L’aventure du jazz (1). La controverse du « vrai jazz »

PARTAGER CET ARTICLE ► 
|  Article suivant →
Archipels #2 est enfin là !
Bienvenue aux insatiables !



L’Insatiable est un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs sur les relations entre l’art et la société. Notre travail consiste à faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque pour mettre en valeur des actions essentielles, explorer des terres méconnues et réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.

Faire un don

< Articles

L’aventure du jazz (1). La controverse du « vrai jazz »

du « New-Orleans » au Free Jazz (1920-1960)
PARTAGER ►

par Oriane Grellier
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable



Son terreau originel, fait de blues et de gospel, a donné au jazz ses couleurs : le noir en l’occurrence, notamment celui des afro-américains de la Nouvelle-Orléans. Durant la ségrégation aux États-Unis au début du vingtième siècle, il fut le fer de lance musical d’une communauté opprimée, un mode d’accès à d’existence du peuple noir dans une Amérique blanche frileusement refermée sur elle-même. Bien que le développement du jazz représente un phénomène musical en soi, celui-ci reste indissociable de son contexte d’émergence et des stigmates de l’esclavage perceptibles dans ce tissu de mélancolie, d’amertume, de colère, de foi et de douceur, qui constitue le blues.

JPEG - 77.1 ko


[Ce texte reprend le thème d’une conférence donnée par Marc Chemillier à l’EHESS le 17 février 2014, intitulée « La controverse du "vrai jazz". De La Bataille du jazz d’Hugues Panassié à Free jazz, black power de Philippe Carles et Jean-Louis Comolli », ainsi que des éléments d’une conversation avec lui. Marc Chemillier, ethnomathématicien spécialiste du jazz et directeur d’études à l’EHESS a travaillé sur l’improvisation et l’utilisation des nouvelles technologies dans la musique. Son travail offre un éclairage anthropologique sur la controverse du « vrai jazz » et ses déclinaisons. Alors que la définition du jazz peut paraître aujourd’hui floue et extensible, il rappelle que l’improvisation et la danse en sont à l’origine deux caractéristiques essentielles. Ses recherches permettent d’évaluer la manière dont les nouvelles technologies ont influencé l’évolution du jazz et plus largement le rapport entre les musiciens et le public dans la musique contemporaine.]

Au début du XXème siècle, le jazz est une musique qui se danse, à travers l’expression corporelle des musiciens, mais aussi dans les dancings ou sous forme de performance pour les revues du music-hall (La revue nègre, 1925 ; les Lew Leslies’s Black Bird, 1929). Selon Ma[...]

Pour lire la suite de cet article, connectez-vous ou abonnez-vous ici

Ce journal culturel en ligne est alimenté et animé par l’ancienne équipe de Cassandre/Horschamp et les nouveaux rédacteurs de L’Insatiable qui produit également Archipels avec Culture et démocratie. Nous vous proposons des formules d’abonnement à L’Insatiable et à Archipels. Nous ne pourrons évidemment pas continuer à le développer sans votre soutien !


fake lien pour chrome



Partager cet article /  



<< ARTICLE PRÉCÉDENT
Retour sur Aurillac (1)
ARTICLE SUIVANT >>
Soixante-et-onze Une tribune de Joachim Salinger,(...)




Lire aussi
> L’aventure du Jazz (2). Le désengagement du danseur. Du Free Jazz au DJ dictateur.
Réagissez, complétez cette info :
Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces


Brèves

Chaque année depuis 2016, les équipes de L’Insatiable en France et Culture&Démocratie en Belgique, aguer­ries à l’explo­ra­tion des pra­ti­ques artis­ti­ques en lien avec les ques­tions de société, pro­dui­sent, avec la col­la­bo­ra­tion de par­te­nai­res d’autres pays, un numéro de la revue Archipels autour de la ren­contre des cultu­res.


« Où l’art se fera-t-il ? » Les 10, 16 et 17 décem­bre, au B’Honneur des Arts, salle de la Légion d’hon­neur à Saint-Denis.


Du 30 novem­bre au 3 décem­bre 2017
Vernissage jeudi 30 novem­bre de 18h à 22h.L’ hybri­da­tion est à la mode. En art, la pra­ti­que n’est pas nou­velle, mais à l’ère des images de syn­thè­ses, des OGM et des pro­thè­ses bio­ni­ques que peu­vent les artis­tes aujourd’hui ?


L’infor­ma­tion ne devrait pas être une mar­chan­dise, mais elle est de plus en plus sous la coupe des pou­voirs finan­ciers et indus­triels. Pour faire vivre une presse libre, jour­na­lis­tes et citoyen•­ne•s doi­vent inven­ter d’autres modè­les économiques, émancipés de la publi­cité et des action­nai­res.


Le Festival Opération Quartiers Populaires (OQP) orga­nisé par la com­pa­gnie Mémoires Vives se tien­dra au Théâtre de l’œuvre dans le quar­tier de Belsunce à Marseille du 23 octo­bre au 3 novem­bre 2017