Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

La bataille du Kosovo 1389, au Théâtre de l’opprimé

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


La compagnie LIRIA a présenté jusqu’au 12 avril La vieille guerre, la bataille du Kosovo 1389 au Théâtre de l’opprimé (12ème arrondissement). Le metteur en scène Simon Pitaqaj revient sur une une bataille qui « soulève l’amour et la haine des peuples », et dont plusieurs mémoires se sont cristallisées au fil des siècles.

Franco-Kosovar, Simon Pitaqaj a grandi en Yougoslavie jusqu’à ses quinze ans. Il vit depuis vingt-cinq ans en France, pays depuis lequel il regarde, imprégné de ses racines, grandir le Kosovo. Cherchant à démêler les guerres balkaniques, il retrace les fils de la bataille du « champ des merles », en 1389. A cette date, l’armée ottomane du Sultan Mourad 1er envahit le Kosovo. Les Turcs affrontent une coalition balkano-chrétienne, menée par le Prince Lazard de Serbie. Le camp de ce dernier est écrasé.

« Chaque peuple possède une version de la légende qui lui est propre pour décrire la bataille de 1389 ». Pour explorer ces mémoires, Simon Pitaqaj entrelace les mythes turcs, albanais, serbes, et le récit d’Ismaël Kadaré, Trois chants funèbres pour le Kosovo. « Loin d’être une reconstitution historique, le spectacle sert à interroger, questionner les mythes et l’histoire. Démêler les conflits d’hier pour mieux comprendre le rapport compliqué et ambigu entre Serbe et Albanais, entre l’Orient et l’Occident ».

La compagnie LIRIA (« liberté » en Albanais) a été créée en 2008, au lendemain de l’indépendance du Kosovo. Travaillant textes dramatiques et romans (L’homme du sous-sol, d’après Dostoïevski en 2011/2013), elle s’intéresse aux personnages oubliés, marginalisés, aux « battants errant comme des zombies poétiques ».

Les détails sur les réservations sont à consulter ici.
Retrouvez également le site de la compagnie ici.

Théâtre de l’Opprimé
78 rue du Charolais
75012 Paris

PNG - 267.9 ko
La bataille de 1389 © Cie LIRIA





Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

La finance ne déter­mine pas la géo­gra­phie et l’his­toire, le Royaume Uni est bien en Europe.
Le Théâtre de l’Opprimé fêtera la 10ème édition du fes­ti­val MigrActions. Dès la pre­mière édition de MigrActions en 2007, le fes­ti­val affirme sa volonté de célé­brer la liberté de migra­tion des formes, des iden­ti­tés et des géné­ra­tions. Culture en mou­ve­ment, en action, pro­ve­nant d’une plu­ra­lité d’hori­zons artis­ti­ques.


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.