Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

La Flamme brûle encore... au Palais de Tokyo

par Olivier Schneider
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


La première fois que j’ai voulu voir ce qui se passait dans l’exposition libre de Thomas Hirschhorn (jusqu’au 23/06) au Palais de Tokyo, c’était le soir du 1er mai.

L’institution était fermée bien sûr, et l’installation était inaccessible (bien qu’encore éclairée). L’œuvre prenait alors son sens muséal, et on se prenait à y imaginer ce que serait, dans cent ans (ou dans quelques années), l’exposition, soigneusement mise en scène derrière une vitrine, montrant l’atmosphère des mobilisations passées. Comme en écho au livre Constellations du collectif "Mauvaise Troupe" (ed de l’Eclat), Thomas Hirschhorn fait un bilan du cadre dans lequel des existences en marge et une culture de révolte se mettent en scène et s’articulent, dans un milieu clairement urbain. C’est un espace, entre murs de pneus et déchets polystyrènes, qui permet autant l’émulsion et le partage intellectuel, qu’une franche indolence (bières, canapés et dvd). Mais ça marche, et le mariage entre la sécurité d’un lieu institutionnel (gardé et surveillé), et un apparent bordel, attire et réveille des curieux assez divers. En somme, la plupart des habitués concèdent que cela "fait du bien". Et c’est en effet l’occasion de belles lectures et de découvertes, ainsi qu’un petit bain dans un de ces squats illégaux au centre ville dont une certaine idée de la ville nous a privé.






Lire aussi :
Flammes étudiantes au Palais de Tokyo
Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.