Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


Brèves

La 9ème édition du « Festival de caves » arrive à Paris

par L’Insatiable
Sous thématique(s) : Théâtre , Festival
Télécharger la version PDF
Version imprimable de cet article Version imprimable


Initié par le metteur en scène Guillaume Dujardin, le Festival de caves parti de Besançon le 26 avril dernier passe par Paris du 2 au 15 juin, en partenariat avec le théâtre de l’Atalante. La manifestation s’achèvera le 27 juin à Morteau (Doubs)

Le Festival de caves est décrit par son fondateur comme un endroit où il est possible de créer et d’inventer autrement, sans la contrainte de la réussite, où le spectateur est supposé curieux et accueillant. C’est un festival qui propose des formes théâtrales divergentes, sans ligne artistique commune, sauf peut-être celle de proposer du théâtre dans des lieux clos et souterrains pour un petit nombre de spectateurs, pour qui le mystère du lieu est gardé jusqu’à la dernière seconde.

Une exception est faite pour Caprices, (d’après l’œuvre de Francisco y Goya, de José Drevon, mise en scène de Guillaume Dujardin), d’ores et déjà prévue au Théâtre de l’Atalante (Paris 18e), du 2 au 24 juin.

Les dates des spectacles parisiens dont l’emplacement est tenu secret :

Les 6, 7 et 8 juin à 20h :
Black House (librement inspiré des figures de Rosa Luxembourg, des Pussy Riots, de la RAF, des textes d’Alfred Döblin, mise en scène Anne Montfort).

Ce quelque chose qui est là (d’après "La nuit tombée" d’Antoine Choplin, mise en scène Chantal Morel).

13 et 14 juin à 20h :
Venus et Adonis (d’après le poème de Shakespeare, mise en scène de Charly Marty).

La douzième bataille d’Isonzo (d’Howard Barker, mise en scène Guillaume Dujardin).

15 juin à 20h :
À gorge dénouée (un spectacle hors d’ici à travers l’oeuvre de Ghérasim Luca, mise en scène Jean-Michel Potiron).

Bien couverts par temps chaud (de Viktor Slavkine, mise en espace Agathe Alexis).

Les écrits de M. Girardot de Nozeroy (une proposition de Christian Pageault, mise en scène Antoine de la Roche).

Pour aller voir l’un des spectacles du festival, réservez impérativement vos places au 03 81 61 79 53, ou envoyez un message à festivaldecaves@gmail.com. en donnant votre numéro de portable pour recevoir l’adresse de la cave, la veille, par texto.

Pensez à vous munir de vêtements chauds, certaines caves gardent encore la fraîcheur de l’hiver.

Pour plus d’informations : www.festivaldecaves.fr






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves

Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».


Le Festival OASIS BIZZ’ART fête sa 15ème édition cette année et vous offre quatre magni­fi­ques soi­rées avec des artis­tes venus des quatre coins du monde. Concerts, che­vaux, cirque, per­for­man­ces, pro­jec­tions, ate­liers, espace enfants, res­tau­ra­tion locale... le tout sur un site natu­rel entiè­re­ment scé­no­gra­phié !


Participez au très beau projet qui se met en place autour d’Armand Gatti et de la maison qui abrite la Parole errante à Montreuil.


En ce début d’été de belles choses autour d’Armand Gatti se dérou­le­ront à Montreuil. Quelques jours où nous pour­rons nous replon­ger dans les mots du poète, dis­paru ce prin­temps, mais tou­jours là autour de nous, dans cette Maison de l’Arbre qui nous a accueillis.


Cette année le fil rouge du fes­ti­val est "Le bateau", celui des pêcheurs de Camaret, celui du Bateau Ivre et aussi celui dans lequel s’embar­quent des mil­liers de femmes et d’hommes à la recher­che d’un avenir plus pai­si­ble... Les 28, 29 et 30 Juillet.