Bienvenue aux insatiables !



Un journal culturel en ligne d’informations de débats et d’humeurs animé par l’ancienne équipe de Cassandre et celle du jeune Insatiable pour mettre en valeur des actions essentielles mais peu visibles, explorer des terres méconnues, faire découvrir des équipes et des artistes soucieux d’agir dans l’époque et, surtout, réfléchir ensemble aux enjeux portés par l’art et la culture dans une société en voie de déshumanisation.


< Brèves

Julien Blaine à Melle pour la biennale 2015

par L’Insatiable
Télécharger la version PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable


Mon idée est de construire une Tour/Totem, sorte de Babel humaine intercontinentale, composée de cinq heaumes tricéphales posés les uns sur les autres. Chaque heaume représente un continent différent et trois expressions de langages différentes : l’un murmure, l’autre parle, le dernier hurle.

JPEG - 224.6 ko

Ainsi, par l’intermédiaire d’un Totem qui annule les différences culturellement imposées entre œuvre d’art et objet rituel, entre arts contemporains et arts premiers, sont réunis toutes les formes d’écritures originelles de la planète, dans leurs multiplicités des gravures, des peintures, des dires, des sons, de tonalités et des fréquences.

JPEG - 525.9 ko

Toute musique première – naturelle – vient de la nature défunte : Os des ancêtres, conques et coquillages, cornes et défenses. Il faut la percer de manière adéquate et apprendre à la mettre en bouche ; à chaque orifice de ces instruments toujours ma bouche mais toujours autre, elle se déforme et se reforme autour du trou.

Elle s’adapte.

Le son est simple, lointain, primaire et fondamental.

Julien Blaine

MELLE 2015

VIIe Biennale Internationale d’art contemporain

Julien Blaine • Karine Bonneval • Patricia Cartereau • Gilles Clément • Pascal Colrat • Alain Cugno • Olivier Darné le Parti Poétique • Ramesh Hengadi • Nicolas Kozakis • Raoul Vaneigem • Kôichi Kurita • Manuela Marques.

Jardiniers terrestres Jardiniers célestes

Jivya Soma Mashe • Balou Jivya Mashe • Laurent Millet • Oscar Muñoz • Dominique Robin • Marie-Monique Robin • Florian de la Salle • Sylvain Soussan • Yuriko Takagi • Shantaram Chintya Tumbada • Reena Umbersada Valvi • ANIL VANGAD • Bill Viola •

Du 4 juillet au 27 septembre tous les jours de 13h15 à 19h sauf lundi. Entrée libre.

Extension de la Biennale à Niort, Saint-Martin-lès-Melle,
La Mothe-Saint-Héray et au Zoodyssée de Chizé.
www.biennale-melle.fr

Direction artistique : Dominique Truco






Réagissez, complétez cette info :
modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Signalez un problème sur cet article :


Annonces

Pour sa qua­ran­tième édition, le Festival de cinéma de Douarnenez choi­sit de ques­tion­ner la notion de Frontières. Frontière, non plus cette limite arbi­traire, cette bar­rière qui sépare mais plutôt zone d’échange. Frontière, un lieu qu’il s’agit d’inves­tir, un ter­ri­toire commun…


Brèves


Depuis 2003, le fes­ti­val de cinéma d’Attac « Images mou­ve­men­tées » s’emploie à infor­mer et à sus­ci­ter la réflexion col­lec­tive sur des ques­tions cru­cia­les de ce début de XXIe siècle en s’appuyant sur une pro­gram­ma­tion ciné­ma­to­gra­phi­que exi­geante et éclectique. Celle-ci asso­cie courts, moyens et longs-métra­ges, docu­men­tai­res et fic­tions, films fran­çais et étrangers, anciens et récents, ayant eu une large dif­fu­sion ou non. Le fes­ti­val accueille régu­liè­re­ment des avant-pre­miè­res.


Le Génie en Liberté est un Événement bien­nal, orga­nisé par le Génie de la Bastille.
Il pro­pose à un large public un par­cours cultu­rel dans le quar­tier du 11ème arron­dis­se­ment de Paris.


Tous les deux ans, la ville se trans­forme en un gigan­tes­que cas­te­let en accueillant le Festival Mondial des Théâtres de Marionnettes qui réunit 230 com­pa­gnies et accueille plus de 150.000 spec­ta­teurs. En ce mois de sep­tem­bre aura lieu sa 19° Édition.


Cette his­toire simple, et les contrain­tes qu’elle nous impose, convien­nent à un théâ­tre sim­ple­ment arti­sa­nal. Pas de recours aux tech­ni­ques contem­po­rai­nes. Technique qui fut l’immense chan­tier d’Anders. « Le « trop grand » nous laisse froids, mieux (car le froid serait encore une sorte de sentir) même pas froids, mais com­plè­te­ment intou­chés ; nous deve­nons des anal­pha­bè­tes de l’émotion ».