et de rencontres), acheter un camion et d’autres outils nécessaires au transport des matériaux. Ils sont également soutenus par la métropole de Nantes, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie et par la région Pays de la Loire.

Informations complémentaires :

Le crowdfunding est en ligne ici.
La page facebook est ici.






Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Tous les deux ans, la ville se trans­forme en un gigan­tes­que cas­te­let en accueillant le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes qui réunit 230 com­pa­gnies et accueille plus de 150.000 spec­ta­teurs. En ce mois de sep­tem­bre aura lieu sa 19° Édition.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».