Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

« La migration des idées #2 » de Seloua Luste Boulbina au Palais de Tokyo le 13 juin

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Thomas Hirschhorn conçoit Flamme éternelle, son exposition au Palais de Tokyo, comme son propre atelier provisoire, comme un espace d’accueil d’intellectuels libres de concevoir leur intervention ou leur simple présence en dehors de toute obligation d’animation culturelle de l’institution. Vendredi 13 juin à 16h00 il invite la philosophe Seloua Luste Boulbina à présenter son ouvrage La migration des idées #2.

Seloua Luste Boulbina est agrégée en philosophie et docteur en sciences politiques. Les questions post-coloniales dans leurs dimensions politiques et culturelles sont sa spécialité. Elle collabore régulièrement à la revue Rue Descartes du Collège international de philosophie. Dans ce 81ème et dernier numéro paru, elle dévoile La migration des idées #2, un texte, qui fait suite à un premier volet publié dans la Rue Descartes 78, qu’elle présente au Palais de Tokyo (Paris 16e) vendredi 13 juin à l’initiative de Thomas Hirschhorn. Extrait.

« La migration des idées déborde et passe les frontières habituellement érigées entre domaines, pratiques, pays et autres délimitations institutionnalisées. Elle relance ce qui, sans elle, (re)tomberait dans l’inaperçu, l’indifférent, l’omis, le délaissé. En ce sens, elle relève, sans en posséder cependant toutes les caractéristiques, de la discursivité et du dialogue que l’on peut observer dans les entretiens philosophiques. Il y va du décalage, de la dissymétrie, de l’accord, du différend, et, quasi, de toute la gamme des émotions intellectuelles dont la philosophie – notamment – est porteuse. »

Pour chaque nouveau numéro, Rue Descartes offre un espace d’expression à un artiste. Ernest Breleur s’est prêté au jeu. Cet artiste martiniquais dont le travail porte sur le corps illustre la revue avec des œuvres de la série Origine du monde. Connu pour ses peintures, il abandonne cet art pour utiliser un nouveau matériau, la radiographie. Il réalise également de nombreuses sculptures-installations.

Plus d’informations sur les œuvres d’Ernest Breleur, sur la Rue Descartes et le texte de Seloua Luste Boulbina et sur les intervenants invités à Flamme Éternelle.

Palais de Tokyo
13 Avenue du Président Wilson
75116 Paris

Image de couverture du numéro 81 de Rue Descartes, "À suivre" de la série Origine du Monde d’Ernest Breleur.






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le deuxième numéro de la grande revue franco-belge art et société est arrivé, com­man­dez-le main­te­nant !


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.